Venezuela : des sanctions qui tuent

BRANKO MARCETIC, extrait d’un texte paru dans Jacobin, 6 mai 2019

Alors que les médias et les personnalités politiques se réjouissent du changement de régime dans l’intérêt du peuple vénézuélien, ils ne disent rien des sanctions qui tuent les citoyens vénézuéliens ordinaires.

Frida Ghitis, correspondante de CNN, conseille l’administration Trump au Venezuela en déclarant son accord avec la politique du président dans le pays: « Les États-Unis doivent s’abstenir d’intervenir militairement », a-t-elle affirmé, « mais devraient continuer à faire preuve de diplomatie, même logistique, soutien. » Qui peut discuter avec cela?

Ce que Ghitis ne dit pas, c’est qu’elle, comme le reste de l’establishment politique et médiatique, appuie les sanctions économiques imposées par l’administration. Un outil diplomatique de premier plan, considéré dans les cercles politiques de Washington comme une alternative « limitée » et non violente à la guerre.

À l’exception d’une nouvelle étude, les sanctions à l’encontre du Venezuela ont été dévastatrices pour les personnes mêmes que Ghitis prétend « inciter à », provoquant la mort de dizaines de milliers de personnes tout en plongeant des millions de personnes dans la précarité.

L’  étude en question, réalisée par les économistes Mark Weisbrot et Jeffrey Sachs, examine les ravages causés par les sanctions de Trump sur les Vénézuéliens ordinaires. Le pays a connu environ quarante mille décès supplémentaires entre 2017 et 2018. 300 000 personnes sont menacées par le manque d’accès aux médicaments et aux soins de santé, dont 80 000 Vénézuéliens séropositifs. Quatre millions de personnes souffrent de diabète et d’hypertension, dont beaucoup n’ont pas accès aux médicaments dont elles ont besoin.

Weisbrot et Sachs confirment ce qui a toujours été évident: si l’économie du Venezuela était en crise, à cause de sa dépendance excessive à l’égard du pétrole, de la corruption et d’autres facteurs, un élément clé de l’argument avancé par les leaders du changement de régime comme Ghitis – les sanctions imposées par les États-Unis ont transformé une situation déplorable en une crise humanitaire à part entière.

Ces sanctions ont provoqué une chute de la production de pétrole plus de trois fois supérieure à celle des vingt mois précédents, entraînant une perte d’environ 6 milliards de dollars de revenus. Pour mettre cela en perspective, les auteurs notent que les importations de produits alimentaires et de médicaments en 2018 coûtaient moins du tiers de ce chiffre. Pratiquement toutes les nécessités de base de la vie quotidienne des Vénézuéliens – médicaments alimentaires, eau potable, électricité, transports – sont financées par les recettes d’exportation du pétrole.

La série de sanctions imposées en janvier dernier a encore tourné la vis. Les importations américaines pour la première fois sont tombées à zéro pendant trois semaines complètes. Les revenus pétroliers pour cette année, écrivent-ils, devraient chuter de 67% « de manière cataclysmique et sans précédent » par rapport à l’année dernière.

L’étude explique comment les sanctions et autres formes de pression ont placé le pays dans une impasse. Trump a fait pression sur d’autres pays pour qu’ils n’achètent pas de pétrole au Venezuela, entraînant une baisse de production de 130 000 barils par jour cette année, soit plus de six fois le taux de déclin moyen enregistré au cours des six derniers mois de l’année dernière. Les sanctions ont gelé plus de 17 milliards de dollars des avoirs du pays, empêché la vente de milliards de dollars en crédits commerciaux et empêché le pays de restructurer sa dette extérieure. Il ne peut même pas recevoir les paiements envoyés par les pays participant à son programme de paiement préférentiel pour le pétrole.

Trump s’est efforcé de fermer toutes les voies possibles que le gouvernement pourrait utiliser pour stabiliser l’économie et prévenir la catastrophe humanitaire en cours.

Ceci est important, car cette crise économique et humanitaire provoquée par l’administration Trump est généralement imputée à Maduro, qui devient alors pervers un argument de poids en faveur d’un changement de régime. Récemment, le Washington Post affirmait avec désinvolture que «la corruption, la mauvaise gestion et des politiques ratées ont mis le Venezuela à genoux. »

En mars 2018, le Conseil des droits de l’homme des Nations unies a adopté une résolution critiquant leur utilisation, affirmant qu’elles auraient un impact disproportionné sur «les classes les plus pauvres et les plus vulnérables» du Venezuela. Les agences de l’ONU ont en fait envoyé de l’aide pour atténuer leur impact. Son responsable des droits de l’homme a déclaré que les sanctions avaient « exacerbé » la crise dans le pays, a averti l’ un de ses experts des droits de l’homme. Alfred de Zayas, le premier rapporteur de l’ONU à se rendre dans le pays depuis des décennies, a qualifié les sanctions de « guerre économique ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici