Bolivie : un soulèvement mis à profit par l’extrême droite

Raúl Zibechi, Anfibia, 11 novembre 2019

https://revistaanfibia.com/ensayo/como-derrocaron-a-evo/

Le soulèvement du peuple bolivien et de ses organisations est ce qui a finalement causé la chute du gouvernement. Les principaux mouvements ont exigé la démission devant les forces armées et la police. L’OEA a soutenu le gouvernement jusqu’à la fin. La situation critique dans laquelle se trouve la Bolivie ne commence pas avec une fraude électorale, mais avec l’attaque systématique des gouvernements Evo Morales et Álvaro García Linera contre les mouvements populaires qui les ont conduits à la confrontation.

1.- La mobilisation sociale et le refus des mouvements de défendre ce qu’ils considéraient comme «leur» gouvernement à l’époque ont été à l’origine de la démission. En témoignent les déclarations des travailleurs boliviens, des enseignants et des autorités de l’Université publique d’El Alto (UPEA), de dizaines d’organisations et de Women Creating, peut-être la plus claire de toutes. La gauche latino-américaine ne peut accepter le fait qu’une partie considérable du mouvement populaire a exigé la démission du gouvernement.

La déclaration historique de la Fédération des syndicats des travailleurs des mines de Bolivie (FSTMB), proche du gouvernement, est l’exemple le plus clair du sentiment de nombreux mouvements: «Monsieur le Président Evo, vous avez déjà beaucoup œuvré pour la Bolivie. Vous avez amélioré l’éducation, la santé. Monsieur, toutes les personnes vous apprécieront pour le poste que vous avez occupé occuper, mais maintenant, il est temps de laisser le gouvernement national entre les mains du peuple ».

Cette triste issue a une histoire qui remonte à la marche pour la défense du territoire autochtone et du parc national Isiboro-Sécure (TIPNIS) en 2011. Après cette action massive, le gouvernement a commencé à diviser les organisations. Tandis que Morales-García Linera entretenait d’excellentes relations avec le monde des affaires, le gouvernement a attaqué le Conseil national des Ayllus et Markas del Qullasuyu (Conamaq) et la Confédération des peuples autochtones de Bolivie (CIDOB), deux organisations historiques des peuples d’origine. Ils ont envoyé la police, ils ont renvoyé les dirigeants légitimes et ont remis, protégés par la police, les dirigeants liés au gouvernement.

En juin 2012, la CIDOB a dénoncé «l’ingérence du gouvernement dans le seul but de manipuler, diviser et affecter les instances organiques et représentatives des peuples autochtones de Bolivie». Un groupe de dissidents avec le soutien du gouvernement a ignoré les autorités et a convoqué une « commission élargie » pour élire de nouvelles autorités.

En décembre 2013, un groupe de dissidents de la CONAMAQ, similaire au MAS, a saisi les locaux, battu et expulsé ceux qui s’y trouvaient avec l’aide de la police, qui gardaient le siège et empêchaient les autorités légitimes de le récupérer. La déclaration de l’organisation a déclaré que le coup d’Etat contre la CONAMAQ consistait à « approuver toutes les politiques contre le mouvement autochtone et le peuple bolivien, sans que personne ne dise rien ».

Le 21 février 2016, le gouvernement a convoqué un référendum afin que la population se prononce en faveur ou contre la quatrième réélection de Morales. Bien que la majorité ait dit NON, le gouvernement a poursuivi les plans de réélection.

Le mercredi 17 février au matin, quelques jours avant le référendum, une manifestation d’élèves et de parents d’élèves s’est rendue au bureau du maire d’El Alto. Un groupe de cent manifestants est entré de force dans les locaux, provoquant un incendie où six personnes sont décédées. Les manifestants qui se sont mobilisés lors de la mobilisation des parents appartenaient au Mouvement socialiste officiel (MAS).

Les élections du 20 octobre ont consommé une fraude pour la majorité des Boliviens. Les premières données indiquaient un deuxième tour. Mais le décompte a été arrêté sans aucune explication et les données fournies le lendemain ont montré qu’Evo avait remporté le premier tour, puisqu’il avait obtenu plus de 10% de différence même s’il n’atteignait pas 50% des suffrages.

Dans plusieurs régions, des affrontements se sont produits avec la police, tandis que les manifestants incendiaient trois bureaux régionaux du tribunal électoral de Potosí, Sucre et Cobija. Les organisations de citoyens ont appelé une grève générale pour une durée indéterminée. Le 23, Morales dénonçait le « coup d’Etat » de la droite bolivienne.

Lundi 28, la manifestation s’est intensifiée avec des blocus et des affrontements avec la police, mais également entre partisans et opposants du gouvernement. Comme à d’autres occasions, Morales-García Linera a mobilisé des organisations cooptées pour confronter d’autres organisations et opposants à son gouvernement.

Le 2 novembre, il y a eu un tournant important. Le président du Comité civique de Santa Cruz, qui a maintenu une alliance avec le gouvernement de Morales, Luis Fernando Camacho, appellait l’armée et la police à «se ranger du côté du peuple» pour forcer la démission du président, invoquant Dieu et bible. Vendredi le 8, les trois premières unités de police émeutes à Cochabamba, Sucre et Santa Cruz, et les uniformes ont fraternisé avec des manifestants à La Paz. Deux jours plus tard, Évo offre sa démission verbale.

5.Dans ce scénario de polarisation, il convient de souligner l’intervention remarquable du mouvement féministe bolivien, , qui a mené une articulation des femmes dans les principales villes. Le 6 novembre, en pleine polarisation violente, María Galindo a écrit dans le journal Página 7 : «Fernando Camacho et Evo Morales sont complémentaires». «Les deux sont des représentants uniques du« peuple ». Tous deux détestent les libertés des femmes. Tous deux sont homophobes et racistes, ils utilisent tous les conflits pour en tirer parti. Cela nécessite non seulement la démission du gouvernement et du tribunal électoral (complice de fraude), mais également la nécessité de nouvelles élections avec d’autres règles, dans lesquelles la société est impliquée, de sorte que «personne n’a jamais besoin de plus d’un parti politique pour se faire entendre et pour se faire entendre. faire des exercices de représentation ».

La grande majorité des habitants de la Bolivie n’est pas entrée dans le jeu de guerre que Morales-García Linera ont voulu imposer lorsqu’ils ont abandonné et jeté leurs partisans dans la destruction et le pillage (en particulier à La Paz et à El Alto), probablement pour forcer une intervention militaire et justifier ainsi la dénonciation d’un « coup d’Etat » qui n’a jamais existé. Ils ne sont pas non plus entrés dans le jeu de l’extrême droite, qui agit de manière violente et raciste contre les secteurs populaires.

Pour nous la gauche latino-américaine, nous devons réfléchir sur le pouvoir et les abus que cela implique. Comme nous l’enseignent les féministes et les peuples autochtones, le pouvoir est toujours oppressif, colonial et patriarcal. C’est la raison pour laquelle le peuple rejette les dirigeants et que les communautés font pivoter leurs chefs pour qu’ils n’accumulent pas le pouvoir.

Nous ne pouvons oublier qu’à l’heure actuelle, la droite raciste, coloniale et patriarcale court le risque de pouvoir profiter de la situation pour s’imposer et faire couler le sang. La revanche politique et sociale des classes dirigeantes est aussi latente que durant les cinq derniers siècles et doit être arrêtée sans hésiter.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici