Coordination internationale contre Amazon

0
199
Natasha Lennard, extraits d’un texte paru dans The Intercept, 3 décembre 2020
Ces dernières semaines, des statistiques vertigineuses ont circulé  sur le boom de l’ère pandémique d’Amazon et la richesse obscène accumulée par son PDG et l’homme le plus riche de la Terre, Jeff Bezos. La société a déclaré un chiffre d’affaires de 96,1 milliards de dollars au dernier trimestre, ce qui, selon l’Institute for Policy Studies, signifie que Bezos pourrait personnellement payer aux 876 000 travailleurs d’Amazon un bonus de 105 000 dollars chacun. Or les employés des entrepôts aux États-Unis et au Royaume-Uni, qui ont été contraints à une proximité périlleuse face à la flambée des commandes, se sont vu offrir une prime de vacances de 300 $. Beaucoup de ceux qui peinent dans d’autres domaines de la vaste chaîne d’approvisionnement d’Amazon recevront beaucoup moins, voire rien du tout. Entre-temps, les travailleurs d’Amazon intensifient la lutte en cours pour leurs droits, leurs protections et un salaire équitable – et, pour la première fois, la stratégie est internationale.
Campagne internationale
On observe une nouvelle vague de syndicalisation par une coalition mondiale de travailleurs d’entrepôt, de syndicats et de militants sous la bannière Make Amazon Pay – la première coalition de ce type à large portée internationale. Des grèves coordonnées, des arrêts de travail et des manifestations ont eu lieu au Bangladesh, en Inde, en Australie, en Allemagne, en Pologne, en Espagne, en France, au Royaume-Uni, aux États-Unis et au-delà.
Make Amazon Pay rassemble des collectifs de travailleurs – des colporteurs en Inde aux employés d’entrepôt en Pologne – avec de grandes fédérations syndicales internationales. La coalition comprend également de grandes organisations à but non lucratif telles que Greenpeace pour aborder des faits étonnants comme l’ampleur de l’empreinte carbone d’Amazon, qui est supérieure aux deux tiers des pays du monde.
Les organisateurs de la coalition voient une première étape nécessaire dans la reconnaissance de l’étendue des opérations de la chaîne d’approvisionnement d’Amazon, souvent obscurcies pour le consommateur. La société est mieux comprise non pas comme un détaillant mais comme un empire monopoliste: une Compagnie des Indes orientales du 21e siècle, et non moins colonialiste dans ses pratiques d’exploitation et d’extraction de ressources.
Bien qu’elles soient coordonnées, les récentes actions des travailleurs dans le monde ont reflété les préoccupations actuelles en matière de travail propres aux différentes régions du domaine d’Amazon. Des ouvriers du textile au Bangladesh ont organisé une manifestation devant un fournisseur d’Amazon à Dhaka. La société n’aurait pas payé ses fournisseurs bangladais pour les commandes qui ont été annulées pendant la pandémie. Les travailleurs allemands ont entamé une grève de trois jours, une escalade dans une bataille d’un an avec Amazon pour de meilleurs salaires et conditions de travail; environ 2 500 personnes y ont participé.
À Poznań, dans l’ouest de la Pologne, les travailleurs s’organisent depuis des semaines – y compris en organisant des grèves sauvages – pour que leurs primes de vacances minimales soient augmentées pour correspondre aux montants que les travailleurs d’autres pays recevront.
Dans toutes les juridictions, en particulier en cette période de chômage de masse et de dévastation économique mondiale, les organisateurs sont désavantagés par rapport à la capacité d’Amazon à attirer des employés précaires et non protégés prêts à accepter n’importe quel travail disponible. Les contrats sont souvent à durée déterminée, sans heure et instables. Les faux contrats de travail indépendant pour les employés d’Amazon de facto sont courants, même dans les pays où de nombreux travailleurs sont syndiqués.
Réglementer un gros monopole
L’une des clés de la plate-forme de politique Make Amazon Pay vise à réglementer le type de contrats qu’Amazon propose aux travailleurs. Ces accords précaires se sont normalisés sur le marché du travail néolibéral, et réglementer leur utilisation par Amazon aurait un effet d’entraînement sur les droits du travail en général.
Le succès des travailleurs d’Amazon en France pour forcer Amazon à répondre aux préoccupations concernant la sécurité de Covid-19 montre la nécessité d’une législation favorable aux travailleurs combinée à des syndicats forts. Des manifestations de masse, des grèves et des plaintes syndicales ont conduit à un jugement parisien ordonnant à Amazon de développer des mesures de santé et de sécurité améliorées avec les syndicats. Le non-respect entraînerait une pénalité de plus d’un million de dollars par jour et par violation. La société a annoncé avec fureur qu’elle suspendrait toutes ses opérations en France, mais les travailleurs continuent de recevoir le plein salaire et la société dit qu’elle prévoit de suivre la décision du juge.
 Amnesty International a publié un rapport appelant Amazon à «laisser les travailleurs se syndiquer». Le rapport a également cité comment les syndicats français et la réglementation avaient servi à protéger les travailleurs d’Amazon pendant la pandémie. Le léviathan corporatif devrait avoir à prendre en compte de telles contraintes sur son pouvoir et ses abus dans tous les pays où il opère.