Canada : mobilisation des jeunes autochtones

0
162

 

Maia Wikler, extrait d’un texte paru dans Briarpatch, 11 février 2020   

Tandis que des vents forts et des pluies glaciales balaient les territoires de Lekwungen à Victoria, en Colombie-Britannique, les jeunes Autochtones restent fermes dans leur détermination à obtenir justice pour les Wet’suwet’en. Le 6 février était le premier jour de ce qui allait devenir une occupation continue, dirigée par des jeunes autochtones, des portes de cérémonie de l’Assemblée législative de la Colombie-Britannique. Les jeunes autochtones campent sur les marches de l’édifice en solidarité avec la nation Wet’suwet’en, qui en est maintenant à sa sixième journée de résistance à une violente invasion de la GRC de ses territoires souverains par la GRC. 

«En tant que jeunes autochtones, nous occupons parce que nous comprenons que ce que font les Wet’suwet’en protège notre avenir collectif», explique Ta’Kaiya Blaney, 19 ans, de la nation Tla’amin. «Si le Canada est disposé à tirer et à tuer des défenseurs des terres autochtones pour faire avancer un pipeline, cela crée un précédent pour toutes les nations autochtones du monde. Nous ne sommes pas des manifestants anti-pipeline. Il s’agit de nous défendre les terres autochtones et la souveraineté autochtone. »  La GRC a envahi les terres souveraines de Wet’suwet’en, pour permettre la construction du gazoduc fracturé de 6,6 milliards de dollars de Coastal GasLink. Plus de 20 défenseurs des terres ont été arrêtés. Malgré une décision de la Cour suprême de 1997 qui a confirmé que les Wet’suwet’en n’avaient jamais cédé leurs terres à l’État des colons canadiens et reconnu leur droit de gouverner leurs terres, le gouvernement provincial de la Colombie-Britannique et la Cour suprême de la Colombie-Britannique continuent d’accorder Coastal Gaslink l’accès au territoire de Wet’suwet’en. Cette injonction ignore la loi de Wet’suwet’en, porte atteinte à la souveraineté autochtone et contredit la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.

Kolin Sutherland-Wilson, un organisateur de jeunes de la Nation Gitxsan,  explique l’importance de leur action. «Comment le Canada se sentirait-il si nous empiétions sur ses espaces sacrés? Cet espace est ici sur un terrain volé; c’est le territoire de la nation Lekwungen. Nous récupérons cet espace et soulignons les véritables origines coloniales du Canada. Le Canada agit comme une colonie utilisant la force militaire pour envahir des nations, déplacer des personnes et extraire des richesses de leurs territoires. » 

Le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, a déclaré que le projet avait obtenu le soutien nécessaire grâce aux permis et aux dirigeants de Wet’suwet’en. En réalité, le projet n’a reçu l’approbation que des conseils de bande élus – qui sont autorisés et financés par la Loi sur les Indiens coloniaux. Les plaignants dans l’affaire Delgamuukw historique devant la Cour suprême étaient les chefs héréditaires et non les conseils de bande. Le tribunal a accepté des preuves détaillées du système de gouvernance héréditaire des Wet’suwet’en et a confirmé que les Wet’suwet’en n’avaient jamais cédé le titre de leurs terres ancestrales. »

Selon la militante Sutherland-Wilson, «Nous devons déconstruire ce récit inventé par l’État concernant les conseils de bande élus et les chefs héréditaires de Wet’suwet’en. Les dirigeants des Wet’suwet’en sont les Dinï ze ‘et Ts’akë ze’. [Le terme] «Chefs héréditaires» est une formulation coloniale. En aucun cas les Dinï ze »et Ts’akë ze» ne sont une forme de monarchie, il y a tellement de reddition de comptes et de responsabilité envers le peuple. » 

Les Dinï ze ‘et Ts’akë ze’ (chefs héréditaires) demandent l’arrêt des travaux sur le projet Coastal GasLink, qui forcerait son chemin à travers leur territoire et transformerait les forêts vierges et les ruisseaux à saumon en un corridor de combustibles fossiles. L’an dernier, Coastal GasLink a démoli au bulldozer les territoires de Wet’suwet’en, détruisant des sites archéologiques et occupant leurs terres. Si Coastal GasLink devait être construit, il engagerait un immense projet pour des décennies au moment où les scientifiques mettent en garde contre une catastrophe imminente du changement climatique, à moins que tous les pays ne réduisent rapidement la production de combustibles fossiles.

Des actions de solidarité ont eu lieu à travers l’île des tortues et dans le monde entier, avec des événements organisés de la Suède à l’ Australie . À Victoria, en Colombie-Britannique, plus de 100 partisans des Wet’suwet’en ont bloqué les traversiers de la Colombie-Britannique au début de janvier et peu de temps après, des jeunes autochtones ont occupé les ressources du ministère de l’Énergie, des Mines et du Pétrole pendant 18 heures avant que la police de Victoria arrête et détienne 11 jeunes et un aîné. À Toronto, des jeunes et des alliés autochtones ont occupé le bureau de la députée libérale Carolyn Bennett, ministre fédérale des relations avec les Autochtones. À Winnipeg, des membres de Indigenous Youth for Wet’suwet’en occupaient le bureau du député Dan Vandal. À Edmonton, des membres du même groupe ont manifesté devant la Banque de Montréal , appelant la banque à se départir de Coastal GasLink. Les défenseurs des terres de la Colombie-Britannique ont bloqué l’accès à deux ports de la région de Vancouver, ce qui a entraîné une injonction du tribunal et 57 arrestations.  Pour Sutherland-Wilson, «nos parents se sont battus pour nos droits, nos grands-parents se sont battus pour nos droits, nos arrière-grands-parents

[aussi]

. Chaque pouce de reconnaissance que nous avons gagné du gouvernement canadien a été durement combattu. Le Canada ne l’a jamais cédé sans que nous ne les y obligions. C’est au tour de notre génération de se lever et de le faire. »