Éthiopie : le massacre actuel pourrait tourner au génocide

0
139
Mistir Sew, Ethiopia Insight, 8 février 2021

 

J’ai fui Mekelle quelques jours avant que les forces de défense éthiopiennes et érythréennes ne prennent la capitale. De nombreux habitants ont fui la ville par crainte des combats et des menaces de bombardements aveugles qui s’étaient produits alors que les forces d’occupation s’emparaient d’autres villes.

Je suis allé à l’ouest en direction de Tembien, puis à Adet, passant de village en village à pied pendant deux mois. Au départ, les soldats se trouvaient principalement sur les routes principales, nous sommes donc restés dans les zones les plus rurales, aussi loin que possible. Mais assez tôt, aucun village, aussi éloigné ou difficile à atteindre, n’échapperait à la colère des forces d’occupation.

Les forces érythréennes et éthiopiennes se sont livrées au massacre généralisé de civils; ils tiraient et pillaient au hasard, principalement du bétail comme les poulets, les vaches et les produits animaux comme le miel.

Après que les forces érythréennes et éthiopiennes aient contrôlé une petite ville, à proximité, j’ai rencontré un fermier qui m’a dit qu’il revenait en ville après avoir déplacé son bétail au fond des buissons pour éviter qu’il ne soit massacré par les soldats. Il a expliqué que les agriculteurs qui n’avaient pas réussi à s’échapper de la petite ville et de ses environs lorsqu’elle est tombée aux mains des forces éthiopiennes et érythréennes étaient condamnés à faire abattre tout leur bétail (vaches, bœufs, chèvres, moutons et poulets), soulignant son bien. fortune.

Ce n’était pas seulement de la nourriture qu’ils prenaient. Ils ont volé les vêtements des fermiers, leurs matelas et même les ustensiles de cuisine. J’ai également vu des soldats érythréens prendre des jerrycans, des contenants en plastique que les gens utilisent pour stocker l’eau. Peut-être pour priver les agriculteurs d’accéder à l’eau.

Les soldats ont utilisé de gros camions avec des plaques d’immatriculation érythréennes pour charger les biens pillés. J’ai vu de nombreux camions vides avec des plaques ER conduits vers le centre de Tigray, et des camions chargés partir en direction de l’Érythrée via Adwa et Axum.

Le fait que de nombreuses forces tigrées aient quitté toutes les villes et tous les villages a permis aux soldats érythréens d’entrer et de piller facilement.

Pour autant que j’en ai vu, il semblait que les soldats érythréens étaient tout à fait prêts à piller sur le terrain. Le pillage n’était pas quelque chose après coup en leur nom. Au contraire, ils sont venus équipés de stratégies et d’outils.

Ils ont amené des mécaniciens automobiles avec eux pour les aider à débloquer des voitures, des camions Sino et des bulldozers. Ils ont emporté certains véhicules et en ont brûlé d’autres après avoir emporté tous les objets de valeur à l’intérieur. J’ai vu des soldats érythréens faire cela d’innombrables fois dans le centre du Tigré.

Malheureusement, les soldats éthiopiens surveillaient les soldats érythréens pendant qu’ils faisaient tout cela. Pire encore, certains les louaient.

Les villes du Tigré central sont désormais devenues des villes fantômes alors que les habitants s’enfuient vers les villages pour tenter d’échapper aux forces d’occupation. Cela faisait plus d’un mois depuis la fin de l ‘«opération de maintien de l’ordre» chirurgicale pour capturer les dirigeants actuellement actifs de l’État ainsi que leur prédécesseur – mais les villes et la ville de Tigray sont toujours aussi désertes.

Autrefois centre du commerce, de l’échange et de l’espoir, ils sont désormais le théâtre de crimes de guerre qui ne peuvent jamais être pleinement articulés ou persécutés, mais qui perdurent à travers les profondes cicatrices qu’ils ont laissées sur les survivants.

Dans une ville que j’ai visitée, des commerces ont été soit fermés, soit pillés. Je n’ai pas vu une seule âme dans les rues pendant mon séjour. Les soldats éthiopiens campaient à l’intérieur des villes, mais les soldats érythréens étaient plus discrets, basés dans des camps avec des tranchées à quelques kilomètres à la périphérie. Parfois, les deux sont vus ensemble. Parfois, vous voyez des soldats érythréens occupés à voler des voitures et à l’intérieur des maisons des gens, tandis que les soldats éthiopiens ne font que regarder.

J’ai vu des soldats éthiopiens essayer de vendre les smartphones qu’ils ont volés aux habitants de la ville à d’autres soldats. Vous pouvez facilement identifier les soldats érythréens par leurs uniformes et leurs chaussures «Congo» / «Shida».

La destruction de biens – comme pour les pillages et les meurtres – était généralisée.

Les soldats tuaient ou ruinaient des biens de base tels que des animaux, de la nourriture et d’autres objets. À Wukro, par exemple, un de mes proches m’a dit que des soldats éthiopiens avaient mis du détergent Omo dans sa nourriture et son blé stocké pour qu’ils se gâtent. Son cas n’était pas une exception. Après être entrés dans les maisons des gens, c’était typique des forces d’occupation de prendre ce qu’elles pouvaient et de ruiner le reste.

Le parent m’a dit que son magasin avait été complètement pillé. Les soldats éthiopiens sont restés dans sa maison pendant des jours, à boire. Toute sa nourriture a été gâtée, ses affaires emportées et elle lutte actuellement pour survivre avec ses enfants. Dans un autre village, les habitants m’ont dit que les soldats écraseraient les poussins sous leurs pieds. C’était et continue d’être une mission de dépit et de destruction destinée à briser physiquement et spirituellement le peuple de Tigray.

Les troupes éthiopiennes et érythréennes tuaient régulièrement des civils.

À Wukro, à environ 50 kilomètres au nord de Mekele, le parent m’a dit que six personnes d’un ménage avaient été tuées. Ils ont épargné une personne. Dans ce qui semble être une tentative de créer la terreur; épargner un membre de la famille après en avoir tué d’autres afin qu’ils puissent raconter les histoires déchirantes de leur agression.

Dans les villes du centre du Tigray, ils tuaient surtout des hommes, allant de maison en maison. Dans les villages, ils tuaient des hommes et des femmes. Dans un village près de Wukro, ils ont attaché ensemble un grand-père et une grand-mère, puis ont tué leur petit-fils juste devant eux.

Mon parent à Wukro m’a dit qu’ils avaient tué 16 personnes près de sa maison. De plus, elle a partagé avec moi l’histoire d’une femme dont le mari a été assassiné et a ensuite refusé aux femmes la possibilité de prendre le corps pour l’enterrement. Elle est restée avec son corps pendant deux jours, pleurant seule, gardant le cadavre de son mari.

Il y a eu tellement d’incidents où des chiens et même des hyènes ont mangé les restes de personnes tuées. Certains jeunes hommes de Wukro ont mis les corps dans des charrettes et les ont emmenés dans une église voisine pour les enterrer dans des endroits ouverts. C’était un risque pour leur vie car les soldats ne permettaient pas un enterrement convenable. Quatre personnes ont été tuées par des soldats éthiopiens ou érythréens à Wukro pour avoir tenté d’enterrer les corps.

Les soldats érythréens ont déclaré qu’on leur avait ordonné de tuer tout homme de plus de 14 ans. Selon un soldat, l’ordre qu’ils avaient reçu de leurs supérieurs était de tuer ceux qui «faisaient pipi contre le mur» – une référence aux hommes.

J’ai appris ce qui précède grâce au père de l’ami de mon parent qui, avec sa fille, se cachait dans un village. Son Tigrinya avait un accent érythréen en raison de sa vie en Érythrée, ce qui l’a aidé à se lier d’amitié avec un soldat érythréen de la ville engagé dans le pillage.

Au cours du thé, le soldat érythréen a déclaré que les habitants du Tigray devraient être reconnaissants car ils étaient gentils en ne tuant pas d’enfants. Il a également dit: « Nous vous ferons manger les uns les autres. »

À Axum, des soldats érythréens ont tué des gens en allant de maison en maison. Lors de sa visite, un prêtre de l’église Maryam Tsion a dit à mon ami qu’ils avaient enterré 243 personnes ce jour-là. Les corps ont reçu l’ordre de ne pas être ramassés et, encore une fois, des personnes ont été abattues pour avoir tenté de les récupérer.

Le sadisme est très inquiétant. Je ne sais pas comment les humains – et encore moins les soldats professionnels entraînés – peuvent devenir aussi barbares.

Quelle que soit l’appartenance politique, presque tout le monde au Tigray est contre ces atrocités. La colère et la résistance des Tigréens ne résultent pas du soutien du TPLF, ni du fait d’avoir une position politique. Lorsqu’un groupe tue des familles, viole des femmes et menace les moyens de subsistance des gens, ce groupe est un ennemi et les victimes n’ont pas d’autre choix que de résister. C’est ce que pensent de nombreux Tigréens des forces éthiopiennes et érythréennes.

La plupart des atrocités dans les zones rurales, qui sont probablement pires que dans les villes, n’ont pas encore été signalées. En partie à cause des médias et du blocage d’accès, je ne pense pas que les travailleurs humanitaires comprennent la gravité de la situation. Je ne pense pas non plus que quiconque, sauf les Tigréens qui y vivent, en sait assez sur ce qui semble être un génocide en gestation.