Le Canada en Irak

Les médias traditionnels ont accordé peu d’attention à l’annonce fai par le gouvernement Trudeau de prolonger le déploiement des troupes canadiennes en Irak jusqu’en mars 2021.

Une récapitulation historique rapide.

Les 15 et 16 février 2003, on estime que six à 11 millions de personnes dans 60 pays ont manifesté contre l’invasion imminente de l’Irak. Cette invasion a commencé il y a 16 ans cette semaine dans la soirée du 19 mars 2003 (à 5 h 34, heure de Bagdad, le 20 mars).

En septembre 2004, le secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, avait déclaré que l’invasion n’avait pas été sanctionnée par le Conseil de sécurité des Nations Unies et que la guerre était illégale.

Une étude publiée en octobre 2013 a révélé qu’au moins 405 000 personnes sont mortes entre 2003 et 2011 en raison de la guerre et de l’occupation de l’Irak.

Ces pertes ont continué à augmenter.

En outre, les Nations Unies ont rapporté en janvier 2016 que « 3,2 millions de personnes ont été déplacées à l’intérieur du pays depuis janvier 2014, dont plus d’un million d’enfants en âge d’aller à l’école ».

Au 10 janvier 2016, les États-Unis, le Canada, la Grande-Bretagne, la France, l’Australie et plusieurs autres pays avaient effectué 6 341 frappes aériennes en Irak.

En juillet 2016, une enquête britannique menée par Sir John Chilcot avait révélé que le fondement juridique de la guerre était « loin d’être satisfaisant », les solutions de rechange pacifiques à la guerre n’étant pas épuisées, et que le manque de planification d’après-guerre contribuait de manière significative à la paix. émergence d’ISIS.

En d’autres termes, c’était sans doute une guerre évitable qui engendrait une violence accrue.

C’est un contexte essentiel qui manque au communiqué de presse du gouvernement du Canada, soulignant que le Canada a dépensé plus de 2,1 milliards de dollars depuis 2016 pour « la sécurité, la stabilisation et l’aide humanitaire et au développement en réponse aux crises en Iraq et en Syrie et leurs conséquences au Liban. »

Le gouvernement Trudeau a restructuré l’engagement militaire du Canada en Irak à plusieurs reprises depuis sa victoire aux élections fédérales d’octobre 2015.

En février 2016, Trudeau a annoncé que six CF-18 seraient retirés des missions de bombardement en Irak et en Syrie, mais parmi d’autres actions, le nombre de soldats des forces spéciales en Irak a été multiplié par fourni un avion de ravitaillement pour la poursuite des missions de bombardement alliées.

En juin 2017, le gouvernement Trudeau a annoncé que les troupes canadiennes resteraient en Irak pendant deux ans.

À l’époque, le chroniqueur du Toronto Star , Thomas Walkom, écrivait: « Ottawa espère que si Trump pense que le Canada s’investit davantage dans la guerre, il ordonnera à ses négociateurs de faire preuve de retenue lors des négociations à venir avec l’Accord de libre-échange nord-américain ».

En janvier 2019, le gouvernement Trudeau avait retiré l’avion de ravitaillement CC-150 Polaris, mais ce n’est qu’après que, comme le rapporte iPolitics , il avait «livré plus de 65 millions de livres de carburant aux avions de la coalition au cours de son déploiement».

Selon Global News , « le Canada compte environ 500 militaires en Irak, dont 200 dans le cadre d’une mission de formation de l’OTAN et 120 forces spéciales qui aident les forces irakiennes à éliminer les insurgés de l’Etat islamique autour de la ville du nord. » de Mossoul.  »

Ce n’est que dans les derniers paragraphes d’un article de la Presse canadienne que nous voyons que « des questions et des préoccupations ont été soulevées dans le passé concernant la conduite de certaines forces de sécurité irakiennes, notamment des allégations de torture, d’enlèvements et d’exécutions extrajudiciaires … »

Même là, cependant, cette phrase se termine par «… mais le major-général Peter] Dawe a déclaré que les unités avec lesquelles ses troupes sont partenaires ont été soigneusement examinées.

En février 2016, le gouvernement Trudeau a annoncé qu’il dépenserait 1,6 milliard de dollars en Irak au cours des trois prochaines années. Dans un communiqué de presse, il se vante maintenant d’avoir dépensé « plus de 2,1 milliards de dollars » dans la région.

Où est la couverture médiatique critique et contextuelle qui dit que beaucoup continuent à souffrir et que des milliards de dollars continuent d’être dépensés à la suite d’une guerre illégale et évitable qui a tué des centaines de milliers de personnes et déplacé des millions d’autres?

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici