Amérique latine : ombres et lumières

Extrait d’un entretien avec Claudio Katz  Viento Sur nº 162, 20 avril 2019

 

Nous nous entretenons avec Claudio Katz, l’un des représentants les plus remarquables de la théorie marxiste de la dépendance en Amérique latine, sur le contexte ouvert du continent avec l’élection de Bolsonaro et les perspectives politiques en Argentine replongées dans une crise.

 

Quelle analyse faites-vous du contexte actuel en Amérique latine? Peut-on parler d’une fin de cycle ou s’agirait-il d’un cycle encore en litige?

CK : Nous sommes au milieu d’une situation complexe et il n’est pas facile de la définir. L’événement clé a été le triomphe de Bolsonaro au Brésil qui a marqué l’évolution de la région. L’ex-capitaine introduit un changement important, non seulement parce qu’il a inauguré l’arrivée de l’extrême droite aux gouvernements de la région, mais aussi parce qu’il s’est imposé lors d’élections tout à fait anormales. Il est arrivé à la présidence avec l’arrestation de Lula, le soutien flagrant du pouvoir judiciaire et le rôle de premier plan de l’armée.

Nous ne savons pas si Bolsonaro va réussir à stabiliser le Brésil. Il devra jouer un rôle de médiateur entre les secteurs de l’agroalimentaire désireux d’ouvrir l’économie, le centre de São Paulo qui tente de préserver le Mercosur et les groupes financiers qui bénéficient de taux d’intérêt élevés. S’il met en œuvre tout ce qu’il dit en termes de politique étrangère, il introduira des changements terribles. Cela consommerait un alignement total sur les États-Unis que le Brésil n’a jamais eu. La grande question est de savoir si ce sera le cas. Risquera-t-il la perte du marché chinois?

Dans tous les cas, le plus important sera la résistance populaire. Rappelons que le coup d’Etat de l’année 64 a inauguré au Brésil un cycle de dictatures dans toute la région. Un processus similaire sera-t-il répété? L

Rappelons également qu’au niveau régional a également été enregistrée la victoire de López Obrador dans un autre pays clé de la région. Tout le monde se demande dans quelle mesure ils pourraient reprendre des éléments du cycle progressif, dans un contexte où des résultats intéressants du centre-gauche ont été observés dans deux pays – la Colombie et le Chili – qui fonctionnent comme des bastions de la restauration conservatrice. En outre, les processus du Venezuela, de la Bolivie et de Cuba se poursuivent et cette persistance met une limite à la montée de la droite.

Au-delà des perspectives futures, quelle serait selon vous l’équilibre des gouvernements progressistes?

Certains décrivent ce qui s’est passé au Brésil, en omettant le rôle du PT. Ils oublient que la droite a gagné parce qu’il y avait une forte déception préalable. Cette déception s’est accentuée avec Dilma et la résurgence de Lula n’a pas permis de compenser cette déception. Le vote de droite était très significatif dans les domaines qui soutenaient auparavant le PT.

Dans cet équilibre de gouvernements progressistes, quel a été selon vous le poids des éléments externes et quels sont les éléments internes pour atteindre la situation actuelle?

On dit qu’il y a eu une amélioration de la consommation des secteurs issus de la pauvreté et que le seul échec des gouvernements progressistes a été leur inaction politico-culturelle dans ces zones. On prétend que cette absence a affecté l’évaluation populaire des améliorations obtenues, ce qui a facilité la victoire de la droite. Je pense que cette interprétation est superficielle. Il est évident que le PT n’a pas développé de bataille idéologique. Il a supposé que si les gens amélioraient leur consommation, ils continueraient à soutenir le même gouvernement au niveau électoral. Il a maintenu une fausse croyance sociale-démocrate, qui ne s’applique pas non plus à un pays dépourvu de dispositions sociales de base. Au Brésil, les améliorations ont peu duré et la classe moyenne ne s’est pas développée de manière significative. Le rebond de la consommation ne modifie pas les énormes inégalités sociales.

Le gouvernement du PT n’a jamais entamé la transformation socio-économique nécessaire pour réduire cette inégalité, modifier la concentration de la propriété foncière ou éliminer les énormes privilèges des banquiers. Le PT n’a pas agi sur la conscience populaire, pas plus que sur la structure économique. Et la droite a profité de cette impuissance pour créer le climat qui lui a permis d’atteindre le gouvernement.

Nous devons être conscients que toutes les conquêtes démocratiques sont en grand danger et nous devons nous préparer à une lutte acharnée. Dans chaque pays, de manière différente, avec des caractéristiques différentes, mais au niveau général, c’est comme ça. Il est toujours nécessaire de combiner une action institutionnelle avec une action dans la rue, mais le cadre actuel nous oblige à mettre l’accent sur ce dernier niveau.

Comment traduisez-vous davantage cette analyse en termes de stratégie politique, en particulier en Argentine?

L’Argentine est un pays avec des caractéristiques très spécifiques par rapport au reste de la région. Par exemple, ‘armée ne remplit pas le même rôle que dans d’autres pays. Dans le mouvement populaire, les traditions de lutte de plusieurs générations ont été recyclées, dans des processus de mobilisation très importants. Depuis la fin de la dictature, il y a eu 40 grèves générales et, avec Macri, quatre. Les organisations sociales ont atteint un poids très frappant dans les secteurs les plus modestes et la rue définit le cours de la politique de manière très directe.

Le contexte structurel de ce scénario est plus complexe. L’économie argentine était la plus prospère d’Amérique latine et était plus déséquilibrée que d’autres par la mondialisation néolibérale. Cette contradiction n’a pas été résolue. Il existe une classe moyenne éduquée dans l’école publique, dotée d’un niveau de conscience démocratique qui fait obstacle à la reconfiguration régressive demandée par les capitalistes. Nous traversons maintenant une nouvelle crise terrible avec la possibilité sérieuse de faire face à une nouvelle cessation de paiements. Macri pensait qu’il était temps d’investir de gros investissements et finit par mendier des prêts pour éviter le défaut de paiement. Maintenant, il va essayer de copier le tour du Brésil. Mais il n’est pas si facile de trouver une issue de droite à la crise d’un gouvernement de droite.

Quelle est la position de l’Argentine aujourd’hui par rapport à 2001?

Les élites craignent de se reproduire en 2001.  À cause de cette panique, après avoir payé la dette, le gouvernement affecte une grande partie de son budget à des programmes alimentaires et sociaux. Mais donner la priorité à cet endiguement entraîne un ajustement plus important des secteurs de la classe moyenne et des salariés. Au niveau populaire, le niveau d’organisation est beaucoup plus élevé qu’en 2001. Il n’y a pas eu d’agression contre les supermarchés et les quartiers sont mieux organisés. Les mouvements sociaux jouent un rôle conflictuel tout en posant un défi de taille au gouvernement.

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici