Trudeau en Afrique : et les droits humains ?

SEAN KILPATRICK / LA PRESSE CANADIENNE, 7 février 2020

Après avoir survécu à neuf mois de prison pour avoir manifesté pacifiquement contre les résultats des élections de 2018, le chef de l’opposition camerounaise Maurice Kamto s’est rendu au Canada cette semaine, dans l’espoir du soutien d’un gouvernement libéral qui a toujours professé son allégeance à la démocratie et aux droits de l’homme.

Mais ses espoirs ont été déçus lorsqu’il a appris que le Premier ministre Justin Trudeau ferait plutôt du lobbying pour les votes des dirigeants lors du sommet de l’Union africaine en Éthiopie ce week-end.

M. Trudeau sollicitera les votes de 54 gouvernements africains – dont plusieurs sont des régimes autoritaires – pour stimuler la candidature du Canada à un siège au Conseil de sécurité des Nations Unies. Et cette campagne est susceptible d’encourager M. Trudeau à minimiser ses préoccupations en matière de droits humains, estime M. Kamto.

« Si vous faites campagne pour obtenir des votes d’un gouvernement, il est évident que vous ne pouvez pas en même temps contester un tel gouvernement », a-t-il déclaré jeudi au Globe and Mail dans une interview.

« Honnêtement, nous avons une telle inquiétude », a déclaré M. Kamto, qui a été libéré de prison en octobre. « Lorsque vous allez voir quelqu’un pour faire campagne, ce qui signifie que vous demandez quelque chose, la réciprocité pourrait vous faire moins entendre les droits de l’homme et les questions démocratiques.

Le gouvernement du Cameroun, dominé par le président Paul Biya depuis 38 ans, a été critiqué par des groupes de défense des droits humains pour son régime autoritaire et les atrocités qui auraient été commises par ses forces de sécurité, notamment la destruction de villages entiers.

Amnesty International, dans un rapport publié cette semaine, a déclaré que l’armée camerounaise avait incendié plus de 50 maisons et tué des dizaines de villageois rien qu’en janvier. Au total, environ 3 000 personnes ont été tuées et environ 700 000 sans abri dans le conflit de trois ans avec les séparatistes régionaux.

Les dernières atrocités signalées sont «déchirantes», a déclaré M. Kamto. Il mène dimanche un boycott de l’opposition des élections législatives camerounaises.

M. Kamto espérait que le Canada, qui a fourni des centaines de millions de dollars d’aide au développement et annulé la dette du Cameroun depuis les années 1960, aiderait à résoudre le conflit régional en proposant le système fédéral canadien comme modèle potentiel pour le Cameroun.

Il souhaite également que le gouvernement Trudeau regarde vers l’avenir en rencontrant les dirigeants de l’opposition camerounaise, plutôt que les seuls représentants d’un gouvernement dirigé par M. Biya, 86 ans.

Mais lors d’une visite à Ottawa vendredi, M. Kamto n’a pu rencontrer qu’un responsable des Affaires mondiales, ont indiqué ses collaborateurs. Cela contraste avec sa visite le mois dernier à Washington, où il a pu rencontrer un haut fonctionnaire du Département d’État américain et le chef d’un sous-comité du Congrès sur l’Afrique.

Jeudi, alors que M. Trudeau partait pour une visite de huit jours en Éthiopie, au Sénégal et en Allemagne, de hauts responsables du gouvernement ont insisté pour que le Premier ministre ne transige pas sur les questions des droits de l’homme. Mais les responsables, dont le nom du Globe reste confidentiel parce qu’ils n’étaient pas autorisés à s’exprimer publiquement sur la question, ne révéleront pas si M. Trudeau rencontrera les dirigeants camerounais au sommet de l’Union africaine. Ils ont dit que la plupart des réunions bilatérales de M. Trudeau étaient toujours en cours de confirmation.

M. Kamto s’est dit sceptique quant aux assurances fédérales sur les droits de l’homme. «Si le gouvernement camerounais apporte son soutien au gouvernement canadien, je ne vois pas le Canada s’exprimer sur ce qui se passe dans notre pays», a-t-il dit.

«Ce serait vraiment dommage, car nous comptons sur le Canada pour nous aider à résoudre les crises auxquelles nous sommes confrontés au Cameroun.»

Chris Roberts, politologue et spécialiste de l’Afrique à l’Université de Calgary, a déclaré que le gouvernement Trudeau semble « susciter la faveur » des dirigeants africains dans la campagne électorale du Conseil de sécurité en évitant toute mention des « affaires intérieures » dans des pays comme le Cameroun.

Thomas Kwasi Tieku, professeur agrégé et expert en relations Canada-Afrique au King’s University College de London, en Ontario, a déclaré que le Canada doit faire attention aux pays auxquels il demande de l’aide dans sa candidature au Conseil de sécurité. Il a déclaré que le Canada devrait se méfier de paraître trop amical avec des pays comme le Soudan du Sud, la Guinée équatoriale, le Togo et l’Ouganda, en raison de leurs piètres antécédents en matière de gouvernance, de droits de l’homme et d’égalité des sexes.

«Il vaut mieux pour le Canada de rechercher un consensus à l’échelle de l’Afrique par le biais de l’Union africaine que de travailler avec des gouvernements individuels», a déclaré le professeur Tieku.

Il a déclaré que M. Trudeau adopte la bonne approche en assistant au Sommet de l’Union africaine, car le continent a tendance à voter dans le même sens au niveau multilatéral. Mais il a dit que la visite du Premier ministre est probablement trop tard s’il espère obtenir un soutien solide des pays africains. La Norvège a fait un effort concerté pour s’engager avec les pays africains avant le Canada et a probablement bloqué bon nombre des 54 votes des États membres, plaçant le Canada dans une course pour la deuxième place avec l’Irlande, a-t-il déclaré.

Il y a aussi une stratégie dans la visite de M. Trudeau au Sénégal, a déclaré le professeur Tieku, car le pays francophone a une influence parmi ses voisins ouest-africains et d’autres pays francophones du continent.

La candidature de M. Trudeau aux votes africains pourrait être renforcée par le pouvoir de célébrité du président des Raptors de Toronto, Masai Ujiri, qui s’est joint à M. Trudeau lors de son voyage en Éthiopie. Il a grandi au Nigéria et est bien connu dans une grande partie de l’Afrique.