Canada : le fiasco du « Groupe de Lima »

0
309

Yves Engler, extraits d’un texte paru dans Canadian Dimension, 10 août 2021

Le Groupe de Lima, un organisme multilatéral formé dans la capitale péruvienne en 2017 dans le but d’inciter à un changement de régime au Venezuela par le biais d’une « solution pacifique et négociée », a subi un coup fatal qui devrait susciter de sérieuses discussions sur la politique étrangère canadienne en Amérique latine. Ne vous attendez pas à ce que les médias ou les politiciens le mentionnent même.

Dans ce qui pourrait être le glas d’une coalition comprenant le Brésil, le Canada, le Chili, la Colombie et le Pérou (ainsi que plusieurs autres petits pays d’Amérique latine), le nouveau ministre péruvien des Affaires étrangères, Héctor Béjar, a qualifié le Groupe de Lima de « le plus désastreux chose que nous avons faite en politique internationale dans l’histoire du Pérou.

Deux jours après la déclaration de Béjar, la ministre des Affaires étrangères de Sainte-Lucie, Alva Baptiste, a déclaré : « Avec effet immédiat, nous allons sortir de l’arrangement du Groupe de Lima – ce gang de mangouste moralement en faillite, nous allons en sortir parce que ce groupe a imposé des souffrances inutiles aux enfants, hommes et femmes du Venezuela.

Avant les déclarations de Baptiste et Béjar, le Groupe de Lima avait perdu des membres et son soutien à la tentative du chef de l’opposition vénézuélienne Juan Guaidó de se déclarer président avait échoué. Compte tenu de son nom, le revirement brutal du gouvernement péruvien contre le Groupe de Lima pourrait marquer la fin de l’alliance régionale. Selon les mots du membre du Congrès péruvien Guillermo Bermejo Rojas, « le Groupe de Lima s’est retrouvé sans Lima. Le ministère péruvien des Affaires étrangères ne sera plus jamais la table des partis de l’impérialisme.

La disparition du Groupe de Lima serait un coup dur pour le programme de politique étrangère du gouvernement Trudeau. Le bloc régional a été formé en août 2017 à l’approche de l’élection présidentielle vénézuélienne de mai 2018, et l’ancienne ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland était une figure de proue de sa fondation, décrite comme une décision « embarrassante » par les professeurs de Halifax Stephen Kimber et John Kirk.

Lors des discussions entre les ministres des Affaires étrangères du Canada et du Pérou au printemps 2017, le premier ministre Justin Trudeau a appelé son homologue péruvien, Pedro Pablo Kuczynski, à « souligner la nécessité du dialogue et du respect des droits démocratiques des citoyens vénézuéliens, tels qu’ils sont inscrits dans la charte de l’Organisation des États américains et la Charte démocratique interaméricaine. Mais le Groupe de Lima a été créé en août 2017 en tant que structure extérieure à l’OEA, en grande partie parce que les membres de cette organisation ont refusé de soutenir la tentative de Washington et d’Ottawa de s’ingérer dans les affaires vénézuéliennes, qui, selon eux, défiaient la charte de l’OEA.

Le Canada a été parmi les membres les plus actifs de la coalition. Freeland a participé à une demi-douzaine de réunions du Groupe de Lima et son deuxième rassemblement officiel a eu lieu en sol canadien à Toronto. Cette réunion d’octobre 2017 a exhorté les gouvernements régionaux à prendre des mesures pour « isoler davantage » le Venezuela.

Lors de la deuxième réunion du Groupe de Lima au Canada, quelques semaines après que Guaidó se soit proclamé président, Trudeau a annoncé que «la communauté internationale doit immédiatement s’unir derrière le président par intérim». La déclaration finale de la réunion de février 2019 a appelé les forces armées vénézuéliennes « à démontrer leur loyauté envers le président par intérim », une suggestion implicite de destituer le président élu.

Freeland a incité à plusieurs reprises les pays des Caraïbes et d’Amérique centrale (y compris certains des pires auteurs de violations des droits humains de l’hémisphère) à rejoindre le Groupe de Lima et ses initiatives anti-Venezuela. En mai 2019, Trudeau a appelé le président cubain Miguel Díaz-Canel pour le pousser à se joindre aux efforts d’Ottawa pour renverser le président Nicolás Maduro. Le communiqué a noté que « le Premier ministre, au nom du Groupe de Lima, a souligné le désir de voir des élections libres et équitables et la constitution respectée au Venezuela ».

Signe de l’importance que les diplomates canadiens accordent au Groupe de Lima, l’Association professionnelle des agents du service extérieur a remis à Patricia Atkinson, chef du groupe de travail sur le Venezuela à Affaires mondiales Canada, son prix des agents du service extérieur en juin 2019. Dans un communiqué de presse annonçant cette distinction, Atkinson a été félicité pour avoir soutenu « l’engagement du ministre et son rôle clé dans la substance et l’organisation de 11 réunions du groupe de Lima de 13 pays qui coordonne l’action sur le Venezuela ».

Des militants ont protesté contre le Groupe de Lima depuis sa première réunion à Toronto. Des manifestations ont également eu lieu lors de la deuxième réunion du Groupe de Lima au Canada, qui incluaient une interruption de la conférence de presse finale. Lors d’une conférence l’année dernière, le député néo-démocrate Matthew Green a suggéré que « nous ne devrions pas faire partie d’un groupe pseudo-impérialiste comme le Groupe de Lima » alors qu’une résolution soumise (bien que jamais discutée) à la convention du NPD en avril a appelé le Canada à quitter l’alliance réactionnaire.