Canada : pourquoi ne pas respecter les droits au Honduras ?

Tyler Morgenstern, extrait d’un texte paru dans The conversation, 15 août 2019

Bien que le Canada soit généralement considéré comme une « puissance moyenne », dont les interventions à l’étranger se limitent principalement aux missions de maintien de la paix, la portée mondiale du capital des entreprises et des investissements canadiens, en particulier dans le secteur minier, témoigne d’une autre histoire.

Au moins deux tiers des sociétés minières du monde sont actuellement constituées en sociétés au Canada, ce qui fait de notre industrie minière la plus grande du monde. En vertu de la loi canadienne, ces sociétés bénéficient d’avantages fiscaux généreux, d’un environnement réglementaire favorable et d’un accès facile à la Bourse de Toronto.

Associés à un cadre de politique étrangère spécialement conçu pour garantir des conditions d’investissement favorables aux capitaux canadiens à l’étranger, ces avantages ont aidé des sociétés comme GoldcorpBarrick Gold et Teck à étendre leurs activités à presque tous les coins du monde.

Mais peut-être que nulle part ils ne fonctionnent aussi intensément qu’en Amérique latine.

En 2013 , les sociétés minières canadiennes exploitaient quelque 80 projets dans la région, dont près de 50 autres étaient en phase de développement ou de faisabilité. En 2012, ces activités, principalement au Mexique, au Chili et au Pérou, ont généré des revenus de plus de 19 milliards de dollars américains. Cette présence hors normes a fait du Canada le troisième investisseur en importance en Amérique latine.

Le cas du Honduras

Prenons le cas du Honduras où, au début des années 2000, les investissements canadiens ont dépassé 100 millions de dollars, principalement dans les domaines de l’exploitation minière. Face au mécontentement populaire face à l’ampleur de ces opérations et à leurs effets néfastes sur l’environnement et la santé publique, le président de centre gauche, Manuel Zelaya, a proposé une série de contrôles modestes sur le secteur après son élection en 2005.

Bien que ces politiques aient entraîné une baisse de l’investissement étranger direct, elles n’étaient nullement catastrophiques. Malgré tout, les nouvelles politiques ont suscité une vive réaction de la part de l’élite hondurienne et de celles – comme le Canada – intéressées à la croissance soutenue du secteur minier.

C’est ainsi que Zelaya ait été contraint à l’exil lors d’un coup d’État militaire en 2009. Devant cela, l’État canadien a appuyé son adversaire, Porfirio (Pepe) Lobo, qui a changé la législation pour la rendre plus en phase avec les demandes du secteur minier.

Il n’est pas nécessaire de voir comment cette alliance intime entre la politique canadienne en matière d’investissement étranger, les intérêts des sociétés minières canadiennes et les activités répressives d’une dictature largement considérée comme illégitime pourrait contribuer à l’exode des Honduriens du nord.

Pourtant, même si le Canada contribue à perturber les communautés au Honduras et ailleurs en Amérique latine, il reste obstiné à restreindre l’accès de l’Amérique latine à la protection de l’asile. Cela est dû en grande partie au fait que le Parlement canadien n’a pas abrogé l’ accord de 2004 sur les tiers pays sûrs.

L’accueil des réfugiés

Depuis 1969, le Canada est signataire de la Convention des Nations Unies relative au statut des réfugiés . Ce cadre engage notamment le Canada à accepter les réfugiés menacés de persécution, de violence ou de répression dans leur pays d’origine ou sur tout autre territoire. Il stipule également que nous ne pouvons rejeter les demandes d’asile que si le demandeur peut être renvoyé dans un pays tiers « sûr ».

L’accord précise également que le Canada ne traitera les demandes d’asile que de ceux dont le premier point d’arrivée est un port d’entrée canadien, et non pas d’un autre endroit où ils pourraient déposer en toute sécurité une telle demande, comme les États-Unis.

Compte tenu des obstacles économiques auxquels se heurtent les migrants latino-américains pour assurer un passage ininterrompu au Canada, le Conseil canadien pour les réfugiés déclare que les États-Unis ferment la porte à la plupart des demandeurs d’asile qui se présentent à un point d’entrée officiel aux États-Unis. Jamais un principe valable, l’affaire des États-Unis en tant que pays tiers sûr a complètement disparu ces derniers mois.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici