Ottawa et l’ami saoudien

YVES ENGLER, Counterpunch, 16 novembre 2018

 

Il faut admirer la manipulation des médias par le gouvernement canadien concernant ses relations avec l’Arabie saoudite. Bien qu’ils soient partenaires des crimes internationaux du Royaume, les libéraux ont réussi à convaincre des personnes crédules qu’ils contestaient les violations des droits de Riyadh.

En minimisant le soutien d’Ottawa à la violence au Yémen tout en amplifiant la réaction de l’Arabie Saoudite à un tweet anodin, les médias dominants ont déformé de manière flagrante la relation du gouvernement Trudeau à la monarchie.

Dans un article intitulé « Trudeau a déclaré que le Canada avait entendu la bande turque du meurtre de Khashoggi », le rédacteur en chef du Guardian , Patrick Wintour, a affirmé que « le Canada s’est montré dur envers le dossier des droits de l’homme en Arabie saoudite pendant des mois ». Le gouvernement de Justin Trudeau a approuvé des ventes massives d’armes à la monarchie et a largement ignoré la guerre dévastatrice des Saoudiens au Yémen, qui a fait jusqu’à 80 000 morts, des millions de personnes affamées et qui a déclenché une terrible épidémie de choléra.

Alors qu’Ottawa a récemment réclamé un cessez-le-feu, les Libéraux ont à peine condamné les bombardements meurtriers par l’Arabie saoudite au Yémen.  » La  coalition dirigée par l’Arabie saoudite doit s’engager à enquêter sur cet incident » , a-t-il ajouté, après que deux frappes aériennes ont fait plus de 150   morts et 500 blessés au cours d’un enterrement à Sanaa.

En revanche lorsque une personne a été tuée par une roquette lancée dans la capitale saoudienne il y a sept mois, la ministre Freeland a dénoncé ce qu’elle appelle les « rebelles houthis ». Dans sa libération, la ministre des Affaires étrangères du Canada a également admis la justification de la monarchie de mener une guerre. « Il y a un risque réel d’escalade si ce type d’attaques de rebelles houthis se poursuit et si l’Iran continue de fournir des armes aux Houthis », a ajouté Freeland.

Ottawa s’est également aligné sur les objectifs de guerre de Riyad à d’autres occasions. Avec la vente de 15 milliards de dollars de blindés à la monarchie fin 2016, des avocats du gouvernement fédéral ont décrit l’Arabie saoudite comme « un  allié militaire clé soutenant les efforts de la communauté internationale pour lutter contre l’État islamique en Irak et en Syrie et l’instabilité au Yémen. »Le site Web de l’ambassade du Canada affirme actuellement que« le  gouvernement saoudien joue un rôle important dans la promotion de la paix et de la stabilité dans la région ».

Au cours des dernières années, les Saoudiens ont été les deuxièmes plus grands acheteurs d’armes canadiennes, qui sont fréquemment utilisées au Yémen. Selon Anthony Fenton, des centaines de véhicules  blindés fabriqués par la société canadienne Streit Group aux Émirats arabes unis ont été filmés au Yémen. Des équipements de trois autres  fabricants de véhicules blindés canadiens – Terradyne, IAG Guardian et General Dynamics Land Systems Canada – ont été découverts avec des forces soutenues par l’Arabie saoudite au Yémen. Entre mai et juillet, le Canada a exporté pour 758,6 millions de  dollars de chars et autres véhicules de combat blindés vers les Saoudiens.

La coalition saoudienne a également utilisé des fusils fabriqués au Canada . Selon Fenton, le Canada a contribué à  alimenter la guerre au Yémen en exportant plus de fusils en Arabie saoudite qu’aux États-Unis (7,15 millions de dollars contre 4,98 millions de dollars)».

Certains pilotes saoudiens qui ont bombardé le Yémen avaient probablement été entraînés en Alberta et en Saskatchewan. Au cours des dernières années, des pilotes saoudiens ont  suivi l’entraînement en vol de l’OTAN au Canada, organisé par les Forces canadiennes et CAE. La société de simulateurs de vol basée à Montréal a également formé des pilotes de la Royal Saudi Air Force au Moyen-Orient.

Former et armer les forces armées de la monarchie tout en refusant de condamner la brutale guerre au Yémen ne devrait pas être qualifié de « ligne dure sur le bilan des droits de l’homme en Arabie saoudite ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici