Trump fait sauter le programme du G7

Par TOM MCTAGUE, DAVID M. HERSZENHORN ANDREW RESTUCCIA 5/30/18

https://www.politico.eu/article/donald-trump-blows-up-g7-summit-agenda-canada/

(Traduit et abrégé par Laurence Perreault-Rousseau)

La position du président américain  » L’Amérique d’abord « , et pas pour la première fois, perturbe les normes diplomatiques internationales.

Par TOM MCTAGUE, DAVID M. HERSZENHORN ANDREW RESTUCCIA 5/30/18

LONDRES – À quelques jours de la rencontre, au Canada, des dirigeants des sept plus grandes puissances économiques du monde, les organisateurs ont un problème – Donald Trump fait en sorte qu’il est difficile de s’entendre sur quoi que ce soit.

Le rassemblement annuel des pays dits du G7 est prévu pour le 8 juin au Québec, mais il subsiste une division sans précédent sur l’ordre du jour et sur les déclarations communes qui pourraient être pmubliées à l’issue du sommet, selon les hauts fonctionnaires européens et américains.

Et la force perturbatrice est Trump. Des règles commerciales aux changements climatiques, en passant par les dépenses de défense et l’accord nucléaire iranien, le président des États-Unis a déchiré le consensus mondial qui existait sous son prédécesseur, Barack Obama, laissant les diplomates se débrouiller dans les fissures de l’alliance occidentale et trouver un terrain d’entente sur lequel bâtir l’événement. L’échec de la réunion romprait avec des années de tradition au sommet du G7, qui a historiquement servi d’affirmation annuelle que les plus grandes puissances occidentales sont largement alignées.

Le premier ministre canadien Justin Trudeau avait d’abord voulu utiliser le sommet de juin pour promouvoir des questions centrales à l’ordre du jour de son administration, comme les changements climatiques, l’autonomisation des femmes, la paix, la croissance économique pour tous et les emplois pour l’avenir. Le dirigeant libéral a déclaré que les dirigeants du G7 avaient  » la responsabilité de veiller à ce que tous les citoyens tirent profit de notre économie mondiale « .

Cependant, ces objectifs, soutenus avec plus ou moins d’enthousiasme par les autres dirigeants, se sont heurtés à l’agenda protectionniste de Trump, « America First », rompant avec l’accumulation généralement consensuelle de tels événements, selon les hauts fonctionnaires du G7.

Le 26 avril, Trudeau s’était concentré sur l’égalité entre les sexes en tant que  » priorité absolue  » de la présidence canadienne du G7.

« L’autonomisation des femmes est un moteur clé de la croissance économique qui fonctionne pour tout le monde « , a-t-il dit. « Nous sommes tous gagnants lorsque les femmes peuvent participer librement, pleinement et de manière égale à nos économies et à notre société, et le soutien et l’autonomisation des femmes et des filles doivent être au cœur des décisions que nous prenons.

Mais les critiques accusent l’administration Trump de poursuivre des politiques qui nuisent aux femmes – en soulignant ses actions en matière de santé génésique et d’égalité de rémunération. Et le président lui-même a été confronté à une série d’allégations de nombreuses femmes de contacts sexuels non désirés. Trump a fortement nié les accusations.

La semaine dernière, il n’y avait aucun accord sur la question de savoir s’il y aurait même un communiqué final signé par tous les dirigeants – comme c’est la tradition – ou si Trudeau se contenterait de faire une déclaration à la fin du sommet, a déclaré un représentant d’un pays du G7. Un projet de communiqué a été abandonné parce qu’il comprenait des éléments qui n’avaient pas été signés par des diplomates.

Une porte-parole de Trudeau a déclaré qu’en dépit des différences, le G7 partageait toujours un objectif commun central et que le sommet se concentrerait sur cet objectif.

« Les sept économies les plus avancées sont confrontées au même défi : comment créer une croissance qui profite à tout le monde, y compris la classe moyenne et les gens qui travaillent dur pour s’y joindre « , a déclaré la porte-parole Chantal Gagnon. « Les dirigeants du G7 ont tous été élus, d’une manière ou d’une autre, sur la base d’un engagement à faire fonctionner l’économie pour tous, pas seulement pour quelques-uns, pas seulement pour les riches.

L’Europe est de nouveau Court-circuitée

La décision de Trump de se retirer de l’accord nucléaire iranien plus tôt ce mois-ci et son annonce la semaine dernière que la Maison-Blanche envisage d’imposer de nouveaux tarifs punitifs sur les importations de voitures fabriquées à l’étranger, a irrité de nombreuses personnes en Europe et a mis à rude épreuve les discussions sur l’ordre du jour du G7.

A Berlin, les fonctionnaires craignent que Trump n’utilise le G7 pour reprocher publiquement à l’Allemagne ses dépenses militaires. Le président américain a soulevé la question lors de la visite d’Angela Merkel à la Maison-Blanche le mois dernier. Bien que l’Allemagne ait accepté de dépenser davantage, ses plans sont encore bien en deçà du seuil de 2 % du PIB qu’exige Trump.

Les représentants américains admettent en privé que le G7 est très éloigné sur un grand nombre de questions à l’approche du sommet et qu’il y a beaucoup d’incertitude quant à ce que les réunions pourraient produire.

Malgré les divisions, les aides de deux des principaux pays du G7 ont déclaré qu’il est « beaucoup trop tôt » pour exclure un accord sur une déclaration commune finale.

Il reste à espérer que les dirigeants pourront trouver un terrain d’entente, en particulier sur les questions de sécurité nationale, a déclaré un représentant d’un grand État du G7.

La division exposée au Canada fait écho aux difficultés rencontrées par les diplomates lors de la préparation du G7 de l’an dernier en Italie, alors que les fonctionnaires venaient tout juste de sauver le sommet de Taormina, en Sicile.

Le Venezuela est l’une des questions sur lesquelles les pays du G7 ont trouvé un terrain d’entente cette année. La semaine dernière, le G7 a publié une déclaration « rejetant le processus électoral » conduisant à la réélection du président Nicolás Maduro.

« En ne respectant pas les normes internationales acceptées et en ne garantissant pas les garanties de base d’un processus inclusif, équitable et démocratique, cette élection et ses résultats manquent de légitimité et de crédibilité. Nous dénonçons donc l’élection présidentielle vénézuélienne et son résultat, car elle n’est pas représentative de la volonté démocratique des citoyens vénézuéliens.»

Mais il n’est pas clair si cela pourrait faire partie d’une déclaration finale après le sommet.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here