Brésil : malgré la peur, il y a eu des victoires

 

 

 

Cela a été une élection réussie pour les indigènes et les populations traditionnelles : pour la première fois, une femme indigène a été élue députée fédérale, raconte Rebecca Souza.

Au-delà de tout débat, l’issue du premier tour des élections 2018 a été l’une des plus victorieuses pour les indigènes et les populations traditionnelles, avec l’un des plus gros quotas de nos pairs en lice. Nous avions des candidats indigènes, roms, pêcheurs et geraizeiros (populations traditionnelles qui vivent dans le cerrado au nord du Minas Gerais).

Pour la première fois, l’une d’entre nous était candidate à un poste à haute responsabilité : Sônia Guajajara s’est présentée à la vice-présidence.

Pendant longtemps, nous avons seulement été considérés comme des électeurs alimentant les votes, comme des cartes d’électeurs faciles à manipuler.

On nous a même souvent contesté le fait d’avoir des cartes d’électeurs, puisque nous sommes encore considérés comme « les autres », les invisibles qui ne comprennent rien à la politique qui, au fil du temps, est devenue « une affaire d’homme ». Soulignons que l’homme en question est hétéro, chrétien et blanc.

Pendant les élections, nous avons vu ce préjugé se cristaliser à travers la personne de Marina Silva, candidate à la présidentielle. Que l’on aime ou non les alliances et les questions politiques qu’elle représente, Marina est des nôtres. C’est une femme noire du nord du Brésil, issue du milieu des travailleurs agricoles et qui a eu accès à l’éducation tardivement.

En tant qu’évangéliste, sa position religieuse est devenue le reflet de la situation sociale que nous vivons : là où la politique est absente, le prêtre ou le pasteur sont là, et ce sont eux qui assument nos besoins sociaux.

Sônia Guajajara est le fruit de notre deuxième génération, ces enfants des champs et de la forêt qui sont sortis de leurs communautés il y a déjà longtemps pour construire des idées politiques et en faire des sujets de débat. Sônia a été ma compagne de lutte à Xingu Vivo , lorsque nous nous battions contre une usine hydroélectrique qui, encore aujourd’hui, tue et expulse nos familles de leurs terres historiques.

Et c’est émue par la victoire de Joenia Wapichana, première femme indigène à être élue, que j’écris cette chronique. Lorsqu’un Etat comme Roraima, où les tensions contre la cause indigène sont séculaires, élit Joenia députée fédérale, c’est uniquement le résultat de tous nos efforts.

Il faut souligner que la majorité des représentations politiques sont des femmes, ce qui prouve que nous subvertissons les structures internes de nos communautés. Pendant très longtemps, la politique a été une « affaire d’homme », mais nous ne renonçons pas ; il y aura des chignons, des jupes, des foulards et de la main d’oeuvre habile.

Nous, femmes indigènes et issues des populations traditionnelles, nous existons et nous occuperons l’espace !

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici