Vietnam : un pays pauvre s’est pris en main

0
58

KIEU Xuan Dung

 

On parle si peu de la situation au Vietnam / COVID 19 et pourtant ! Dans un pays de 93 millions d’habitants ayant une surface de 40 % de la France, aucun mort, 255 personnes touchées, moins de 200 personnes hospitalisées, plusieurs milliers de personnes sont mises en quarantaine  (14 jours) près de chez eux. 44 000 places sont disponibles pour ce processus d’isolement.  Un confinement a été aménagé depuis 15 jours seulement ! Il y a de quoi surprendre!

Longtemps considéré comme un pays « pauvre », le Vietnam,  a été félicité par l’OMS pour sa réaction face à l’épidémie de coronavirus. Pourtant, classé au 47e rang des puissances mondiales, le pays n’a pas les moyens de Singapour ou de la Corée du Sud. Le Vietnam a une longue tradition de mobilisation contre les épidémies, mais aussi de résistance à toutes sortes d’agression. Dès les premiers signes de présence potentielle du virus, le gouvernement de ce pays a pris les mesures suivantes:

 

  • Fermeture des frontières en mettant les personnes qui les qualités pour entrer dans le pays, en quarantaine . Les chinois travaillant au Vietnam sont partis en Chine pour les fêtes du nouvel an chinois. Mais ils ne sont pas revenus. Les Vietnamiens ont bloqué leur rentrée ainsi qu’aux autres étrangers (ou les ont mis en quarantaine) !
  • Repérage et le testage des personnes qui pouvaient présenter quelques symptômes et leur isolement immédiatement et localement, dans les écoles, des centres de l’armée ou des hôtels, pendant 15 jours.
  • Diffusion par tous les moyens, des mesures de protection (gestes barrières) et la diffusion des informations (par smartphone)
  • Port généralisé de masques de tous types. Il faut dire qu’un grand nombre de personnes portaient de fait déjà des masques (tissu, papier.) avec les pollutions et les risques sanitaires possibles.
  • Fermeture des écoles depuis la fête du nouvel an du 25 janvier. Mais le gouvernement n’a pas arrêté les activités économiques.
  • Confinement pendant 15 jours. Mais les personnes peuvent faire leurs courses.
  • Orientation d’un certain nombre d’entreprises qui produisaient des vêtements, vers la production de masques… Ils sont devenus un des premiers exportateurs de masques dans le monde.
  • Intégration du traitement par la chloroquinine avec d’autres traitements en essai. 
  • Mobilisation de nombreuses entreprises pour produire des respirateurs de réanimation à faible coût en se basant sur le modèle promu par le MIT de Boston.
  • Politique de transparence de l’information vis à vis de la population sur les questions sanitaires   ! Il existe une confiance de la part de la population pour le gouvernement.

 

Résultat actuel, 0 mort et 255 personnes touchées selon les autorités vietnamiennes. Il nous parait important d’apprendre, avec un point de vue critique, en contextualisant cette réalité. Mais il apparaît une tendance à vouloir regarder uniquement du côté des pays « les plus développés »

Pierre Vuarin, directeur Université Internationale Terre Citoyenne (UITC)

 

POURQUOI AU VIETNAM, IL N’Y AUCUN MORT DU COVID-19

Mon cher TB (TABAOT François), du pays lointain, vous m’avez demandé pourquoi au Vietnam, un tout petit pays pauvre, il n’y aucun mort suite à cette pandémie dûe au Covid-19 et pourquoi il y a autant de morts en Europe et en Amérique ? Cela semble incroyable.

Mon cher TB, il y a beaucoup de choses dans ce monde qui sont incroyables même si elles sont vraies et parfois elles sont si simples, à tel point que l’on n’y a pas pensé.

Mon pays, le Vietnam, se trouve dans une zone géographique particulière, un pays avec des milliers de kilomètres de côtes attirant toujours la convoitise des ennemis. Un pays qui est sorti de la pauvreté et qui a une tradition de lutte contre les agressions étrangères ; de ce fait nous sommes donc toujours en alerte.

J’ai grandi ici, j’ai vécu d’horribles épidémies et après la guerre, le Gouvernement et l’ensemble du secteur de la santé ont mis au premier plan la prévention contre les maladies; toutes les provinces et toutes les villes disposent de plusieurs centres : centre de prévention contre l’épidémie, centre de prévention contre la tuberculose, centre de prévention contre le paludisme et le centre de protection maternelle et infantile. On peut dire que la prévention et la lutte contre les épidémies au Vietnam sont un travail régulier et naturel, comme le souffle de chaque être humain. Les préventions antiépidémiques sont devenues notre instinct.

Donc, dès le début de la pandémie, notre système anti-épidémique a été automatiquement activé. Ainsi, nous avons mesuré la température de tous les voyageurs introduits sur notre territoire, et nous les avons mis dès leur descente de l’avion en quarantaine dans des casernes militaires éloignées des villes. Toutes les portes d’entrées sur le territoire du Vietnam, les aéroports, les ports maritimes, les frontières terrestres ont été sous surveillance.

Nous emmenons et soignons des F0 (personnes infectées par le virus Covid-19 FO) dans des hôpitaux spécialisés dans les grandes villes et dans les hôpitaux locaux. En ce qui concerne les F1 (personnes en contact dirent les FO) et les F2 (personnes en contact avec les F1), nous les mettons systématiquement en quarantaine et nous surveillons toutes les zones où se trouvaient ces personnes.

Ce qui explique pourquoi jusqu’à présent, le Vietnam n’a enregistré que 245 cas infectés et aucun décès. Ces chiffres sont exacts.

Une autre explication est que nous sommes tous unis contre la pandémie, le Gouvernement et la population. La population applique les gestes barrières, porte le masque, la distance sociale, le confinement, le lavage des mains avec le savon et l’eau tiède.

En ce qui concerne les personnes infectées, toutes sont transportées et soignées dans des centres de traitement des maladies tropicales. À présent, il n’y a pas de médicament contre le COVID-19, il faut que les patients soient isolés, se reposent, augmentent leur défense immunitaire; on leur donne des antibiotiques comme INTEFERON. Pour les cas plus graves, on utile la ventilation artificielle, la dialyse et avons recours aux cœurs, aux reins artificiels.

Voulez-vous savoir comment nous traitons les personnes infectées ? Pour les cas bénins, nous fournissons une alimentation nutritive et adaptée et les isolons. Pour les cas plus graves, nous leur donnons des antibiotiques comme INTEFERON, nous utilisons aussi la ventilation artificielle et ECOMO (EXTRA CORPORAL MEMBRANE OXYGENATION). Malgré les avis favorables pour l’usage de l’hydrochloroquine, nous ne l’utilisons pas encore en raison des risques d’empoisonnement.

Grâce au Ciel, il y a très peu de nombre de cas graves ; notre système de santé met toute sa capacité pour les soigner et nous en sauvons beaucoup. Si nous nous trouvions dans les mêmes situations qu’en Europe et qu’aux Etats-Unis, nous ne pourrions pas y faire face. Les patients anglais, français, soignés au Vietnam nous ont remercié car ils n’auraient pas été aussi bien soignés dans leur pays en raison de la surcharge des hôpitaux.

A l’heure actuelle, nous restons vigilants et soucieux de suivre l’évolution du COVID-19, nous ne crions pas encore la victoire, mais nous pensons avoir fait de notre mieux.

Mon cher TB, les Etats-Unis et l’Europe sont des pays civilisés et riches respectant la liberté individuelle mais cette liberté a aussi ses deux faces, elle conduit les gens à l’indiscipline et ne pas suivre les bonnes recommandations.

Cette liberté est chère à payer quand les gens se moquent du port des masques, sous-estiment les maladies, sont trop confiants en leur santé et au système de santé avancé. Tout cela soulève le talon d’Achille du monde capitaliste. L’Europe et les États-Unis paient le prix fort de cette leçon.

Plus tard, quand la pandémie sera terminée et que la paix reviendra, beaucoup de choses devront changer; nous distinguerons mieux les amis et les ennemis. Les pays devront prendre au sérieux la prévention des épidémies. Après cette pandémie, l’économie rentrera dans la régression mais, mon cher TB, nos ancêtres ont bien dit que « quand on a la vie, la richesse viendra », la vie est comme un Sinus, il y a des hauts et des bas, c’est tout à fait normal, n’est ce pas.

Hà Nội, ViệtNam, printemps 07 Avril 2020
Docteur KIEU XUAN DUNG

TRADUCTION EN FRANÇAIS par François TABAOT