Lesvos – 17 enfants laissés à la dérive en mer

0
291

Comité Greneblois Grèce-Austérité-Europe

25 personnes dont 17 enfants de bas âge ont été arrêtées à Lesvos, battues, dépouillées de leur bien et laissées à dériver en pleine mer sur un radeau de sauvetage (life raft), la nuit du 10 janvier. Cette opération de refoulement d’une violence extrême qui par miracle n’a pas coûté la vie à un bébé jeté en mer et qui a eu comme résultat l’hospitalisation en Turquie de deux bébés et d’une jeune fille avec une jambe cassée, est décrite d’une façon très documentée, photos, vidéos et archives sonores à l’appui par Aegean Boat Report. Voir ci-dessous la traduction du texte d’origine aaegeanboatreport.com/2022/01/13/17-children-left-drifting-at-sea/   17 Children Left Drifting At Se et se reporter au blog de l’organisation pour avoir accès aux documents. Merci de penser à relayer le plus largement possible.  La « normalisation » de cette horreur va finir par nous déshumaniser complètement toutes et tous.

___

Tommy Olsen, 13 janvier 2022

Vingt-cinq personnes, dont 17 jeunes enfants, ont été arrêtées à Lesvos, battues et maltraitées avant d’être abandonnées à la dérive en pleine mer, dans le cadre du dernier outrage commis par des agents grecs en uniforme. Et le « crime » commis par ces 25 personnes, pour justifier leur expérience horrible aux mains de personnes qui sont payées pour sauver et protéger des vies humaines ? Rien du tout. Elles tentaient simplement de trouver un endroit sûr pour vivre, apprendre et travailler.

Dans l’après-midi du dimanche 9 janvier, un bateau transportant 25 personnes a accosté au sud de Tsonia, au nord-est de Lesvos. Immédiatement après leur arrivée, le groupe s’est caché dans les bois des environs, craignant d’être renvoyé illégalement en Turquie s’il était découvert par la police. À 17 heures, ils ont contacté Aegean Boat Report pour demander de l’aide.

Dans les heures qui ont suivi, ils ont fourni des photos, des vidéos, des messages vocaux et des données de localisation, afin de documenter leur présence sur Lesvos : il ne faisait aucun doute qu’ils étaient sur l’île.

Le groupe avait désespérément besoin d’aide, mais malgré mes efforts pour trouver quelqu’un, je n’ai pu localiser personne qui puisse les aider sur Lesvos. Aegean Boat Report a publié un message public sur les médias sociaux, avec un appel à l’aide urgent, mais aucune organisation ne s’est manifestée, personne ne pouvait protéger ces personnes, pas même les 17 enfants.

De nombreuses organisations s’empressent de critiquer lorsque des personnes se noient dans la mer Égée, pointant du doigt les responsables. Mais lorsqu’elles ont la possibilité d’intervenir, avant que les gens ne soient mis dans des situations potentiellement dangereuses, elles ne disent et ne font rien.

La prochaine fois que des personnes se noieront dans la mer Égée, ces mêmes organisations profiteront de l’occasion pour « montrer leur sympathie » aux victimes, car cela correspond à leur « profil humanitaire », il est financièrement rentable de sembler être du côté de l’humanité. Le mot hypocrisie vient à l’esprit.

Mais il y a aussi des raisons.

À Lesvos, ou sur n’importe quelle autre île d’ailleurs, il n’y a personne capable d’aider, même s’il le voulait, aucune organisation locale, aucune ONG, aucun bénévole, aucun journaliste ou avocat, qui se rendrait sur place pour aider des personnes qui viennent d’arriver, pas même pour documenter leur présence. Parce que s’ils le font, et que la police les trouve, ils risquent d’être arrêtés sur place, accusés d’avoir facilité l’entrée illégale en Grèce, d’entrave aux enquêtes de police et de tout autre chef d’accusation qu’ils pourraient trouver, ceci juste parce qu’ils ont essayé d’aider des personnes vulnérables cherchant la sécurité en Europe.

Telle est, malheureusement, la réalité aux frontières de l’Europe. Les politiciens européens ne défendent plus « nos valeurs européennes » : ces valeurs ont disparu. Ce ne sont que des mots sans substance, utilisés dans des discours pour donner l’impression qu’ils font quelque chose. Ce n’est pas le cas.

Le groupe de 25 personnes est resté caché dans les bois toute la nuit, attendant la lumière du jour. Il faisait froid, ils n’avaient ni vêtements secs, ni nourriture, ni eau. C’était particulièrement difficile pour les nombreux petits enfants.

Aux premières lueurs du jour le lundi 10 janvier, ils ont commencé à se diriger vers le village le plus proche, Tsonia, afin d’être vus par les habitants, dans l’espoir que la sensibilisation du public empêcherait la police de les repousser.

À 8 heures le 10 janvier, Aegean Boat Report a envoyé un courriel aux organisations, ONG, autorités et au médiateur grec, pour leur dire que le groupe souhaitait demander l’asile en Grèce et avait besoin d’une protection internationale. Nous n’avons reçu aucune réponse. La lettre a également été publiée sur Facebook et Twitter pour sensibiliser le public :

« 25 réfugiés sont arrivés à Lesvos hier et ont été annoncés aux autorités, au médiateur grec et au HCR Grèce par Aegean Boat Report ce matin. Nous avons exhorté le HCR et le médiateur à jouer un rôle de médiateur direct pour s’assurer que leurs droits humains seront respectés. 17 des 25 personnes du groupe sont des enfants ».

À 10 h 20, ils sont arrivés à la périphérie du village, mais ils avaient trop peur pour continuer à marcher. Ils ont vu plusieurs voitures et des habitants du village.

Une heure plus tard, à 11 h 20, ils ont informé Aegean Boat Report que la police les avait trouvés. Tout contact a alors été perdu avec le groupe, tous les téléphones sont tombés en panne, tout ce que nous pouvions faire était d’attendre et d’espérer qu’ils soient emmenés dans un camp. Cela ne s’est pas produit. Aucun nouvel arrivant n’a été enregistré par les autorités de Lesvos ce jour-là, ni les jours suivants.

Nous avons appris plus tard par des résidents locaux que la police circulait dans la région dans des voitures civiles – un minivan gris avec quatre hommes en uniformes sombres a particulièrement attiré leur attention. Cette voiture s’est arrêtée à la périphérie du village, et quatre hommes en sont sortis. Tous portaient des cagoules, que les habitants de la région n’utilisent pas pendant la récolte.

La voiture a été filmée, et on peut clairement voir la plaque d’immatriculation IZH:1548 à l’arrière, ainsi qu’un homme debout derrière elle.

Les réfugiés ont ensuite expliqué que ceux qui les avaient trouvés c’étaient quatre hommes cagoulés, en uniforme de couleur foncée et tous armés. Après avoir vu des photos de la voiture, ils ont confirmé qu’il s’agissait de la même que celle utilisée par les « commandos » qui les ont trouvés.

Lorsque les personnes ont été repérées dans la banlieue de Tsonia par ces « commandos », certaines d’entre elles ont tenté de s’enfuir, a déclaré l’un des réfugiés. Quatre coups de feu ont été tirés pour les forcer à rentrer dans le rang. Tout le monde avait très peur, les enfants pleuraient, c’était une épreuve horrible.

Les gens ont été tenus en joue dans cet endroit pendant plus d’une heure. Tout le monde a été fouillé de force, et tous leurs effets personnels, sacs, papiers, argent et téléphones leur ont été arrachés.

Les habitants de la région ont vu une grande camionnette blanche arriver dans le secteur vers midi, puis repartir environ une heure plus tard, précédée d’un minibus gris. Tous les réfugiés qu’ils avaient vus plus tôt avaient disparu, et ils ont donc supposé que la camionnette les avait emmenés. La même camionnette blanche a été utilisée pour transporter des réfugiés lors de plusieurs débarquements précédents, et dans tous ces cas, les personnes ont été évacuées de force de l’île et refoulées vers la Turquie.

Les habitants de Lesvos savent que ces véhicules « civils » sont utilisés par la « police secrète » pour se fondre dans la masse, mais tout le monde sait que les hommes qui s’y trouvent sont des militaires chargés par les autorités grecques de « chasser » les réfugiés.

Lundi 10 janvier, en fin d’après-midi, Aegean Boat Report a reçu un message vocal désespéré de l’une des personnes du groupe auquel nous avions parlé à Lesvos plus tôt dans la matinée. Ils avaient réussi à cacher un téléphone à la police de Lesvos, et avaient juste assez de batterie sur le téléphone pour passer un appel d’urgence aux garde-côtes turcs, et envoyer un message vocal à Aegean Boat Report. Aucune localisation n’a été reçue, et le téléphone était à nouveau hors ligne.

Nous avons immédiatement contacté les garde-côtes turcs (TCG), mais sans localisation, ils ne pouvaient pas faire grand-chose. Le TCG a déclaré qu’il n’avait trouvé personne dans la région de Lesvos, mais qu’il venait de recevoir des informations sur un groupe de personnes en détresse à l’extérieur de Seferihisar.

Nous avons écarté la possibilité qu’il s’agisse du même groupe, en raison de la distance de Lesvos ; nous pensions qu’ils ne transporteraient pas des personnes sur plus de 200 km pour effectuer un repli.

Mais après minuit, les garde-côtes turcs ont informé Aegean Boat Report qu’ils avaient localisé et secouru le groupe pour lequel nous les avions contactés plus tôt : 25 personnes avaient été trouvées à la dérive dans un radeau de sauvetage près de Seferihisar, en Turquie, dont 17 enfants.

Les garde-côtes helléniques avaient transporté ce groupe sur plus de 200 km pour pouvoir les refouler, ce qui montre la détermination des autorités grecques à éloigner quiconque par tous les moyens possibles. Alors, pourquoi ne les ont-ils pas simplement refoulés à la proximité de Lesbos, comme ils le font habituellement dans ces cas-là ? L’explication est assez simple, la direction du vent à ce moment-là était le nord-ouest, et s’ils avaient placé le radeau de sauvetage dans la mer, il aurait dérivé vers les eaux grecques.

Hier, nous avons repris contact avec le groupe, qui se trouve désormais dans une installation de quarantaine à Seferihisar, en Turquie, et ils nous ont expliqué ce qui leur était réellement arrivé.

Leur expérience est tout simplement horrible.

La police les a trouvés à la périphérie du village, où ils ont été fouillés, et tous leurs biens ont été confisqués. Après une heure, une camionnette blanche est arrivée et tout le monde a été forcé de monter à l’arrière : « Ils nous ont traités comme des ordures », nous a dit une femme. « Ils nous ont donné des coups de pied et nous ont battus, même certains enfants ont été battus ».

Il est difficile d’en être sûr, mais ils pensent que la voiture a roulé pendant plus d’une heure. Lorsqu’elle s’est finalement arrêtée, ils se trouvaient dans une sorte de port, où un petit bateau gris à deux moteurs attendait sur un quai en bois. Lorsqu’ils sont sortis de la camionnette, il y avait 10 à 15 hommes masqués, tous en uniforme  foncée, portant des armes. Les gens ont reçu l’ordre de baisser les yeux et de rester silencieux, et il y a eu beaucoup de cris. Les enfants pleuraient, terrifiés par les hommes masqués. Le bateau pneumatique semi-rigide gris à deux moteurs emmène les gens par petits groupes vers un plus grand navire. Dans le  bateau pneumatique, il y avait trois hommes masqués et armés.

Le grand bateau était gris, avec des rayures bleues et blanches à l’avant. Après avoir regardé des photos de navires des garde-côtes helléniques (HCG), ils ont identifié le bateau comme étant un navire de patrouille offshore de classe Sa’ar 4 appartenant aux garde-côtes helléniques.

Tout le monde a été placé à l’extérieur, au milieu du bateau, ont-ils expliqué : « Ils nous ont mis sous une bâche en plastique blanc, pour que personne ne puisse nous voir, et nous ont dit qu’ils allaient nous emmener à Athènes ».

C’était bien sûr un mensonge, mais les gens voulaient désespérément croire que c’était vrai.

Après 7-8 heures, le bateau s’est arrêté. Il faisait nuit dehors et il y avait beaucoup de vent, et le bateau de patrouille HCG était déplacé d’avant en arrière par les vagues. Un étrange bateau a été mis à la mer, ont-ils dit : « Tout le monde a été forcé de descendre dans ce bateau, le bateau n’avait pas de moteur, ceux qui refusaient ou ne bougeaient pas assez vite étaient jetés dans le bateau« .

Vingt-cinq personnes, dont 17 enfants, ont été embarquées de force dans un radeau de sauvetage par les garde-côtes grecs.

Une femme explique qu’un petit bébé a fini dans la mer : « La police grecque a jeté le bébé en bas du bateau grec, mais a manqué le radeau de sauvetage, heureusement nous avons réussi à remettre le bébé dans le radeau.  Une autre fille a été poussée du navire grec et s’est cassé la jambe, c’était barbare, ils y prenaient plaisir, comme si nous n’étions pas des humains. »

Vers 22 heures le 10 janvier, le groupe a été laissé à la dérive dans un radeau de sauvetage à l’extérieur de Seferihisar par les garde-côtes grecs. Ils ont réussi à appeler à l’aide et, une heure plus tard, à 23 h 15, ils ont été retrouvés et secourus par les garde-côtes turcs.

Lorsqu’ils sont arrivés au port de Seferihisar, deux bébés et une fille de 13 ans, Harir, ont été emmenés à l’hôpital. Les bébés souffraient de problèmes respiratoires, de vomissements et de fièvre, et Harir avait une jambe cassée après avoir été jeté du navire des garde-côtes grecs.

Plusieurs autres personnes avaient des bleus et des blessures. Un garçon de 16 ans a été battu au visage et a subi des coupures aux yeux et à la bouche, un autre avait des bleus sur tout le dos après avoir été battu. Une petite fille a montré son bras, plein d’ecchymoses après avoir été piétinée par l’un des hommes masqués à bord du navire des garde-côtes grecs.

Après avoir entendu leurs témoignages, vu les photos et les vidéos, je ne peux m’empêcher d’avoir honte.

Comment pouvons-nous expliquer cela à qui que ce soit, alors que nous ne faisons rien pour l’empêcher : nous laissons faire.

Il n’y a absolument aucun doute sur l’identité des responsables de ces refoulements illégaux, ni sur le fait que la Commission européenne et ses représentants ne lèvent pas et ne lèveront pas le petit doigt pour tenter de mettre fin à ces violations.

C’est un embarras, non seulement pour la Commission européenne, mais pour toute l’Europe.

Cela dure depuis plus de 22 mois. Plus de 25 000 personnes ont été repoussées illégalement dans la mer Égée, 485 radeaux de sauvetage ont été retrouvés à la dérive, transportant 8 400 personnes, tout cela aux mains du gouvernement grec, béni et soutenu par la Commission européenne.

Il s’agit de violations du droit international et des droits de l’homme financées par les contribuables européens.

La commissaire européenne aux affaires intérieures, Ylva Johansson, a dit un jour : « Les refoulements ne devraient jamais être normalisés, les refoulements ne devraient jamais être légalisés. »

Mais les refoulements sont normalisés, et se produisent tous les jours en Grèce, en Italie, en Espagne, en Bulgarie, en Roumanie, en Hongrie, en Slovaquie, en Pologne, en fait sur toute la route des Balkans et à la frontière extérieure de l’UE. C’est illégal. C’est immoral. C’est de la barbarie, et nous – le peuple de Grèce, le peuple d’Europe et le peuple du monde – méritons beaucoup, beaucoup mieux.