Ottawa appuie l’extrême-droite dans le monde

0
102
Photo : Ministère des relations extérieurs du Pérou

Yves Engler, extrait d’un texte paru dans Rabble, 6 octobre 2021

Les militants du Parti populaire du Canada peuvent à juste titre se plaindre de l’hypocrisie libérale. Ils pourraient se demander pourquoi le PPC est considéré comme odieux alors que le gouvernement fédéral soutient des groupes beaucoup plus extrêmes partout dans le monde. En fait, c’est presque un principe de la politique étrangère canadienne de soutenir les groupes fascistes d’extrême droite.

En Ukraine, le Canada a financé, équipé et formé une force de police infiltrée par les néo-nazis mise en place après qu’un noyau de manifestants d’extrême droite ait renversé le président élu Viktor Ianoukovitch. Selon la Presse canadienne, des manifestants de l’opposition ont campé dans l’ambassade du Canada à Kiev pendant une semaine lors de la rébellion de février 2014 contre Ianoukovitch. Lors de son voyage en Ukraine en 2016, le Premier ministre Justin Trudeau a été photographié avec Andriy Parubiy, président du Parlement ukrainien, qui a des antécédents avec l’extrême droite et a été accusé d’avoir fait l’éloge d’Hitler. Pendant ce temps, l’attaché militaire du Canada à Kiev, le colonel Brian Irwin, a rencontré en privé des officiers du bataillon Azov, qui utilisent le symbole nazi « Wolfsangel » et louent les responsables ukrainiens qui ont aidé à massacrer des Juifs et des Polonais pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le Canada a refusé de soutenir un certain nombre de résolutions de l’ONU opposées à la glorification du nazisme, du néonazisme et de la discrimination raciale, car elles sont considérées comme visant l’Ukraine. En novembre 2015, Ottawa a voté contre une résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies critiquant le sujet susmentionné, soutenue par 126 États. Les États-Unis et l’Ukraine ont été les seuls autres pays à voter contre la résolution intitulée « Combattre la glorification du nazisme, du néonazisme et d’autres pratiques qui contribuent à alimenter les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l’intolérance qui y est associée ». Depuis lors, Ottawa s’est abstenu sur une résolution annuelle similaire.

Le soutien d’Ottawa aux forces fascistes en Ukraine est motivé par la concurrence géostratégique avec la Russie. En Ukraine, l’extrême droite a mené des manifestations souvent violentes contre un président considéré comme pro-russe et beaucoup ont combattu dans la guerre civile qui a suivi l’éviction de Ianoukovitch.  

La motivation du gouvernement fédéral pour soutenir les forces d’extrême droite au Venezuela est légèrement différente. Au cours des deux dernières décennies, Ottawa s’est allié aux forces fascistes dans l’espoir de renverser un gouvernement de gauche.

Ottawa a soutenu le Voluntad Popular de Juan Guaido, qui a incité à plusieurs reprises à de violentes manifestations. Peu de temps après que le candidat présidentiel de la coalition d’opposition de la Table ronde de l’unité démocratique, Henrique Capriles, ait reconnu sa défaite lors d’une élection controversée en janvier 2014, le vice-président Leopoldo López a lancé La Salida (sortie/départ) dans le but d’évincer Nicolas Maduro. Les militants de VP ont formé les troupes de choc lors des manifestations « guarimbas » qui ont fait quarante-trois morts, 800 blessés et beaucoup de biens endommagés en 2014. Des dizaines d’autres ont été tués dans une nouvelle vague de manifestations soutenues par VP en 2017. LDes manifestants ont brûlé vif un jeune Noir de 21 ans, Orlando Jose Figuera, dans ce qui était considéré comme une attaque raciste et politique.

En Haïti, Ottawa soutient les éléments d’extrême droite en partie par peur de voir émerger un gouvernement réformiste et pro-pauvres. Le Canada a soutenu le Parti Haïtien Tèt Kale (PHTK) qui est lié aux milieux criminels et qui dirige le pays depuis une décennie. Ancien membre des Tonton Macoutes de Duvalier, le fondateur du PHTK, Michel Martelly, est devenu président en incitant à de violentes manifestations de rue, ce qui a permis à Washington et Ottawa d’intervenir dans le dépouillement des élections. Le racisme du parti se reflète en partie dans sa composition, mais se manifeste principalement par la déférence envers l’oligarchie à la peau claire et les pouvoirs «blancs» qui ont longtemps subjugué une nation née dans une lutte contre l’esclavage.

En Israël, l’Agence du revenu du Canada subventionne des groupes qui promeuvent la pureté raciale/religieuse et qui financent ceux qui colonisent la Cisjordanie. En juin et la semaine dernière, le Premier ministre Justin Trudeau s’est entretenu avec son homologue israélien, Naftali Bennett, qui s’est vanté en 2013 « J’ai tué de nombreux Arabes dans ma vie, et cela ne pose aucun problème. » Après que les deux appels Trudeau a fait l’éloge Bennett et l’amitié en deux pays qui partagent « valeurs démocratiques. Un mois avant le premier appel, Bennett a défendu des voyous suprémacistes juifs qui ont battu et tué des citoyens palestiniens d’Israël. Bennett a soutenu des hommes détenus pour avoir abattu un homme arabe dans la ville de Lod et a affirmé que la minorité était responsable de la violence.