Accueil Dossiers Crises et conflits L’islamophobie, la droite et l’extrême-droite

L’islamophobie, la droite et l’extrême-droite

« CE SONT LES NAISSANCES. »C’est ainsi que commence le manifeste en ligne de l’homme accusé d’avoir tué et tué au moins 49 musulmans lors d’un attentat terroriste visant deux mosquées en Nouvelle-Zélande.

« Même si nous expulsions demain tous les non-Européens de notre territoire, les Européens continueraient à sombrer dans le délabrement et la mort, » poursuit-il. « En fin de compte, nous devons revenir aux niveaux de fertilité de remplacement, sinon cela nous tuera. »

Le tireur présumé continue en évoquant son « aversion » pour les musulmans et sa haine particulière pour les convertis à la religion islamique, tout en qualifiant ces attaques de « vengeance » contre l’Islam. Il parle de « génocide blanc » et décrit les immigrants musulmans comme « le groupe d’envahisseurs le plus méprisé de l’Occident ».

Que ce manifeste se révèle ou non être un piège, conçu à des fins de surveillance , d’ appâtage et d’ affichage de « merde », comme l’ a expliqué Robert Evans de Bellingcat , il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’une table pleine de haine. C’est vil, vicieusement anti-musulman et anti-immigrant, et déréglé.

Mais ce que ce n’est pas choquant. Il n’y a rien de choquant à ce sujet. Comment peut-il y avoir? Avez-vous pas fait attention? Une grande partie de sa rhétorique et de ses références sont empruntées au courant politique et aux médias, en particulier ici aux États-Unis.

Lorsque j’ai lu son manifeste, je ne pouvais m’empêcher de penser à des politiciens américains très en vue, tels que le président des États-Unis, qui avait déclaré : « L’islam nous hait », évoquant « des personnes sortant des mosquées avec haine et mort leurs yeux et leurs esprits », et a comparéune caravane de migrants à une« invasion ». Ou le sénateur Ted Cruz, qui a appelé « les forces de l’ordre à surveiller et sécuriser les quartiers musulmans avant qu’ils ne se radicalisent ». ou le sénateur Marco Rubio, qui a déclaré qu’il était favorable à «la fermeture de tout lieu – qu’il s’agisse d’un café, d’un restaurant, d’un site internet – d’un lieu où les radicaux sont inspirés». Ou le sénateur Lindsey Graham qui a déclaré: «Si je dois surveiller une mosquée, je surveillerai une mosquée. » Ou l’ancien gouverneur, Mike Huckabee, qui décrivait les musulmans du Moyen-Orient sortant des mosquées le vendredi, « comme des animaux non débourrés ». Ou même l’ancien président, Bill Clinton, qui, lors de la Convention nationale démocrate en 2016, avait laissé entendre que la citoyenneté américano-américaine dépendait du comportement et de la loyauté: «Si vous êtes musulman et que vous aimez l’Amérique, que vous détestez la terreur, restez ici et aidez-nous à gagner et à gagner. avenir ensemble.  »

Lorsque j’ai lu le manifeste du tireur présumé, je ne pouvais pas m’empêcher de rappeler à quel point les experts de la droite avaient fait tant de déclarations semblables – sans payer de pénalité. Par exemple, l’auteure Ann Coulter qui a parlé ouvertement de «ragheads», de «camel jockeys» et de «jihad singe», a déclaré  trois jours après le 11 septembre que «nous devrions envahir leur pays, tuer leurs dirigeants et les convertir au christianisme. . »Ou encore le commentateur Ben Shapiro, qui estime qu’une« majorité »de la population musulmane mondiale est« radicalisée »et a affirmé  que« les Arabes aiment bombarder la merde et vivre dans des égouts à ciel ouvert ». Ou l’animateur de Fox News, Tucker Carlson, qui a remporté le soutien des néo-nazis en faisant à plusieurs reprises non-si codé références au génocide blanc théorie du complot  et a également rejeté les Irakiens comme « lettrées singes primitifs. » Ou Brigitte Gabriel, ami du président , qui pense  que « un musulman pratiquant qui croit que la parole du Coran est la parole d’Allah, qui respecte l’Islam, qui va à la mosquée et prie tous les vendredis… ne peut pas être un citoyen loyal envers les États-Unis d’Amérique ». Ou Steve Bannon, ancien président exécutif de Breitbart News et ex-conseiller du président, qui a déclaré :« Islam n’est pas une religion de paix « mais » une religion de soumission « et a averti que les États-Unis pourraient se transformer en » États islamiques d’Amérique « .

En lisant le manifeste, je ne pouvais m’empêcher de me rappeler les noms de certains libéraux de premier plan, tels que l’athée et scientifique Sam Harris, qui qualifiait l’ Islam de «mère de mauvaises idées» et annonçaitque «nous ne sommes pas en guerre avec «terrorisme». Nous sommes en guerre contre l’Islam. « Ou l’animateur de télévision Bill Maher qui a qualifié l’ Islam de » mafia « et a accusé les musulmans » violents « d’avoir amené » ce truc du désert dans notre monde « . Ou l’auteur et ancien musulman Ayaan Hirsi Ali, qui a exigé  que l’islam soit «écrasé» et pense que «chaque musulman dévot qui aspirait à pratiquer un véritable islam, même s’il ne soutenait pas activement les attaques du [9/11], il devait au moins les approuver». Ou le romancier Martin Amis, qui une foisdit : «Il y a un besoin certain, ne l’avez-vous pas? – Dire: ‘La communauté musulmane devra souffrir jusqu’à ce que sa maison soit en ordre.’ Quelle sorte de souffrance? Ne pas les laisser voyager. Déportation – plus loin sur la route. Réduction des libertés. Ils recherchent des gens qui ressemblent au Moyen-Orient ou au Pakistan. »

Pour être clair: je ne prétends pas que ces personnes, conservateurs ou libéraux, politiciens ou experts, soient directement responsables de ce crime odieux. (Le tireur présumé fait pourtant l’ éloge de Donald Trump « en tant que symbole d’identité blanche et d’objectif commun », et affirme que « la personne qui m’a influencée avant tout était Candace Owens », une superstar des « médias sociaux » Encore une fois, cela peut ou peut ne pas être shitposting.)

Ce que je suggère, cependant, c’est que la violence n’existe pas en vase clos. En fait, depuis les attentats du 11 septembre, la droite demande aux progressistes et aux musulmans de réprimer les « prédicateurs de la haine». Vous vous rappelez de la soi-disant ceinture  qui mène de la rhétorique non-violente à des actes violents commis par des musulmans? Rappelez-vous comment «l’ idéologie compte »?

N’est-il pas temps que les conservateurs suivent leurs propres conseils?

Et que dire du reste d’entre nous? Quelles leçons allons-nous tirer de cette dernière atrocité haineuse en Nouvelle-Zélande? Sommes-nous disposés et capables de résister à l’islamophobie les jours où il n’y a pas d’attaques terroristes brutales contre les musulmans dans les mosquées? Invoquerons-nous une vile rhétorique anti-musulmane lorsque nous la verrons dans les journaux télévisés, dans nos journaux et magazines – ou seulement lorsque nous la verrons citée dans le manifeste en ligne d’un meurtrier de masse dérangé?

J’en doute. « Les gens qui ne peuvent condamner le racisme et l’ islamophobie – être « horrifié » et « choqué » – que lorsque tant de sang est renversé font partie du problème, » le Priyamvada universitaire Cambridge Gopal observé sur Twitter vendredi. « Parce que le reste du temps, ils sont occupés à les normaliser et à les minimiser. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici