Le Canada et le Honduras : silence complice

 Tyler Shipley, extrait d’un texte paru dans the Bullet

L’assassinat de la militante la plus populaire du Honduras, Berta Cáceres, reconnue à l’échelle internationale en 2016, a attiré l’attention des médias mondiaux sur la politique hondurienne depuis le coup d’État de 2009. Alors que le régime avait au départ travaillé dur pour tenter de présenter l’attaque comme une violence de gangs au hasard, il
a immédiatement été clair que Cáceres avait été assassinée pour son travail politique, entraînant notamment la résistance de la communauté au projet de barrage hydroélectrique Agua Zarca.

Alors que les élections de 2017 approchaient et que JOH indiquait qu’il se présenterait effectivement pour une réélection, il se retrouva face à une vague d’opposition non seulement de la gauche politique, mais également des sections désemparées de la droite.

Afin de vaincre JOH, une alliance compliquée a été forgée entre le parti du mouvement, LIBRE, et un parti anti-corruption de droite dirigé par Salvador Nasralla, personnalité de la télévision. Cette décision n’a pas été prise sans ses détracteurs du mouvement, qui ont ouvertement et astucieusement mis en doute la logique de l’alliance, mais cela a réduit les chances de JOH de remporter des élections légitimes.

Mais, tout comme ils l’avaient fait en 2009 et 2013, les opposants à cette stratégie électorale ont insisté sur le fait que le régime ne respecterait pas subitement les règles après huit ans de violation. Jusqu’à présent, il semble qu’ils avaient encore raison.

La crise actuelle

Malgré des preuves accablantes de la victoire de Nasralla aux élections, JOH a déclaré sa victoire et le tribunal électoral a refusé de publier le décompte final des votes. Alors que la fraude électorale se déroulait, les Honduriens sont de nouveau descendus dans les rues en signe de protestation et la dictature a de nouveau eu recours à la violence pour réprimer les manifestations. Plus d’une semaine plus tard, quatorze personnes ont été tuées et beaucoup d’autres blessées, mais les manifestations n’ont pas cessé.

Après avoir tué une jeune fille de 19 ans la semaine dernière, la Canadienne Chrystia Freeland a finalement publié une déclaration qui , comme indiqué ci-dessus, contenait plus de confusion que la condamnation du régime:

«Notant les retards persistants dans la publication des résultats définitifs et définitifs des élections, le Canada insiste sur la nécessité pour les autorités électorales de procéder au décompte des votes sans ingérence. Le Canada appelle également au calme et exhorte toutes les parties à résoudre tout différend de manière pacifique, transparente et conforme aux normes les plus élevées en matière de démocratie et de droits de l’homme. »

Rien dans cette déclaration ne tenait le régime responsable des violences qu’il avait déclenchées ou de l’affirmation frauduleuse qu’il avait remporté les élections. Au lieu de cela, Freeland a qualifié de manière trompeuse la crise comme étant causée par «l’interférence de toutes les parties» dans le processus de dépouillement du vote. Freeland ne peut pas prétendre ignorer la réalité de ce qui se passe au Honduras, car elle a déjà reçu plusieurs lettres ouvertes d’organisations canadiennes et honduriennes demandant au Canada de prendre fermement position dans ce dossier.

Et maintenant?

La triste réalité au Honduras est que, malgré la fraude et la violence flagrantes, la dictature désormais centrée sur Juan Orlando Hernández attendra vraisemblablement le cycle actuel de protestation et d’opposition. Lorsque l’attention internationale sera retombée, comme cela a déjà commencé à se faire, JOH consolidera sa position, punira rapidement et sans merci ceux qui s’opposent à lui et continuera à diriger le Honduras comme son fief personnel; un narco-État qu’il préside avec violence et crainte, au profit d’une poignée de familles riches au Honduras et d’entreprises étrangères.

Bon nombre de ces entreprises étrangères sont basées à Toronto, Montréal et Vancouver. L’appui du Canada à la dictature hondurienne au cours de ces huit années s’inscrit dans une dynamique plus large de la politique étrangère du Canada. un tournant vers ce que beaucoup ont appelé un nouvel impérialisme.

Cet impérialisme canadien utilise la puissance diplomatique, politique et militaire du Canada pour créer un monde d’opportunités rentables pour la capitale canadienne, que ce soit au Honduras, en Haïti, en Afghanistan ou ailleurs. Cela dépasse les frontières des partis, ayant été un principe directeur pour le gouvernement conservateur, mais également pour les administrations libérales qui se sont succédées avant et après.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici