Canada : des réfugiés palestiniens en attente de leurs enfants

0
135

Matthieu Behrens, extrait d’un texte paru dans Rabble, 21 juin 2021

Dimanche dernier, pour la troisième fête des pères consécutive, l’intervenant médical de Brampton Abdallah Alhamadni n’a pas pu embrasser ses enfants.

Dimanche coïncidait également avec la Journée mondiale des réfugiés, et c’est précisément en raison de son statut de personne à protéger qu’Alhamadni s’est retrouvé seul.

Fuyant Gaza en 2019, Alhamadni a été reconnu comme réfugié en décembre dernier, et en février, il a soumis une demande de résidence permanente pour sa famille, une démarche  qui pourrait prendre en moyenne 39 mois supplémentaires à traiter. Cela pourrait signifier trois autres fêtes des pères seules pour quelqu’un qui a reçu beaucoup d’applaudissements en tant que héros de la santé, ayant passé l’année dernière à transporter des patients COVID-19 vers les soins hospitaliers.

Comme de nombreux réfugiés, Alhamadni vérifie quotidiennement sur son téléphone l’évolution de son dossier. Parce que sa femme et ses trois garçons vivent dans une zone de guerre, il s’inquiète constamment lorsqu’il n’a pas de leurs nouvelles. Les missiles de la semaine dernière sont tombés à moins d’un kilomètre de la maison familiale. Il espère que c’est le manque d’électricité et d’Internet à Gaza qui les empêche de se voir virtuellement, et non les nouvelles déchirantes qu’il craint à chaque fois que des missiles tombent du ciel, comme ceux qui ont explosé à un kilomètre de la maison de sa famille le 15 juin.

Plus d’une douzaine de réfugiés palestiniens au Canada subissent un tel traumatisme chaque fois que la violence s’intensifie dans la bande de Gaza. En plus de ses longues heures en tant qu’agent de santé de première ligne, Alhamadni coordonne un groupe de mères et de pères, leur parlant de leur souffrance, essayant de leur apporter du réconfort, cherchant des signes d’espoir.

L’un de ces signes a été la nouvelle que la réfugiée palestinienne d’Ottawa Jihan Qunoo, une travailleuse humanitaire qui a également fui Gaza il y a deux ans, a pu retrouver ses enfants et son mari traumatisés plus tôt ce mois-ci après avoir porté son plaidoyer de réunification familiale sur les ondes au cours de la conférence du mois dernier.  Qunoo a partagé des images déchirantes de ses filles criant à cause des explosions fracassantes et des effets de choc d’un coup direct sur le bâtiment voisin de leur appartement, qui a coûté la vie à douze voisins. Alhamadni et les autres réfugiés de Gaza au Canada demandent des permis de séjour temporaire comme celle qu’a reçu Qunoo. 

Le traumatisme de la vie à Gaza

Le mois dernier, le secrétaire général de l’ONU António Guterres a déclaré : « S’il y a un enfer sur terre, c’est bien la vie des enfants à Gaza. 

Une étude de 2020 Frontiers in Psychiatry a révélé que près de 90 % des enfants et adolescents palestiniens de la bande de Gaza avaient subi un traumatisme personnel.

Selon Alhamadni, les enfants ont peur de dormir la nuit, craignent le retour des bombes ou la reprise des cauchemars. Ils ne sortent pas pendant la journée car les drones qui patrouillent constamment au-dessus de leur tête représentent la possibilité d’une mort instantanée. L’un des fils d’Alhamadni, Qais est incapable de trouver un parc pour jouer qui n’ait pas été endommagé ou crevé par des bombes.

L’escalade de la violence les 15 et 16 juin a été un rappel effrayant de la fragilité du cessez-le-feu, alors que les tensions restent élevées et Affaires mondiales Canada met en garde contre les déplacements dans la région en raison de « la reprise possible des hostilités armées ».

Dans ce contexte de crise, ces familles estiment que leur demande de permis d’entrée anticipée est modeste, conformément aux réponses canadiennes à d’autres catastrophes, notamment les tragédies du vol 302 d’Ethiopian Airlines et du vol 752 d’Ukraine International Airlines, l’ explosion de Beyrouth l’été dernier et le Tsunami de 2004 en Indonésie.

Même avant les dernières attaques, le secteur de la santé n’était tout simplement pas à la hauteur de la tâche de fournir le soutien nécessaire aux deux millions d’habitants de Gaza. La vie à Gaza est insalubre à cause du manque d’eau , d’une éducation médiocre , de graves problèmes de réseau électrique et de pénuries alimentaires fréquentes .

Les traumatismes émotionnels et psychologiques auxquels sont confrontés les enfants de ces familles ont été confirmés par une variété d’études et de reportages comme étant communs à la plupart des enfants palestiniens de la bande de Gaza.

Une étude de 2020 publiée dans la revue Frontiers in Psychiatry a révélé que parmi les enfants et adolescents palestiniens de la bande de Gaza, près de 90 % avaient subi un traumatisme personnel et plus de 80 % avaient été témoins de traumatismes envers d’autres. À Gaza, il est pratiquement impossible, selon les experts, pour les enfants d’accéder aux soins de santé mentale. Inutile de dire que ce traumatisme a été aggravé par la dernière série d’attaques.

Des membres du groupe canadien des familles de Gaza ont partagé les histoires de leurs enfants pour rappeler aux responsables canadiens les impacts humains de longues années de séparation dans le contexte du blocus et de la guerre sans fin. Lors des attaques de mai sur Gaza, des frappes aériennes ont frappé à moins de 200 mètres de la maison de Yusuf, 5 ans. Lui et ses frères et sœur ont perdu leurs camarades de classe dans le quartier d’Al Rimal, où plusieurs bâtiments ont été rasés et ont fait plus de 45 victimes. Le frère aîné de Yusuf, Nidal, qui n’a que 13 ans, a dû serrer dans ses bras et garder ses jeunes frères et sœurs en pleurs calmes pendant que les bombardements se déroulaient et que les bâtiments étaient aplatis autour d’eux.