Un Mali pour les Maliens

Alexander Thurston[1], extraits d’une entrevue par Odile Jolys, Fondation Rosa Luxemburg, 2017

En 2012, les séparatistes touaregs, initialement aux côtés des djihadistes, occupaient le nord du Mali. À la fin du printemps, les djihadistes ont repris la rébellion et ont écarté les séparatistes. En janvier 2013, les djihadistes ont pénétré dans le centre du Mali et ont semblé menacer la capitale malienne Bamako, où le gouvernement avait été renversé par un coup d’Etat militaire. La France est intervenue militairement, avec le soutien de l’Union africaine et des Nations Unies. Les forces françaises et africaines ont rapidement repris le contrôle des villes du nord du Mali, mais n’ont pas réussi à éradiquer le djihadisme dans le nord du pays ou à instaurer une paix durable dans une région profondément fragmentée. Cinq ans plus tard, des soldats étrangers, L’Opération française Barkhane et la Mission des Nations Unies (MINUSMA) sont toujours dans le pays, mais l’insécurité s’est intensifiée avec l’intensification des attaques terroristes contre les civils au Mali et dans les pays voisins.

Où en sommes-nous aujourd’hui ?

Une crise majeure dans le nord du Mali persiste parallèlement à la détérioration de la situation sécuritaire dans le centre du pays, notamment dans la région de Mopti et dans la partie nord-est de Ségou. La situation de sécurité est désastreuse. Bien que certaines mesures aient été prises pour mettre en œuvre l’accord de paix, les progrès sont très lents. Par exemple, une des principales propositions d’accord de paix était les patrouilles conjointes sous les auspices du Mécanisme Opérationnel de Coordination (MOC)[2]

Chaque étape est très délicate, étant donné que les détracteurs ont tenté de saboter les progrès et de se méfier des différents signataires de l’accord. La démobilisation et le désarmement sont très difficiles à réaliser.  Alors que la violence descend du nord au sud du Mali, il y a actuellement plus de milices qu’il y a quelques années. Une autre étape clé vers la mise en œuvre consistait à créer des autorités intérimaires dans les principales villes. Mais certains membres du bureau ne peuvent pas déménager dans la région à cause de l’instabilité et de la violence. Il reste encore un long chemin à parcourir. Les gens sont frustrés mais réticents à abandonner l’accord de paix signé en 2015 à Alger. Certains veulent des amendements, mais peu de grands signataires veulent la supprimer dans leur intégralité et recommencer.

Pourquoi la mise en œuvre de l’accord de paix semble paralysée ?

Il y a beaucoup de reproches, d’accusations et de soupçons. Principal ex-groupe rebelle du Nord, le CMA[3] estime que le gouvernement n’a pas joué son rôle. Il existe également une coalition de milices pro-gouvernementales appelée la plateforme qui se considère marginalisée dans le processus de paix, même si elle a signé l’accord de paix. La CMA (Coordination des Mouvements de l’Azawad) est signataire de l’accord de paix. L’appartenance à la plateforme considère l’accord de paix comme étant avant tout un accord entre le gouvernement et l’élite touareg et arabe, plutôt que la volonté de tous les groupes ethniques et de la société civile du nord. Le gouvernement, principalement des populations du Sud, pense que les ex-rebelles n’ont pas été sincères. Il y a de la discorde au sein même de la CMA et au sein de la plateforme, même si tous deux ont signé l’accord de paix. Dans le mélange également, il y a des groupes armés ethniques ou tribaux récemment formés, qui tentent d’être reconnus pour être intégrés dans le processus de paix. La prolifération de ces petits groupes armés complique de plus en plus le processus de paix.

Quel est le rôle de la France ?

L’Algérie a joué un rôle majeur en tant que médiateur dans le processus de paix, mais si les gens ne font pas confiance au médiateur, cela complique beaucoup les choses. Pendant ce temps, les gens disent que la France s’intéresse aux ressources naturelles encore à découvrir dans le désert du Sahara. Ils parlent d’uranium, de pétrole, etc. Ils ont le sentiment que la France est particulièrement favorable aux Touaregs, qu’ils sont émotionnellement attachés aux rebelles touareg ou que la France souhaite que le Mali soit faible et divisé. En 2013, lors de l’intervention militaire française, ils étaient initialement très populaires. Les gens étaient dans les rues avec des drapeaux français, accueillant les troupes françaises. Mais maintenant, nous voyons un ressentiment croissant envers la France et les Français.

Qu’est-ce que les Maliens pensent de la présence militaire étrangère ?

Beaucoup de Maliens ne font pas vraiment confiance à l’opération Barkhane, l’opération militaire française contre les djihadistes dans la région du Sahel. Beaucoup de gens sont confus parce que la violence à laquelle ils sont confrontés dans leurs communautés est commise par des criminels locaux ou des groupes de milices ethniques. C’est la véritable source d’insécurité dans la vie de nombreuses personnes. Ils voient Barkhane se concentrer sur les terroristes, les djihadistes, et ils ne comprennent pas pourquoi les soldats français ne résolvent pas leurs problèmes. Les gens pensent que les Français ont un accord secret avec les rebelles. Ils veulent que l’État prenne le contrôle et veulent une meilleure gouvernance.

Que dire de l’Initiative dite du G5-Sahel ? Croyez-vous qu’ensemble ils ont le pouvoir d’arrêter les jihadistes ?

Elle est orchestrée par la France, mais comprend des militaires de la Mauritanie, du Burkina, du Niger et du Tchad, sans compter les Maliens. Je ne suis pas convaincu qu’ils le peuvent, car nous ne parlons que de 5 000 soldats pour toute la région, même s’ils se concentrent uniquement sur le Mali et les régions frontalières vers le Burkina Faso et le Niger. Bien que je ne pense pas que plus de soldats soit la solution, je ne pense pas que 5 000 soldats suffisent pour accomplir ce que les partisans du G-5 espèrent réaliser. Il y a de l’optimisme et l’espoir que le G5 offrira une sortie possible aux troupes françaises au Mali mais je ne pense pas que cela fonctionnera vraiment. Les Français se sentiront probablement obligés de rester.

Que faire pour relancer le processus de paix ?

À mon avis, la solution consiste à accélérer le processus politique. Il n’y a pas de solution militaire à la crise. Ce qu’il est possible de faire, c’est d’inclure autant de personnes que possible dans le processus de paix, y compris les djihadistes. La première étape consiste à rouvrir le dialogue. C’est une idée controversée au Mali et elle n’est pas très appréciée à Paris ou à Washington. Mais je pense qu’il faut dialoguer avec les djihadistes. Les Maliens qui veulent le dialogue disent que le gouvernement malien devrait parler à quiconque est malien. Le gouvernement français est publiquement contre le dialogue avec les djihadistes. Il y a eu une conférence de compréhension nationale l’année dernière et ils ont formulé une recommandation formelle selon laquelle il devrait y avoir un dialogue avec les rebelles. Le gouvernement français a immédiatement dit non. Aux yeux des Français, c’est une lutte contre le terrorisme. Le président malien était peut-être au départ ouvert à l’idée, mais a changé d’avis après que la France eut exprimé son refus de parler à Koufa et Ag Ghali[4] (deux chefs rebelles). Tant le gouvernement des États-Unis que les Nations Unies ont dressé des listes noires de personnes appartenant à Al-Qaïda, à l’Etat islamique, etc. Ag Ghali est sur la liste. Ma première recommandation est que les gouvernements occidentaux modifient leurs attitudes sur cette question. Tout le monde a des suggestions sur ce que le gouvernement malien pourrait ou devrait faire, mais les gouvernements occidentaux doivent se montrer plus critiques vis-à-vis de leurs positions dans la crise malienne. En attendant, si le gouvernement malien parle aux djihadistes, cela ne signifie pas nécessairement qu’il donne quelque chose – il suffit de commencer la conversation et de voir ce qui se passe. Si les djihadistes exigent l’application de la charia au Mali ou que tous les étrangers doivent quitter le pays, les Maliens et la communauté internationale ne doivent évidemment pas accepter cela.

Quel est le Mali que les Maliens veulent ?

Il y a encore des séparatistes durs parmi le MNLA, qui veulent un nouveau pays dans le nord appelé Azawad. Et un certain nombre de groupes parmi les CMA qui veulent plus d’autonomie, que ce soit une régionalisation sérieuse ou un fédéralisme. Beaucoup de personnes dans le centre du pays veulent le retour de l’État. Ensuite, bien sûr, il y a des djihadistes qui veulent avoir leur propre vision dure de la charia et d’un État islamique. Dans certains milieux, y compris parmi les laïcs et les intellectuels, il y a l’idée que le Mali devrait être repensé. La domination culturelle de certains groupes ethniques devrait changer. Ces penseurs veulent plus d’inclusivité, plus de diversité. Par exemple, un intellectuel malien que j’ai rencontré a suggéré que la capitale du Mali soit relocalisée dans un lieu symboliquement central. Je ne pense pas que ça va arriver mais c’est une idée intéressante. C’est une pensée au niveau symbolique, exprimant le sentiment que la diversité du Mali a été insuffisamment institutionnalisée. De plus, un certain nombre de personnes m’ont dit qu’elles étaient gênées par toute la discussion autour de l’ethnicité. Une attention considérable est maintenant accordée aux origines ethniques des personnes. Les gens sont de plus en plus conscients des problèmes ethniques. Mais de l’autre côté, vous rencontrez à plusieurs reprises des gens qui disent vouloir un Mali où ils ne sont que des Maliens.

[1] Professeur à l’université de Georgetown à Washington et auteur de Boko Haram. L’histoire d’un mouvement djihadiste africain, Princeton University Press, 2017

[2] Le MOC (Mécanisme Opérationnel de Coordination) à Gao. Le MOC est composé de 600 combattants issus de groupes armés, signataires de l’accord de paix, et des soldats maliens.

[3] Coordination des Mouvements de l’Azawad.

[4] Iyad Ag Ghali a participé à la rébellion touareg dans les années 1990 et s’est rapproché des mouvements djihadistes dans la région. En 2012, il crée Ansar Dine, un groupe de djihadistes salafistes ayant participé à l’invasion du nord du Mali. Il a revendiqué les attentats de mars 2018 contre l’ambassade de France à Ouagadougou et le siège des forces armées du Burkina Faso.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici