Venezuela : les côtés sombres de l’aide humanitaire

 

Manuel Díaz Olalla, Jacobin, 02/08/2019

Selon le droit international humanitaire, les principes humanitaires et ceux qui régissent les relations internationales, l’aide doit être fournie exclusivement pour répondre aux besoins de la population dans une situation limitée et ne peut envisager aucune conditionnalité ni rechercher d’autres objectifs. L’action humanitaire a pour objectif de protéger la vie et la santé et de garantir le respect de l’être humain (principe d’humanité), en plus d’être autonome des objectifs politiques, économiques, militaires ou autres que tout agent peut avoir les zones dans lesquelles des mesures humanitaires sont mises en œuvre (principe d’indépendance).

Apparemment, aucun organe indépendant n’a évalué la situation de la population vénézuélienne la plus touchée par la crise et les nouvelles selon lesquelles nous sommes soumis à la conditionnalité et à d’autres objectifs fallacieux sont à la base de leur aide propre et prévue: servir de propagande anti-gouvernementale pour changer le scénario politique en essayant de créer à partir de sa distribution une légitimité parallèle. C’est-à-dire que cette collaboration intempestive est destinée à et répond à d’autres finalités mal dissimulées et non humanitaires de l’une des parties au litige, telles que le changement de gouvernement, l’imposant à l’autre partie qui la rejette, contrevenant ainsi aux règles élémentaires réglementer ce type d’initiatives internationales. Non seulement cela, mais cette dernière preuve nous amène à conclure que cela peut générer plus de division, de tension et de violence,

Pour que « l’aide humanitaire » soit offerte, elle doit être demandée par le gouvernement légitime du pays touché lorsque la situation dépasse ses propres capacités de solution ou, si le gouvernement n’existe pas ou s’est effondré. Le gouvernement légitime du Venezuela est présidé par M. Maduro, car il est reconnu par les Nations Unies, l’OEA et même les 28 pays de l’Union européenne.

Les acteurs humanitaires ne doivent pas prendre parti dans les hostilités ni dans les controverses de nature politique, raciale, religieuse ou idéologique (principe de neutralité). Depuis l’aube de l’humanisme moderne, les tentatives fréquentes de contrôle de l’aide par les parties impliquées dans les conflits sont connues pour récompenser leurs adversaires et punir leurs adversaires, violant ainsi un autre des principes élémentaires de cette mission de solidarité, l’impartialité, cela exige que l’action humanitaire soit menée en fonction des besoins de la population, en accordant la priorité aux cas les plus urgents et sans distinction de nationalité, de race, de sexe, de convictions religieuses, de classe ou d’opinion politique. À propos de la violation annoncée et flagrante de ce principe par ceux qui défendent cette initiative ne devrait pas être beaucoup plus étendue. Les pays les plus actifs dans cette tentative d’imposition de l’aide (les États-Unis et le soi-disant « groupe de Lima ») sont ceux qui ont le plus sévèrement puni le peuple vénézuélien des sanctions et du blocus commercial qu’ils appliquent depuis quelques années. Cette conclusion est générale parmi les observateurs internationaux de la crise et a été exprimée tout particulièrement par l’ancien président du gouvernement espagnol, Rodríguez Zapatero, qui connaît bien la réalité de ce pays.

Il n’est pas nécessaire d’étendre davantage pour conclure que ce que l’on essaie d’appliquer au Venezuela avec le faux leurre de « l’aide humanitaire » est l’une des nombreuses méthodes que certains pays tentent de changer de gouvernement légitime et d’ingérer dans leurs affaires intérieures. Ceux qui le promeuvent ne sont ni indépendants, ni neutres dans le conflit, ni parmi ses objectifs. Ils soulagent de manière préjudiciable la situation de besoin des personnes touchées par la crise, car ils envisagent d’autres objectifs plus adaptés à leurs intérêts. S’ils attiraient réellement l’attention sur les besoins extrêmes de la population, ils commenceraient sûrement par orienter cette aide vers leur propre pays, car, selon la CEPALC, l’Argentine, le Brésil, la Colombie, l’Équateur et le Pérou dépassent la mortalité infantile, ce qui double le nombre de décès, qui sont les mêmes qui dépassent de loin le taux de malnutrition chronique chez les enfants de ce pays. Tout le monde est surpris de voir que ces mêmes pays sont si complaisants et si peu « envahissants » devant des situations humanitaires bien plus dramatiques en Amérique latine même, comme c’est le cas en Haïti, ou qu’ils l’ont été à d’autres époques lorsque la situation au Venezuela la situation était bien pire, précisément lorsque la prétendue opposition démocratique dirigée par Juan Guaidó gouvernait: la presse de Caracas du 21 novembre 1998 signalait que, selon les données fournies par les organisations internationales dans ce pays, 85% de la population vivait dans la pauvreté. total et 45% dans l’extrême pauvreté.

Il est extrêmement grave que la symbologie, la nomenclature et les concepts humanitaires soient utilisés pour d’autres intérêts qui ne sont pas exclusivement la survie et le bien-être de la population: aux yeux de nombreuses personnes, l’aide devient suspecte et les travailleurs humanitaires deviennent potentiels. les ennemis Les conséquences que cela a et aura à l’avenir peuvent être dévastatrices et ceux qui vont en subir les effets seront les plus faibles. De la même manière qu’il est profondément irresponsable de mettre des organisations multilatérales conçues pour la paix au service de la guerre. « L’aide humanitaire » à la force qui tente d’imposer maintenant était prévue par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies sur proposition du « groupe de Lima » et avec le soutien inhabituel et enthousiaste du gouvernement espagnol de M. Sánchez,

Il ne suffit pas de proclamer aux quatre vents qu’une solution violente à la crise est rejetée si l’on travaille au contraire. Et soutenir l’une des parties, précisément celle qui exige en permanence un soulèvement militaire et une invasion étrangère, comme le fait soi-même le Guaidó, au lieu de se joindre à des pays tels que l’Uruguay ou le Mexique qui proposent un dialogue, ne lutte pas exactement pour la paix et la paix. la compréhension Pour beaucoup d’aide humanitaire avec laquelle ils veulent dissimuler leurs intentions authentiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici