Venezuela : vers la guerre

Álvaro Verzi Rangel, Rébellion, 24 janvier 2019

Dans le monde de la post-vérité, tout est possible. Le président des États-Unis, Donald Trump, et plusieurs gouvernements d’Amérique latine complices, ont reconnu l’autoproclamé proclamation du président d’une assemblée nationale, Juan Guaidó, qui n’avait voté pour personne en tant que président par intérim du Venezuela, avec l’aval de Washington. Corollaire : le Venezuela a rompu ses relations avec les États-Unis

Le 23 janvier, l’opposition et la presse transnationale l’ont présenté comme « jour J ». Et c’était le jour D de la démobilisation des deux. Journée de la démonstration d’apathie et de passivité qui a gagné les Vénézuéliens, qui en marre d’une opposition sans idées ni crédibilité et d’un gouvernement qui n’a pas réussi à sortir le pays de la grave crise sociale et économique dans laquelle il se trouve. Il est vrai que le parti au pouvoir ne voulait pas se mobiliser, mais il n’est pas facile non plus d’organiser une véritable mobilisation en faveur de Maduro.

Et les médias cartellisés étaient remplis de fausses nouvelles, de mensonges et de demi-vérités sur un autosuffisant président pouvant être amené à installer son gouvernement à Washington ou à Bogotá.

Rompre les relations

Le président Nicolás Maduro a annoncé la décision de rompre les relations diplomatiques avec Washington. « Le gouvernement impérialiste américain mène une opération visant à imposer un gouvernement fantoche à ses intérêts dans la République par le biais d’un coup d’État (…) Il a l’intention d’élire et de nommer le président du Venezuela par des moyens extraconstitutionnels », a-t-il déclaré de Miraflores.

« Dehors, ils quittent le Venezuela, il y a de la dignité ici, bordel, voilà un peuple qui est prêt à défendre cette terre », a-t-il ajouté, indiquant que le personnel diplomatique et consulaire avait 72 heures pour quitter le pays. « Nos problèmes sont résolus chez nous, comptant toujours sur le peuple », a-t-il répété, affirmant qu’il ne permettrait pas aux pays étrangers de prendre des décisions concernant le Venezuela.

« Aujourd’hui, nous avons assisté à un silence informatif brutal (…). Les médias internationaux ont à nouveau censuré le peuple vénézuélien. Tous les médias internationaux manipulent et manipulent leur invisibilité au monde entier du fait qu’un peuple bolivarien règne ici », a-t-il déclaré.

Complices et souverains

Le Secrétaire général de l’Organisation des États américains (OEA), Luis Almagro, a déclaré que le processus de deux ans engagé par le Venezuela en avril 2017 pour quitter l’organisation avait été interrompu. « Il est évident que l’horloge est arrêtée à compter d’aujourd’hui », a déclaré Almagro, l’un des moteurs de la stratégie du gouvernement parallèle, qui pourrait devoir héberger le prétendu « président par intérim » dans les bureaux de l’OEA à Washington.

Comme on pouvait s’y attendre, le dirigeant colombien, Iván Duque, a également reconnu Juan Guaidó comme président par intérim autoproclamé. Il en va de même du gouvernement du Canada, qui suit les dictats de Washington. La Colombie « accompagne ce processus de transition vers la démocratie, afin de libérer le peuple vénézuélien de la dictature », a-t-il déclaré au Forum économique de Davos

« Nous sommes convaincus, à l’instar des autres pays du groupe de Lima, que la décision de l’Assemblée et de son président permettra de rétablir la démocratie par le biais d’élections libres et transparentes, dans le respect de la Constitution et de la participation des dirigeants de l’opposition. « a déclaré l’Argentin Mauricio Macri, rejoignant la ligne de Washington.

Guiadó, un jeune homme presque inconnu des Vénézuéliens, a assumé la présidence par intérim avant que quelques centaines de personnes ne se soient rassemblées sur l’avenue Francisco de Miranda, à Caracas, lors d’une mobilisation en faveur du Parlement et du rejet du gouvernement du président Nicolás Maduro.

« Le président Donald Trump reconnaît officiellement le président de l’Assemblée nationale, Juan Guaidó, en tant que président par intérim du Venezuela », a annoncé qu’il utiliserait « tout le poids diplomatique et économique des États-Unis pour plaider en faveur du rétablissement de la démocratie vénézuélienne » déjà encouragé à d’autres gouvernements de « l’hémisphère occidental pour reconnaître Guaidó comme président par intérim du Venezuela ».

Mais tout n’était pas rose pour le président américain. Le gouvernement mexicain a averti qu’il reconnaissait le gouvernement Maduro après la proclamation du président par intérim du président vénézuélien, Juan Guaidó. « Nous reconnaissons les autorités élues conformément à la Constitution vénézuélienne », a déclaré le porte-parole de la présidence mexicaine, Jesús Ramírez. « Jusqu’à présent, ses relations diplomatiques avec ce pays ou avec son gouvernement n’ont pas changé »,

Du côté dela Bolivie, le gouvernement a déclaré que sa priorité était de maintenir « la solidarité avec le peuple vénézuélien, en ces heures décisives au cours desquelles les griffes de l’impérialisme cherchent à nouveau à mettre fin à la démocratie et à l’autodétermination des peuples de l’Amérique du Sud »..

La guerre est assumée par le commandement militaire américain

Pour le Southern Command, en association avec le soi-disant Grupo de Lima et la direction de l’OEA, le plan visant à déclencher une intervention sérieuse au Venezuela consiste à créer une crise sociale interne angoissante et déchirante qui, face à la soi-disant communauté internationale, encourage sans restriction « aide humanitaire ».

Pour ce tableau « déchirant et déchirant », les États-Unis doivent assumer un rôle de premier plan. Le 27 décembre, avec un groupe d’opposants vénézuéliens, il a été décidé à Washington que le coup de grâce pour lancer une véritable poudrière au Venezuela, semblable à celui qui avait été donné à Kadhafi, devait être le 23 janvier.

Jusqu’à présent, le plan du Pentagone visait à stimuler le « combat aérien » entre les Vénézuéliens, première phase d’une stratégie appliquée depuis près de deux décennies, suivie d’un siège international, de sanctions et de blocus, avec des mercenaires ou des forces de pays voisins (Colombie, Brésil)

Mais au Venezuela, il n’y a pas de Pinochet. Les forces armées n’ont pas été forgées exclusivement par une caste profondément imprégnée des valeurs de la société occidentale,

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici