Haïti : un forum patriotique sur la crise actuelle 

Le Nouvelliste 2019-08-30

La plateforme 4G Kontre et le MPNKP ont, à l’occasion de l’organisation du forum patriotique du 27 au 31 août 2019, appelé à l’unité nationale afin de sortir le pays du bourbier dans lequel il s’enlise. Estimant que l’heure a sonné pour faire de notre sentiment de patriotisme quelque chose de concret, ces deux stuctures poliques ont également plaidé pour une « entente nationale sur la crise actuelle », à l’instar de nos ancêtres à l’Arcahaie et au Bois-Caïman pour sauver notre nation meurtrie depuis des lustres.

Papaye, localité de la troisième section Aguahédionde Rive Droite, haut lieu historique et symbolique depuis le 13 mars 1973, a accueilli les 28, 29 et 30 août en vue d’analyser la crise systémique et conjoncturelle qui prévaut dans le pays et de trouver une entente politique pour sortir le pays du marasme socio-économique. Selon les initiateurs, ce forum patriotique pourrait contribuer à changer l’ordre politique et économique national basé sur la corruption, la contrebande, l’évasion fiscale et le mensonge. Une situation qui en dit long sur notre incapacité à gérer ce patrimoine que nous ont légué les pères fondateurs de la nation. Chavannes Jean-Baptiste, coordonnateur national du MPNKP, semble en être conscient.

« Nou anba yon kriz politik kwonik, balance Chavannes Jean-Baptiste. Peyi a bezwen yon antant. Pou sa fèt, se nan inite nan yon gran divèsite. Inite sa mande pase enterè kolektif la anvan enterè pèsonèl, enterè gwoup, enterè sektè. Tout gwoup, tout sektè, tout klas pral kontinye defann enterè yo andedan konferans nasyonal la ki dwe defini sa nou pral fè ak peyi a nan 50 lane k ap vini yo. »

Chavannes Jean-Baptiste a exhorté plus loin toutes les couches du pays, particulièrement les acteurs politiques, à se relever et à imiter nos pères fondateurs afin que nous soyons aujourd’hui les seuls maîtres de notre sol et de notre destin. « Il faut que cela change ! a prêché le leader paysan dans le Plateau central. Il faut qu’il y ait une autre opposition unifiée, structurée et capable de mener à bien la destinée du peuple, de prendre en main la destinée de la nation bien-aimée pour rehausser le flambeau de la mobilisation dans tous les départements du pays pour forcer Jovenel Moïse à quitter le pouvoir. »

« Les trois pouvoirs de l’État ne représentent rien aux yeux de la population. Ils subissent de mauvais traitements en raison de leur mauvaise gestion du pays. Tout le monde critique à tort et à travers dans les médias et les réseaux sociaux. Il est temps de bannir ce système qui nous éclipse », a déclaré sans détour l’agronome Jean André Victor, invité à se prononcer sur l’importance des paysans dans la chaîne de production et de décision en Haïti. Des propos partagés par tous les participants.

« Nous avons tous tort », lâche le syndicaliste Josué Mérilien, coordonnateur de l’Union nationale des normaliens haïtien (UNNOH). Pas question de se plaindre. Nous avons l’ultime obligation de changer la donne en vue de donner de nouvelles directives au pays. Sinon, nous sommes foutus. Aujourd’hui, les gens meurent dans le pays, alors que président et parlementaires se complaisent. Qu’en dites-vous, chers membres responsables de la société civile? », tempête Josué Mérilien. Nous sommes à deux doigts d’un éclatement. Il est temps de bannir ce système qui nous éclipse depuis bien des lustres. Et c’est également aux partis de l’opposition d’abandonner leurs différents pour servir le pays. De son côté, l’économiste Camille Chalmers appelle la population à ne pas lâcher la mobilisation contre le régime.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici