Colombie : Un peuple qui réclame la paix, la justice sociale et la dignité

La Colombie

 John Freddy Gómez, Camila Andrea Galindo, CADTM, 27 novembre 2019

Le 21 novembre, le peuple colombien est descendu massivement dans les rues, dans des proportions sans précédent, dans à peu près toutes les villes du pays, de La Guajira à Leticia, de Buenaventura à Cúcuta contre le soi-disant paquet Iván Duque, l’OCDE. , BM et IMF.

En Colombie, il existe un processus de conflit entre les classes subalternes et le gouvernement national, dans lequel le gouvernement veut imposer, même avec sang et le feu, ses politiques et sa vision de la société, dans laquelle: 1) la société est subordonnée à relations de marché néolibérales; 2) Le peuple doit maintenir une dynamique stoïque, léthargique et diligente; 3) Les privilèges du capital et de la classe sont prioritaires sur la vie et la dignité; 4) La différence est réduite et le différent est annihilé. 5) le manichéisme, la haine et l’exclusion sont préservés en tant que source de pouvoir; et 6) vous devez vous taire avant le son renversant de l’effondrement de la Colombie.

Cette dynamique qui a survécu en Colombie et dans une grande partie de notre Amérique depuis la colonie, qui s’est reproduite depuis l’indépendance et qui s’est intensifiée au stade néolibéral en raison de la relation directe avec l’empire américain, a conduit notre continent est l’un des pays les plus inégalitaires au monde et la Colombie se positionne comme le deuxième pays le plus inégalitaire de l’ensemble du continent américain et figure parmi les 10 pays les plus inégalitaires de la planète. (Monterrosa, 2017)

Cette inégalité se concrétise comme une violence directe contre le peuple colombien et est entretenue par l’augmentation aveugle de l’exploitation, de la dépossession, de l’oppression et de l’exclusion qui se matérialise à travers une classe capitaliste aux caractéristiques féodales et violentes, historiquement ancrée dans la société. Les structures de l’Etat colombien. Un État qui, selon certaines institutions, est la plus ancienne démocratie d’Amérique latine, étant pour ces institutions démocratiques un génocide en tant que pratique sociale, l’exclusion de la politique à 99% du peuple colombien, l’inégalité en tant que gouvernement, la négligence et la haine en tant que pierre angulaire des relations sociales et économiques.

Compte tenu de cette brève introduction des relations régnantes dans notre Amérique et dans notre pays, la Colombie, nous avons observé ces derniers mois un cri de «ça suffit! face à tant de haine, d’exclusion politique et sociale, de politique de guerre, d’un système qui profite à 1% de la société, de racisme, de patriarcat, de sexisme et d’écocide en tant que modèle de développement, entre autres caractéristiques Les méfaits imposés par la violence sur notre territoire.

Sous le gouvernement d’Iván Duque et de son régent Álvaro Uribe Vélez, on a assisté à une recrudescence exponentielle de la violence dans le pays. Environ 746 dirigeants et dirigeants sociaux ont été assassinés entre 2009 et juin de cette année. 2019, 75% des violences contre les femmes leaders et les leaders sociaux dans le pays. ( L’avis , 2019) Ces assassinats et intimidations sont le résultat de la mise en œuvre d’une politique de guerre du gouvernement et de la consolidation de la mise en œuvre des accords de paix.

La violation des droits de l’homme est un geste constant du gouvernement colombien. On vit dans une angoisse constante car la persécution de l’opposition politique est un pilier de l’administration du gouvernement, de même que la criminalisation de la contestation même s’il s’agit d’un droit fondamental, mais que l’on a tenté de limiter au moyen de sa réglementation légale. , qui est liée à un contexte dans lequel tous les processus sociaux, politiques et communautaires sont délégitimés et se veulent invisibles, grâce au contrôle des médias et à leur relation de classe directe.

Un exemple de violation permanente des droits de l’homme et du droit international humanitaire est l’affaire dénoncée devant le Congrès de la République dans le cadre de l’élaboration de la motion de censure contre l’ancien ministre de la Défense Guillermo Botero, où l’assassinat de entre 8 et 18 enfants lors d’un bombardement par l’armée dans la zone rurale de San Vicente del Caguán, dans le département de Caquetá. Des enfants qui ont été présentés comme des victimes de combats ont amené à la mémoire du peuple colombien les cas d’exécutions extrajudiciaires de la période 2002-2008, à tort surnommés positifs.. Une affaire qui continue d’être rejetée après avoir appris que, selon les récits des habitants de la région, les enfants en vie auraient été persécutés et ridiculisés par les forces militaires. (Unité d’enquête, 2019) Cet attentat a été approuvé par le ministre de la Défense et président à l’époque, Iván Duque.

Avant cette opération militaire déplorable, le peuple colombien a exprimé son désaccord total, qui s’est manifesté par une pression publique par laquelle le ministre de la Défense a présenté sa démission, honoré, reconnu et honoré par le président Duque avant ses bons offices pour le pays. Totale ironie. C’est l’un des centaines de cas où il est évident que le gouvernement joue un rôle direct et indirect dans la violence qui ravage le pays.

De même, les politiques économiques du gouvernement d’Iván Duque ont abouti à l’appauvrissement des classes subalternes, où les intérêts des élites économiques sont privilégiés par rapport aux besoins d’un pays présentant de grandes disparités sociales et des besoins latents de dépenses publiques qui représentent un plus grand bien-être et une pleine satisfaction des droits économiques, sociaux, culturels, politiques et environnementaux dans le pays (Gómez & Galindo, 2019).

Et, comme si cela ne suffisait pas, avec le Plan de développement national 2018-2022 et la loi de financement, le gouvernement dans les mains de ses ministères et en communion avec les groupes de réflexion de la grande capitale colombienne tels que FEDESARROLLO et ANIF, entre autres, Ils ont présenté les nouvelles réformes du Trésor public dans le domaine du travail, des retraites et de l’administration, qui portent atteinte aux droits et à la dignité du peuple colombien.

Dans la proposition de réforme du travail, entre autres caractéristiques, nous trouvons la flexibilité et la déréglementation du monde du travail avec l’incorporation du travail à temps partiel, la réduction de 25% du salaire des moins de 28 ans; et l’élimination des heures supplémentaires, des suppléments de nuit et de vacances et des intérêts des licenciements.

De même, la réforme des retraites a pour objectif d’augmenter les cotisations et l’âge de la retraite, de supprimer le régime public des primes moyennes et de transférer les cotisations de l’employeur à l’employé, entre autres dynamiques entièrement régressives qui ne profitent qu’aux travailleurs. capital important et capital financier, et ajoutent le peuple colombien à un taux de surexploitation du travail plus élevé ( Semanario Voz , 2019).

Une autre politique totalement contraignante est la consolidation de la holding financière, qui transfère le pouvoir discrétionnaire de l’administration des sociétés d’État de l’État à un organisme autonome et déterminé par les besoins privés du transit à la privatisation de celles-ci afin de promouvoir la Partenariats public-privé qui n’est rien de plus que la remise d’argent public aux grandes capitales.

Face à cette attaque de réformes néolibérales dans le pays, à la recrudescence de la violence, à la criminalisation et à la stigmatisation des processus sociaux et à la violation permanente des accords avec les étudiants, les paysans et les peuples autochtones, le chômage national a été consolidé le 21 novembre afin d’exiger le plein respect des accords économiques, la mise en œuvre des accords de paix, le rejet de toute réforme économique régressive et la construction d’une économie axée sur le bien-être de la société, parmi d’autres revendications tout à fait légitimes qui en ont résulté dans une mobilisation permanente et critique qui s’est concentrée sur les ennemis du peuple colombien tels que le gouvernement d’Iván Duque et les institutions financières internationales telles que le FMI, la Banque mondiale et l’OCDE.

Le 21 novembre, le peuple colombien est descendu massivement dans les rues, dans des proportions sans précédent, dans à peu près toutes les villes du pays, de La Guajira à Leticia, de Buenaventura à Cúcuta contre le soi-disant paquet Iván Duque, l’OCDE. , BM et IMF.

Cette mobilisation massive n’a pas seulement mis en évidence le dégoût des politiques néolibérales du gouvernement d’extrême droite que vit la Colombie; mais il a fracturé le pouvoir des élites colombiennes en surmontant la peur avec espoir, en criant haut le désir d’une société en paix et dans la justice sociale, en fixant l’objectif de transformation à cette structure économique qui détermine la violation généralisée de les droits dans le pays; C’est sans aucun doute le réveil d’une société qui a été historiquement réprimée, une force imparable pour la dignité.

Ce réveil et cette communion entre les classes subalternes du pays ont permis de vaincre la mobilisation du 21 novembre. Ils se sont poursuivis avec des mobilisations pacifiques, des cacerolazos, des semis, des dynamiques culturelles, entre autres activités qui ont brisé le silence, et ont mis le gouvernement les élites économiques dans une attitude défensive avec la militarisation des villes et des couvre-feux, où les droits de l’homme sont systématiquement violés et la violence intensifiée par le contrôle des manifestations et la stigmatisation les médias, la propagation de la peur pour vendre la sécurité de l’État, entre autres dynamiques hostiles et répressives qui fermentent de plus en plus la lutte populaire.

Le gouvernement d’Iván Duque maintient son attitude indolente à l’égard du peuple colombien. Tandis que l’indignation et la mobilisation grandissent dans le pays, il entend y mettre fin par la violence, une dynamique historique au sein de notre nation, et non par le dialogue. Il l’a dit dans ses discours présidentiels. Les réseaux de solidarité, la visibilité des problèmes du pays et la caractérisation des responsables s’accroissent de minute en minute, le parti démocratique se déroule dans la rue et la politisation qui s’estompait dans certains secteurs du pays diminue à pas de géant.

La Colombie et une grande partie de notre Amérique sont une période d’espoir, d’amour et de solidarité dans laquelle nous nous trouvons et où la différence nous permet de construire une société digne, juste, équitable et pacifique.

24/11/2019

https://www.cadtm.org/Colombia-un-pueblo-que-exige-paz-justicia-social-y-dignidad

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici