La remilitarisation de l’Amérique latine

ANDREW G. REITER, BRETT J. KYLE, NACLA, novembre 2018

Le 11 novembre 2017,  huit civils ont été tués dans le cadre d’une opération de police et de sécurité de l’armée menée à São Gonçalo, au Brésil. Des survivants et des témoins ont rapporté avoir vu des forces spéciales, habillées de noir avec des fusils laser, déployées par hélicoptère et tirées depuis une zone boisée. L’armée a toutefois refusé d’enquêter sur l’affaire et de coopérer avec les autorités civiles.

La loi n ° 13.491, adoptée par le Congrès brésilien en octobre 2017, confère aux tribunaux militaires la compétence sur leur personnel accusé de violation des droits de l’homme. Avant que la loi ne soit approuvée, le ministère de la Défense avait publiquement affirmé  que le fait d’autoriser les tribunaux civils à traiter de tels cas entraverait les opérations de maintien de l’ordre. L’administration de Michel Temer a eu de plus en plus recours aux forces armées pour des tâches de maintien de l’ordre interne, que ce soit dans les zones rurales contre des militants du droit à la terre ou dans les favelas et les périphéries des grandes villes.

Les dirigeants élus, cherchant à obtenir des résultats concrets pour leurs électeurs dans la lutte contre le trafic de drogue et la violence des gangs, se tournent vers leurs armées et les dotent de pouvoirs juridiques accrus.

La politique de « pacification » du Brésil a conduit au déploiement de personnel militaire dans les favelas de Rio de Janeiro, et la militarisation de la police s’est intensifiée à l’approche de la Coupe du monde de 2014 et des jeux olympiques de 2016. Selon Human Rights Watch, des milliers de civils sont tués chaque année par l’armée et la police. Le nouveau ministère de la Sécurité publique, créé en février, est dirigé par un général de l’armée. En mai, l’armée brésilienne a été déployée en réponse à la grève des camionneurs à l’échelle nationale qui a bloqué les autoroutes. C’était la première fois que l’armée était utilisée de la sorte depuis la fin de la dictature militaire en 1985.

La loi sur les tribunaux militaires renforce encore la capacité des forces armées à protéger leurs membres de toute responsabilité en cas de violation, dans la mesure où toute poursuite éventuelle relève de l’autorité des forces armées elles-mêmes.

Le Brésil n’est pas le seul à militariser son système judiciaire. Les tribunaux militaires s’affirment de plus en plus partout en Amérique latine. En juin 2015, la Colombie a adopté un  projet de loi  similaire à celui adopté au Brésil, transférant la compétence pour la plupart des crimes commis par des membres de l’armée vers les tribunaux militaires. La Cour constitutionnelle a annulé les deux premières versions du projet de loi, mais le gouvernement était déterminé à effectuer le changement et avait élaboré une loi légèrement plus restrictive qui est entrée en vigueur. Depuis 2005, le Venezuela a largement recours aux tribunaux militaires pour poursuivre des civils impliqués dans des manifestations contre le gouvernement. Au Chili, les affaires de violation des droits de l’homme commises par l’armée sont toujours jugées par des tribunaux militaires .

Des lois similaires pourraient bientôt être adoptées en Amérique centrale, où les États déploient de plus en plus l’armée sous prétexte de lutter contre le crime, le trafic de drogue et la violence des gangs. En 2014, le Mexique a transféré les affaires de violations des droits humains commises par des soldats de tribunaux militaires à civils. Toutefois, la loi de décembre 2017 sur  la sécurité intérieure accorde à l’armée des pouvoirs importants en matière de maintien de l’ordre, ce qui pourrait entraîner un recul de l’utilisation des tribunaux militaires.

L’utilisation et l’abus des tribunaux militaires

Les systèmes de justice militaire ont un usage limité. Les militaires sont soumis à des codes de justice pour des crimes tels que l’insubordination, qui n’ont pas d’équivalent dans le monde civil. Mais lorsque les tribunaux militaires étendent leur juridiction sur leur personnel pour des crimes tels que les violations des droits de l’homme – et parfois même pour juger des civils -, ce système juridique parallèle porte atteinte à la légalité. Lorsque les tribunaux militaires sont en mesure de juger les actes de l’armée, ils peuvent accorder un traitement spécial à leur personnel et le soustraire à toute responsabilité.

Les tribunaux militaires abusent de leur pouvoir depuis longtemps en Amérique latine. Les tribunaux militaires constituaient un outil de répression pour la plupart des régimes autoritaires qui régissaient la région dans les années 1970 et 1980. En Uruguay, des civils accusés de crimes contre la sécurité nationale ont été jugés par des tribunaux militaires et un sur cinquante Uruguayens a été emprisonné à un moment ou à un autre sous le régime militaire. Au Chili, sous la dictature du général Augusto Pinochet, les tribunaux militaires ont été largement utilisés contre les civils, en particulier au cours des cinq premières années de la dictature, grâce à l’utilisation de tribunaux de  guerre dans le cadre de «l’état de siège» de 1973.

En outre, les régimes combattant les insurrections ont accordé à leurs armées un pouvoir judiciaire élargi. Jusqu’au milieu des années 1980, l’armée colombienne pouvait juger des civils pour toute une série de crimes dans toutes les régions où l’état de siège était en place, ce qui pouvait être instauré par décret lorsque le président avait déterminé que l’ordre public avait été perturbé. Tout homicide commis par les forces armées dans ces régions était légalement justifié tant qu’il se déroulait pendant une opération planifiée.

Au cours de la guerre civile au Guatemala, l’armée a créé des tribunaux secrets – appelés tribunaux de juridiction spéciale – pour juger les civils, et les a systématiquement condamnés à mort par exécution. Au Pérou, le président Alberto Fujimori a rétabli les tribunaux militaires alors qu’il intensifiait la guerre contre le Sentier lumineux dans les années 1990. Il a déclaré que l’armée était compétente pour tout crime défini vaguement comme du terrorisme et que  les tribunaux militaires  poursuivaient régulièrement les civils.

La lutte pour la réforme

La lutte pour réformer les tribunaux militaires s’est poursuivie longtemps après les transitions vers la démocratie en Amérique latine. En effet, le pouvoir juridique a été l’un des derniers vestiges du régime autoritaire dans de nombreux pays, les forces armées ayant fermement résisté à toute tentative de se placer sous une juridiction civile. En fait, le Guatemala était régi par un code de justice militaire de 1878, ce qui lui conférait des pouvoirs judiciaires considérables, jusqu’à ce que le Congrès réforme le code dans les années 90. Les violations des droits de l’homme commises par l’armée n’ont été transférées à des tribunaux civils en  République dominicaine  qu’en 2002. Il a fallu une décision de la Cour constitutionnelle en 2004 pour effectuer un tel changement en  Bolivie. L’Équateur  et  Argentine n’ont pas transféré les crimes non militaires commis par le personnel militaire aux tribunaux civils avant 2008.

Dans ces conditions, la démocratie et la défense des droits de l’homme semblent se contredire.

Malgré les modifications apportées aux lois en vigueur, l’armée a continué dans de nombreux pays à faire obstruction aux enquêtes civiles en altérant des preuves et en intimidant des témoins. Dans des cas extrêmes, des membres de l’armée ont proféré des menaces de mort contre des enquêteurs civils, comme ce fut le cas au Honduras après le coup d’État de 2009. Au Guatemala, les avocats de la défense ont recours à diverses tactiques dilatoires pour bloquer des affaires, telles que le dépôt de nombreuses requêtes visant à faire retirer un juge de l’affaire ou à demander leur récusation. En 1999, des soldats ont été arrêtés pour leur implication dans le massacre de Dos Erres  en 1982, au cours duquel plus de deux cents personnes ont été tuées. Les premières condamnations dans le cas n’a eu lieu qu’en 2011, soit douze ans après les arrestations initiales.

La capacité de mener à bien toute réforme dans ces pays est le résultat de l’action soutenue des défenseurs des droits de l’homme et de décisions judiciaires cruciales. Les avocats et les juges nationaux ont été en mesure de se référer à l’affaire historique de  1999 de la Cour interaméricaine des droits de l’homme,  qui avait rejeté l’utilisation des tribunaux militaires pour poursuivre des violations des droits de l’homme, citant l’  article 7 de la Convention américaine . Cet article stipule que « toute personne privée de sa liberté aura le droit de recourir à un tribunal compétent » et que « ce recours ne peut être restreint ni supprimé. »

Dans de nombreux cas, toutefois, la réforme n’a abouti que par la négociation directe avec l’armée, les gouvernements accordant des concessions dans d’autres domaines en échange d’une réforme judiciaire. En Argentine, par exemple, la réforme n’a eu lieu que lorsque le président Néstor Kirchner a considérablement  augmenté le budget de l’armée  pour l’achat et la fabrication de nouveaux équipements.

Il n’est peut-être pas surprenant que les forces armées de la région hésitent à renoncer à leurs pouvoirs légaux. Des centaines de militaires de la région ont été jugés pour violations des droits humains, allant de soldats subalternes à d’anciens chefs d’État, en passant par les généraux décédés Augusto Pinochet au Chili et Efraín Ríos Montt au Guatemala.

Les lois d’amnistie, négociées dans le cadre d’accords de paix ou adoptées comme conditions préalables à la démission du pouvoir, étaient censées protéger les militaires, mais ont été systématiquement démantelées – contournées par des juges créatifs (Argentine), annulées par les cours interaméricaines et constitutionnelles (Pérou) et révoqué par des politiciens sous la pression d’organisations de défense des droits de l’homme (Uruguay).

Forces armées en hausse

Compte tenu de la répression exercée par les tribunaux militaires et de la lenteur et de la difficulté des réformateurs civils à réintégrer les réformateurs civils, la réhabilitation de ces tribunaux est une évolution très lente. Cela pourrait faire reculer des décennies de lois sur les droits de la personne et de réformes judiciaires.

De nombreux hommes politiques ont fait campagne sur des plateformes promettant d’être « durs contre le crime » et ont déployé l’armée pour mener des opérations de maintien de l’ordre internes, comme au Brésil, en Équateur, au Mexique, au Guatemala, au Salvador et au Honduras. Les dirigeants élus, cherchant à obtenir des résultats concrets pour leurs électeurs dans la lutte contre le trafic de drogue et la violence des gangs, se tournent vers leurs armées et les dotent de pouvoirs juridiques accrus.

Le projet de loi de 2015 en Colombie visant à transférer la juridiction pour la plupart des crimes commis par des militaires aux tribunaux militaires a été adopté avec un soutien écrasant; seule une minorité de politiciens de gauche a voté contre. La mesure de 2017 au Brésil a également été  approuvée au Sénat par une large majorité.

La récente élection d’Andrés Manuel López Obrador au Mexique, sur la la  plateforme « Abrazos, pas de balazos » (étreintes, pas de coups de feu) est peut-être un signe de bienvenue.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici