Venezuela : démocratie en péril

Pour différentes raisons, tant le gouvernement de Maduro que l’opposition autour de Juan Guaidó font de leur mieux pour susciter la méfiance lors des élections législatives et pour limiter au maximum la participation des électeurs.

Les groupes et partis politiques articulés autour de la figure de Guaidó ont dénoncé ces élections comme frauduleuses et ont annoncé leur appel à l’abstention avant même de connaître les conditions dans lesquelles elles se dérouleraient, conditions pas nécessairement très différentes de celles dans lesquelles les partis d’opposition ont remporté les élections législatives de 2015 à une large majorité. Il y a plusieurs raisons à cela. Selon la ligne directrice du gouvernement Trump, qui considère le « changement de régime » comme la seule option acceptable, ils ont rejeté toute possibilité d’accord politique et considéré les élections comme une réaffirmation de la Constitution de 1999, une Constitution qu’ils veulent éliminer. Il est tout aussi clair que lors d’élections libres, même dans les meilleures conditions possibles, il y aurait un changement dans la composition de l’Assemblée nationale. Ils savent que le soutien au Guaidó, et aux partis et fractions de partis qui le soutiennent aujourd’hui, est bien plus faible qu’il y a cinq ans, voire un an.

Le pays n’est plus caractérisé par la polarisation des années précédentes. Selon l’enquête Delphos d’août 2020, la majorité de la population rejette Maduro, mais ne s’identifie ni à Guaidó ni aux partis qui l’accompagnent. Tous les sondages d’opinion montrent qu’une proportion croissante de la population ne s’identifie ni au gouvernement ni aux partis d’opposition. Contrairement à la situation au début de 2019, où ceux qui ont reconnu Guaidó comme président étaient bien plus nombreux que ceux qui ont reconnu Maduro comme tel, aujourd’hui, 50 % de la population reconnaît Maduro comme président et seulement 16,2 % reconnaissent Guaidó. Alors que 81,1 % se disent « peu satisfaits » ou « pas satisfaits du tout » des « résultats obtenus par Nicolás Maduro dans sa carrière politique », le chiffre pour Guaidó est encore plus élevé : 89 %. 52 % des personnes interrogées considèrent que la « manière la plus réaliste et la plus possible de surmonter la crise » est « par des accords pacifiques et négociés » entre le gouvernement et l’opposition. Une forte proportion de ceux qui s’identifient à ces partis d’opposition, tout en rejetant la participation électorale, considèrent que la sortie de crise nécessite une intervention militaire internationale (42,9 %). Les répondants se sentent plus identifiés au PSUV (24,4 %) que la somme de ceux qui s’identifient aux quatre partis dits G4 (15,6 %). Plus de personnes se disent prêtes à voter pour les candidats du gouvernement que pour les candidats des partis d’opposition, et plus de personnes sont prêtes à voter pour des candidats indépendants que pour les candidats de ces partis.

Ce secteur de l’opposition sait qu’avec ces changements politiques importants et les effets de l’amélioration de la représentation proportionnelle, la composition de l’Assemblée nationale, même lors d’une élection avec un maximum de garanties, changerait considérablement. Ce serait une assemblée beaucoup plus diversifiée dans laquelle aucun secteur n’aurait l’hégémonie et qui deviendrait donc un domaine dans lequel, pour prendre des décisions, il serait nécessaire de parvenir à des accords, il serait indispensable de négocier avec les opposants politiques. Ils savent que, sans aucun doute, Guaidó cesserait d’être président de l’Assemblée et qu’avec cela, tout l’échafaudage de son gouvernement parallèle s’effondrerait. Il serait difficile pour ce que les États-Unis appellent « la communauté internationale » de continuer à le reconnaître comme « président légitime ». L’option a donc été de refuser de participer, d’ignorer les élections et leurs résultats à l’avance, de tout faire pour les délégitimer, et de rechercher une abstention maximale. Tout cela semble conduire à la création d’un gouvernement en exil au destin incertain.

La priorité de ces secteurs est d’exterminer l’expérience bolivarienne et de contrôler le pouvoir de l’État à tout prix. La meilleure preuve de cette volonté de placer leurs intérêts politiques et/ou personnels au-dessus des intérêts de la population est non seulement leur soutien aux sanctions économiques unilatérales illégales que le gouvernement Trump a imposées au Venezuela, mais aussi leurs appels successifs à les augmenter. Ces sanctions n’affectent pas le gouvernement Maduro, qui les utilise pour resserrer les rangs des forces armées et du PSUV et, également, pour justifier la profondeur de la crise. Elles affectent gravement l’ensemble du peuple vénézuélien. Dans les conditions de la grave crise humanitaire que connaît le pays, aggravé par la pandémie, le fait de soutenir le blocus des exportations de pétrole — principale source de revenus des devises nécessaires à l’importation de denrées alimentaires et de médicaments —, d’entraver ou d’empêcher l’importation d’intrants et de s’approprier, comme des pirates, l’essence appartenant à l’État vénézuélien dans les eaux internationales, en cherchant à stopper l’activité productive du pays, illustre où se situent les priorités de ce secteur. Il s’agit d’une politique directement criminelle.

Le gouvernement Maduro cherche également à promouvoir une abstention électorale maximale. Il faut que les élections soient conformes, au moins formellement, à la Constitution, qu’elles recherchent un minimum de légitimité et que le Guaidó quitte le pays. Mais il sait que si la participation électorale est élevée, étant donné le très large rejet de la population à l’égard de son gouvernement et de lui-même, il serait massivement battu. Il propose donc de mobiliser autant que possible sa base électorale, désormais plus réduite, mais existante, et de chercher par tous les moyens à obtenir l’abstention du reste de la population, comme cela s’est produit lors des élections de l’Assemblée nationale constituante illégitime, qui a fini par représenter 100 % des représentants du gouvernement.

Pour atteindre ces objectifs, il s’est consacré, et continuera certainement à le faire, à mettre tous les obstacles possibles à la participation électorale, en commettant un large éventail d’arbitraires et d’illégalités, en donnant sur un plateau d’argent aux abstentionnistes de l’opposition « Guaidoiste », tous les arguments nécessaires pour justifier sa politique abstentionniste. La liste de ces illégalités, obstacles et arbitraires est longue. À titre d’illustration, il suffit d’en citer quelques-uns : la mise à jour limitée du registre électoral, les délais serrés pour les élections, la manière dont le conseil d’administration du Conseil national électoral a été nommé et comment, en violation de toutes les règles, la Cour suprême a nommé le nouveau vice-président de l’organisme. Mais tout cela passe après l’illégalité plus autoritaire et arbitraire : l’intervention du gouvernement, via la Cour suprême, des partis de l’alliance « Guaidoiste », leur destitution du chef et la nomination de nouveaux leaders plus favorables au gouvernement. L’intervention du Mouvement Tupamaro, de l’UPV et du PPT montre que les organisations de gauche, alliées qui osent prendre des positions critiques, sont tout aussi réprimées.