Canada : les contractants privés dans l’occupation de l’Afghanistan

0
79
YVES ENGLER, extrait d’un texte paru dans Jacobin, 9 octobre 2021

Tout au long de la guerre désastreuse de vingt ans en Afghanistan, le Canada a été fortement tributaire des sociétés de sécurité privées pour soutenir l’effort de guerre. Les Canadiens sont en grande partie ignorants de cet élément controversé de l’occupation étrangère.

Une de ces entreprises était Raven Rae, qui employait une cinquantaine de ressortissants afghans. Selon son site, Raven Rae a commencé ses opérations en Afghanistan en 2010. C’était l’un des milliers des contractants privés en sécurité (CSP) qui sont entrés en Afghanistan pendant l’occupation américaine et de l’OTAN.  

Les CSP faisaient tellement partie intégrante de la gestion quotidienne des opérations militaires en Afghanistan qu’un ancien commandant américain de haut rang a fait remarquer que leur départ « a entraîné l’érosion des capacités de l’armée de l’air afghane ». Dans la même interview, l’ex-militaire anonyme a ajouté que sans la « sécurité ultime » des militaires, ces armées privées n’avaient d’autre choix que de se retirer.

Au plus fort de la mission militaire de treize ans du Canada en Afghanistan, Saladin, DynCorp et d’autres CSP disposaient d’un plus grand nombre d’hommes armés que la plupart des pays de l’OTAN occupant le pays. En 2008, le brigadier-général canadien Denis Thompson expliquait : Sans les sociétés de sécurité privées, il serait impossible de réaliser ce que nous réalisons ici. Il y a de nombreux aspects de la mission ici en Afghanistan, de nombreux aspects de sécurité qui sont exécutés par des sociétés de sécurité privées qui, s’ils étaient confiés à l’armée, rendraient notre tâche impossible. Nous n’avons tout simplement pas les chiffres pour tout faire.

Le gouvernement fédéral a dépensé des dizaines de millions de dollars pour les CSP. Ils ont payé 10 millions de dollars pour la sécurité privée afin de protéger le projet d’aide de 50 millions de dollars du Canada — la réparation du barrage de Dahla dans la province de Kandahar. Le gouvernement fédéral a également engagé Saladin pour protéger son ambassade à Kaboul. Saladin était la même entreprise qui a aidé à sécuriser le premier ministre Stephen Harper lors d’une visite en 2007 et a été chargée de la protection des bases d’opérations avancées dans la province de Kandahar.

Saladin a une histoire qui devrait inquiéter toute personne concernée par les dangers des militaires privés. Son prédécesseur, Keenie Meenie Services, a entraîné et équipé des insurgés islamiques combattant les forces russes en Afghanistan dans les années 1980. La firme a également été impliquée dans des opérations secrètes au Nicaragua dans le cadre de l’affaire Iran-Contra.

Hommes sans loi
Les entreprises de sécurité privées en Afghanistan sont mal réglementées. Le grand nombre d’hommes armés de différentes régions fait que les habitants se sentent en insécurité. Cela s’explique en partie par le fait que de nombreux Afghans pensent que les CSP ont participé à accroître la criminalité.
Les habitants ont déclaré aux chercheurs de la Fondation suisse pour la paix que les PSC se comportaient de manière « de cow-boy ». Après qu’un officier canadien a été tué par un employé de la CFP en août 2008, le major canadien Corey Frederickson a rejeté l’épisode, expliquant que « l’exercice de contact normal [pour les CSP] est que dès qu’ils sont touchés par quelque chose, ils tirent sur tout ce qui bouge.
De nombreux anciens soldats canadiens possédaient ou travaillaient pour des CSP en Afghanistan. Par exemple, le Groupe Tundra, fondé « au milieu des années 2000 par des vétérans militaires canadiens », protégeait les bases d’opérations avancées en Afghanistan. La société torontoise Globe Risk Holdings avait des bureaux à Kaboul et à Kandahar. Elle a embauché d’anciens soldats canadiens, tout comme Canpro Global de Vancouver, qui avait également un bureau en Afghanistan.
Les invasions de l’Afghanistan et de l’Irak ont ​​contribué à propulser l’entreprise montréalaise GardaWorld au rang de plus grand PSC au monde. Au cours des dernières semaines, des centaines d’employés de l’entreprise montréalaise ont été évacués d’Afghanistan. Avec plus de cent mille employés dans le monde, Garda fait régulièrement de la publicité dans Esprit de Corpsappelant les lecteurs des Forces canadiennes du magazine à « traduire vos compétences militaires en une carrière GardaWorld ».
Les échelons supérieurs de Garda sont jumelés à d’anciens officiers canadiens. Le chef des opérations afghanes de Garda, Daniel Ménard, commandait auparavant les opérations des Forces canadiennes en Afghanistan. Ménard a été traduit en cour martiale pour avoir eu des relations sexuelles avec un subordonné en Afghanistan et avoir utilisé son arme de manière imprudente. Le travail de Ménard pour Garda en Afghanistan lui a valu une réputation controversée. En 2014, il a été emprisonné pour une prétendue contrebande d’armes à feu. Deux ans plus tôt, deux autres employés de Garda en Afghanistan ont été arrêtés avec des dizaines de fusils AK-47 sans licence et emprisonnés pendant trois mois.
Garda a été impliqué dans de nombreux incidents violents en Afghanistan. En 2019, trois enfants ont été tués parmi une dizaine lorsqu’un minibus rempli d’explosifs s’est écrasé sur un SUV Garda transportant des ressortissants étrangers à Kaboul. La même année, les talibans ont attaqué le complexe où se trouvaient les bureaux de Garda lors d’un incident qui a fait trente morts. Le Kathmandu Post a rapporté que Garda a illégalement floué la famille d’un employé népalais tué dans l’attaque.
En raison de l’absence de réglementation limitant les opérations internationales des CSP canadiennes, leur conduite n’est pratiquement jamais contestée. Le Canada n’a pas de législation conçue pour réglementer les services fournis par les EMSP canadiennes [entreprises de sécurité militaire privées] opérant à l’extérieur du Canada ou la conduite des citoyens canadiens travaillant pour des EMSP étrangères.
Ottawa n’a pas signé la Convention internationale contre le recrutement, l’utilisation, le financement et l’instruction de mercenaires. De plus, il était peu impliqué dans le groupe de travail du Conseil des droits de l’homme de l’ONU sur l’utilisation de mercenaires.
Le retrait de l’armée étrangère et la capture de Kaboul par les talibans ont décimé la grande industrie de la CFP en Afghanistan. La plupart des Afghans sont probablement heureux de voir le départ des forces mercenaires privées et des mercenaires qui dominaient leur pays. Au Canada, cependant, les interventions douteuses des CSP dans le pays n’ont pas été couverts par les médias.