Venezuela : le capitalisme de catastrophe

 

Lundi 28 janvier, le département du Trésor américain a annoncé que tous les actifs et intérêts de PDVSA sous juridiction américaine avaient été « bloqués » et interdisait aux ressortissants américains de conclure toute transaction avec la société vénézuélienne (1 ). Le secrétaire Steve Mnuchin a ajouté que « si le peuple du Venezuela veut continuer à nous vendre du pétrole », il ne l’acceptera que si cet argent est crédité sur des « comptes bloqués » qu’il mettrait éventuellement à la disposition du « gouvernement de transition ».

Selon John Bolton, conseiller à la sécurité nationale de l’administration Trump et présent à la même conférence de presse, ces sanctions contre PDVSA causeraient au Venezuela des pertes estimées à 11 milliards de dollars en exportations en 2019 et un gel de 7 milliards de dollars. dollars en biens.

Jeudi 24 janvier, dans une déclaration à la chaîne FOX Business, Bolton avait déclaré que « cela ferait une grande différence pour les États-Unis sur le plan économique si nous pouvions avoir des sociétés pétrolières américaines qui investissent et produisent du pétrole au Venezuela ». Trois minutes à peine avant de préciser les véritables intentions de l’impérialisme américain, il a affirmé que Chávez et Maduro avaient « appauvri le Venezuela; nous avons maintenant entre trois et quatre millions de réfugiés qui ont fui le pays, un événement sans précédent dans l’hémisphère occidental; Maduro et Chávez avant lui ont systématiquement pillé les ressources pétrolières du pays; il n’y a pas d’investissement en capital, les revenus ont diminué; littéralement la société civile s’effondre « , raison pour laquelle l’administration Trump a décidé de reconnaître Juan Guaidó comme « président par intérim ». 

Quelques heures après que les sanctions contre PDVSA soient devenues publiques, le mardi 29 janvier, l’Assemblée nationale a approuvé un « accord pour la promotion du plan de sauvetage du pays », qui stipule qu’au Venezuela un « effondrement économique » s’est produit. et social « qui a provoqué une » urgence humanitaire « , une situation qui est une conséquence de la politique du » régime Nicolás Maduro « , qui a imposé » un modèle totalitaire économique et politique de domination et de contrôle social « , connu sous le nom de » socialisme du 21ème siècle « .

Voici, dans un bref résumé, un exemple de la manière dont des agents étrangers et une langue vernaculaire agissent dans le cadre de son formidable ouvrage intitulé « La doctrine du choc », décrit par Naomi Klein comme « le capitalisme catastrophique » Le Venezuela, à un moment où ces mêmes forces cherchent à affecter gravement, si possible de manière irréversible, notre capacité à interpréter notre présent.

Naomi Klein appelle « le capitalisme du désastre » les « attaques organisées contre les institutions et les biens publics, toujours après des événements catastrophiques, tout en les déclarant comme des opportunités de marché attrayantes ». C’est ce qui est arrivé, d’abord au Chili sous la dictature de Pinochet, mais aussi à la Nouvelle-Orléans, aux États-Unis, après l’ouragan Katrina en 2005; au Sri Lanka après le tsunami de 2004; en Irak après l’invasion dirigée par le gouvernement américain en 2003; aux mêmes États-Unis après le 11 septembre 2001; en Chine après Tiananmen, en 1989; en Russie gouverné par Eltsine, en 1993, et un long etcetera. Selon Klein, dans chacun de ces cas, les attaques étaient dirigées par des partisans fervents des politiques d’ajustement néolibérales.

C’est exactement ce qui se passe au Venezuela, avec la circonstance aggravante que le choc est provoqué dans une large mesure par les élites locales et l’impérialisme américain, avec la contribution décisive de leurs bases respectives de soutien social, provenant principalement des classes moyen et élevé, très semblable à ce qui se passait déjà au Chili sous le gouvernement de Salvador Allende, en 1970-1973. Dans les deux cas, ce sont des gouvernements démocratiques, d’orientation socialiste, élus au suffrage populaire, systématiquement assiégés, et leurs économies respectives étouffées, dans le but de créer les conditions d’une sortie de force leur permettant de « neutraliser » les classes populaires favorables au changement révolutionnaire.

Entre autres choses, les récentes déclarations d’Alfonso Guerra, ancien vice-président espagnol, comparant le gouvernement de Nicolás Maduro à la dictature de Pinochet, sont particulièrement répugnantes. Selon Guerra, « le Venezuela souffre d’une dictature, elle aussi incompétente, parce que parfois les dictatures liquident la liberté du peuple mais au moins elles sont efficaces dans le domaine économique ». Plus tard, il a conclu: « Entre l’horrible dictature de Pinochet et celle de Maduro, il y a une différence: que dans un endroit l’économie n’a pas chuté et dans un autre elle est tombée ».

Le « désastre » actuel de l’économie vénézuélienne n’est pas un travail, comme le dicte le document de l’Assemblée nationale, du « socialisme du XXIe siècle », ni de « l’incompétence » du gouvernement, mais fondamentalement de l’action des pouvoirs factuels capitalistes global et local, auxquels s’ajoutent les difficultés politiques de la révolution bolivarienne pour régler le conflit en faveur des majorités populaires. Le Venezuela souffre aujourd’hui d’un véritable « capitalisme en cas de catastrophe », presque manuel.

Dans le discours dominant, la situation au Venezuela a été traduite par « urgence », mais surtout par « crise humanitaire ». Déterminer les conditions historiques qui ont rendu possible l’utilisation de ce concept et les effets de pouvoir correspondants, reste une tâche en suspens.

Un calcul très préliminaire, prenant comme référence l’actualité publiée dans « Voice of America », organe de propagande du gouvernement américain, permet de suivre l’utilisation du concept en 2014. Il est intéressant de noter qu’il semble associé au droit à la liberté d’expression. En effet, le 31 mars, au milieu de la deuxième vague de violences anti-Chávez contre le gouvernement de Nicolás Maduro, Rodrigo Diamanti, économiste diplômé de l’Université catholique Andrés Bello et président de l’oenegé « Un monde sans bâillon », a déclaré la crise politique au Venezuela, conjuguée à la crise économique et sociale, génère une crise humanitaire « . Contre toute évidence, Diamanti a affirmé que le gouvernement avait violé le droit de manifestation pacifique et mené la persécution sur les réseaux sociaux.

En 2014, le terme n’a été utilisé que dans une note relative à la situation de l’hôpital. José Manuel Olivares, « médecin résident de l’hôpital universitaire de Caracas et spécialiste de la radio-oncologie et de la médecine nucléaire », assumait alors le porte-parole, affirmant que « le pays traverse actuellement une crise humanitaire ». « Voice of America » ​​a omis d’informer qu’Olivares était alors un militant du parti de droite Primero Justicia. En fait, il est actuellement député à l’Assemblée nationale et a été élu aux élections législatives de 2015 par l’État de Vargas, ainsi que par ailleurs le député Juan Guaidó.

Ce sera en 2015 lorsque le terme sera définitivement installé à l’ordre du jour. Le 24 février, le groupe de réflexion « International Crisis Group » publie un rapport dans lequel il avertit que le Venezuela « pourrait faire face à une crise humanitaire si des mesures ne sont pas prises pour résoudre les problèmes du pays ». Quelques semaines plus tard, lundi 9 mars, l’administration Obama déclare que le Venezuela est « une menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité nationale et la politique étrangère » des États-Unis et impose des sanctions à sept responsables présumés de violations des droits de l’homme. Dans une note datée du 11 mars, José Manuel Olivares, qui a déclaré au nom de l’oenegé « Médecins pour la santé », a affirmé que le pays était confronté à « une crise sanitaire humanitaire ». Le lendemain, le sénateur républicain Marco Rubio aurait déclaré: « Alors que les sanctions économiques individuelles contre les auteurs de violations des droits de l’homme, annoncées plus tôt cette semaine, se sont concentrées sur la catastrophe infligée par Nicolás Maduro et son régime Les Vénézuéliens doivent faire plus et prêter davantage d’attention à cette crise humanitaire et économique qui menace la sécurité régionale « . Le même jour, le secrétaire d’État John Kerry « a assuré que, si le Venezuela mettait fin à l’aide pétrolière qu’il offre aux pays de la région, une crise humanitaire pourrait se déchaîner ». Dès lors, le porte-parole anti-Chavez utilisera ce terme de plus en plus fréquemment. qui ont été annoncés plus tôt cette semaine, ont mis l’accent sur la catastrophe que Nicolás Maduro et son régime ont infligée aux Vénézuéliens. Il faut faire plus et accorder davantage d’attention à cette crise humanitaire et économique qui menace la sécurité régionale « . Le même jour, le secrétaire d’État John Kerry « a assuré que, si le Venezuela mettait fin à l’aide pétrolière qu’il offre aux pays de la région, une crise humanitaire pourrait se déchaîner ». Dès lors, le porte-parole anti-Chavez utilisera ce terme de plus en plus fréquemment. qui ont été annoncés plus tôt cette semaine, ont mis l’accent sur la catastrophe que Nicolás Maduro et son régime ont infligée aux Vénézuéliens. Il faut faire plus et accorder davantage d’attention à cette crise humanitaire et économique qui menace la sécurité régionale « . Le même jour, le secrétaire d’État John Kerry « a assuré que, si le Venezuela mettait fin à l’aide pétrolière qu’il offre aux pays de la région, une crise humanitaire pourrait se déchaîner ». Dès lors, le porte-parole anti-Chavez utilisera ce terme de plus en plus fréquemment. Le secrétaire d’État John Kerry « a assuré que, si le Venezuela mettait fin à l’aide pétrolière qu’il offre aux pays de la région, une crise humanitaire pourrait se déchaîner ». Dès lors, le porte-parole anti-Chavez utilisera ce terme de plus en plus fréquemment. Le secrétaire d’État John Kerry « a assuré que, si le Venezuela mettait fin à l’aide pétrolière qu’il offre aux pays de la région, une crise humanitaire pourrait se déchaîner ». Dès lors, le porte-parole anti-Chavez utilisera ce terme de plus en plus fréquemment.

En 2016, déjà sous le contrôle de l’opposition, l’Assemblée nationale deviendra une caisse de résonance pour ce discours: le 26 janvier, elle déclarera « la crise humanitaire dans la santé du Venezuela, compte tenu de la grave pénurie de médicaments, de fournitures médicales et de médicaments. » détérioration de l’infrastructure sanitaire « . Le 11 février, il sera déclaré » crise humanitaire et manque de sécurité alimentaire pour la population vénézuélienne « . Le 23 janvier, l’équipe de Misión Verdad a publié un rapport dans lequel elle fournissait des données permettant de démontrer le caractère fallacieux du « discours cartellisé sur le » manque de dollars « en tant que cause fondamentale de la restriction de l’offre de médicaments produisant de manière oligopolique » quelques rares sociétés transnationales pharmaceutiques établies dans le pays. Le 15 février, le journaliste Víctor Hugo Majano a averti:

Compte tenu de cette relation partielle des faits, et à première vue, compte tenu des conditions historiques dans lesquelles ce discours a émergé, du type de porte-parole qui l’utilise, des raisons qui l’inspirent, il semble clair que lorsqu’il commence à parler de « crise humanitaire » au Venezuela cela se fait à la manière d’une prophétie auto-réalisatrice. Ceux qui parlent ce langage « humanitaire », plutôt que de mettre en garde sur ce qui peut arriver, anticipent une réalité avec la matérialisation de laquelle ils se sont engagés. En revanche, au lieu de décrire une situation, le problème est posé de telle sorte que seul le gouvernement soit « coupable » et la solution proposée une fois pour toutes: « l’intervention humanitaire ». C’est la clé pour comprendre: il n’y a pas de « crise » sans « intervention ».

Un autre effet politique est la dégradation progressive du langage politique: « l’humanisation » du discours est l’expression la plus récente de la déshumanisation du chavisme, qui est consubstantielle à l’anti-chavisme. Les « hordes » des premières années de la révolution bolivarienne sont l’équivalent du complice et du chavismo criminel d’un « génocide » qui, comme Nicolás Maduro, est également un « usurpateur », tout comme l’était « illégitimement » Hugo Chávez. La virulence actuelle des attaques contre le chavisme, qui est considérée comme un sujet d’extermination légitime, méprisable et méprisable, n’est pas due à la « crise humanitaire », comme on pourrait le penser: c’est exactement la même virulence qu’il y a vingt ans. , alimentée par la brutalité avec laquelle le « capitalisme du désastre » s’exprime au Venezuela aujourd’hui.

Cette « humanisation » du discours politique est le complot épais sur lequel elle tente de légitimer l’attaque despotique de l’administration Trump contre PDVSA: elle est « justifiée » car, mots plus, mots moins, comme l’a déclaré John Bolton à Fox Business Le 24 janvier, nous parlons d’un gouvernement « génocidaire » et « corrompu ». Où est le piège? En ce sens que ce complot discursif fonctionne comme un marécage: quiconque le met en doute, c’est parce que « ne reconnaît pas » ou ne « justifie » pas la crise ou la corruption. Ainsi, les principaux responsables de la « catastrophe » sont dégagés de toute responsabilité.

La « crise humanitaire » est une opportunité commerciale, comme l’a reconnu Bolton dans une interview avec Fox Business, ainsi que des projets promus avec enthousiasme par l’Assemblée nationale.

Le 19 décembre 2018, à l’initiative de l’Assemblée nationale, le « Plan du pays, le lendemain » a été présenté, qui tracerait la feuille de route à suivre pendant la « transition vers la démocratie ». Selon « Banca y Negocios », le plan comprend:

  • « Réactiver l’appareil productif […] en ayant recours au financement des banques multilatérales », lire le Fonds monétaire international;
  • « Démanteler le système de contrôles, de réglementations, d’obstacles bureaucratiques et de normes punitives »;
  • « Investissements internationaux dans un cadre réglementaire qui crée la confiance et protège efficacement la propriété privée »;
  • « Ouverture aux investissements privés dans les entreprises publiques »;
  • « Approbation d’une nouvelle loi sur les hydrocarbures […] permettant à un capital privé de devenir actionnaire majoritaire dans des projets pétroliers ».
  • « Le secteur privé sera responsable […] de l’exploitation des actifs des services publics »;
  • « L’efficacité de l’État pour réduire sa taille ».

En matière sociale: « Il s’agit de fournir et de donner un accès permanent à des biens et services de première nécessité, d’accorder une attention particulière aux secteurs de la santé, de l’éducation et de la nutrition des plus vulnérables et d’encourager des emplois de qualité et la protection du revenu familial » ( 18).

Le 9 janvier 2019, l’avant-projet de « texte statutaire régissant la transition vers la démocratie et le rétablissement de la constitution de la République bolivarienne du Venezuela » a été distribué à l’Assemblée nationale. Dans son article 21, on peut lire: « L’Assemblée nationale dictera les lois nécessaires pour (sic) assister à l’urgence humanitaire complexe et promouvoir le sauvetage de l’économie vénézuélienne, conformément à l’Accord de Plan de pays approuvé le 18 décembre 2018 ».

Immédiatement, il énumère les objectifs à atteindre: « une reprise économique rapide grâce à une assistance financière internationale extraordinaire d’organisations multilatérales » (numéro 1); « Les contrôles centralisés et les mesures arbitraires d’expropriation ainsi que d’autres mesures similaires seront supprimés, notamment le contrôle des changes. À cette fin, le modèle de contrôle centralisé de l’économie sera remplacé par un modèle de liberté et de marché fondé sur le droit de chaque Vénézuélien de travailler sous les garanties du droit de propriété et de la liberté d’entreprise « (numéro 2); « Les entreprises publiques seront soumises à un processus de restructuration garantissant leur gestion efficace et transparente, notamment par le biais d’accords public-privé » (numéro 4) « (19).

Comme on peut le constater, le « Plan de pays » et le projet de « Loi de transition » sont soumis à des mesures clairement néolibérales: déréglementation, privatisations massives (y compris PDVSA), restructuration de l’État, etc. Et ce qui est considéré comme des mesures en matière sociale qui, étant donné que nous traversons une « crise humanitaire », devraient être au cœur de toute proposition de « transition vers la démocratie », cela reste une version très modeste des politiques promues pendant la révolution bolivarienne.

Telle est la proposition trompeuse des «capitalistes du désastre» au Venezuela: ils promettent de retourner dans le pays de Chavez, qui aurait été détruit par le «socialisme du XXIe siècle», mais en appliquant les mêmes politiques néolibérales des années 80 et 90, dont le peuple vénézuélien s’est déjà rebellé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici