Canada : Ottawa punit le peuple vénézuélien

 

Ruby Dagher, extrait d’un texte paru dans The Conversation, 24 juillet

 

Peu importe ce que vous croyez ou qui vous croyez, personne ne peut nier que ce à quoi les Vénézuéliens sont actuellement confrontés est horrible et moralement inacceptable.

Les principaux  reportages des médias estiment que les politiques d’Hugo Chávez et de Nicolás Maduro ont entraîné une mauvaise gestion économique et une gouvernance médiocre et exhortent la communauté internationale à promouvoir un changement de leadership politique au Venezuela ou une transformation du système politique du pays.

Mais ces analyses économiques, humanitaires et géopolitiques ignorent généralement les coûts dévastateurs des sanctions externes.

Coûts économiques

Au cours des six dernières années, l’économie du Venezuela a subi des pertes considérables,  estimées à plus de 114 milliards de dollars des États-Unis. Cela ne représente que 15 milliards de dollars de moins que l’ensemble de la production économique du pays en 2015. Sur ce montant, 21,45 milliards de dollars sont dus aux actions des États-Unis et 92,85 milliards de dollars sont dus à leur effet secondaire sur l’économie. Même les rapporteurs spéciaux des Nations Unies ont noté que les sanctions économiques prises par les États-Unis contre le Venezuela en 2017 et 2019 avaient un impact grave et néfaste sur la vie et la santé des Vénézuéliens, provoquant une faim généralisée et d’autres difficultés pour les Vénézuéliens. Ils ont décrit l’impact de ces sanctions comme une « punition collective de la population civile ». Ces mesures économiques n’ont pas été autorisées par le Conseil de sécurité des Nations Unies. Sans la couverture de la Charte des Nations Unies, le fondement juridique de ces actions est discutable et constitue probablement un «fait internationalement illicite». De plus, comme ces actions entravent les importations de produits alimentaires et de médicaments , elles violent les lois internationales relatives aux droits humains et humanitaires. L’application de sanctions au Venezuela est également une atteinte à la souveraineté du pays. C’est particulièrement le cas puisqu’il n’y a pas de demande interne légitime et légale de le faire.

Politique canadienne viciée

Le Canada a exprimé son appui au changement politique et à l’établissement de la démocratie au Venezuela. Bien que lutter pour la démocratie soit une noble cause, la tentative du Canada de déterminer le sort du peuple vénézuélien ne l’est pas. Et, si l’histoire est un guide, l’impact de cette ingérence extérieure est souvent négatif, parfois catastrophique. Nous devons encourager le dialogue entre les Vénézuéliens visant à élaborer une solution interne, même lorsque nous sommes en désaccord avec les décisions prises par la majorité des Vénézuéliens. Nous devons également respecter les principes du droit international de manière non sélective.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici