Bakou 1922 : l’éveil des peuples opprimés

0
134
John Riddel, Jacobin, 29 septembre 2020
À Bakou, en Azerbaïdjan, il y a cent ans ce mois-ci, une assemblée sans précédent de militants anticoloniaux a proclamé l’avènement d’une lutte mondiale pour la liberté coloniale. Environ 2 050 participants, issus de trente-sept peuples pour la plupart asiatiques et musulmans, ont approuvé l’appel à une «guerre sainte» pour la libération des peuples de l’Est en septembre 1920.
Encore aujourd’hui, des décennies après que la plupart des colonies aient atteint au moins la souveraineté formelle, l’ appel de Bakou résonne dans un monde secoué par des luttes croissantes contre le racisme et la suprématie blanche.
Appel à l’Est
Le Congrès de Bakou a été convoqué par l’Internationale communiste, ou Komintern, un an après sa formation, juste au moment où l’équilibre politique en Europe commençait à se déplacer contre les partisans du Komintern. Pour reprendre les termes de l’historien EH Carr, l’événement de Bakou signifiait «appeler à l’Est à rétablir l’équilibre de l’Occident». Et en effet, l’impact historique le plus durable du communisme au cours du siècle dernier est l’impulsion qu’il a donnée aux mouvements de libération anticoloniaux.
La Seconde Internationale Socialiste, formée en 1889, n’avait guère réussi dans ce domaine. Certes, elle s’opposait au colonialisme en principe, mais cette condamnation était loin d’être unanime. De plus, de nombreux dirigeants du mouvement socialiste, alors basé principalement en Europe, considéraient l’objectif de libération des colonies comme une obligation à réaliser plus tard, par un futur gouvernement socialiste.
Pendant ce temps, pendant la Première Guerre mondiale, plusieurs partis socialistes européens ont soutenu les efforts de guerre de leurs gouvernements capitalistes respectifs, empêchant davantage ces partis de défendre les empires coloniaux. Pendant cette période, les mouvements populaires dans les colonies n’exigeaient généralement qu’une certaine autonomie plutôt qu’une indépendance totale. La révolution russe de 1917, cependant, a pris un cours différent, qui a rapidement gagné un large respect à l’étranger.
De Paris à Bakou
Au moment de la révolution, les groupes ethniques minoritaires constituaient la majorité de la population russe. Les peuples asiatiques musulmans représentaient un sixième du total, vivant dans de vastes territoires affligés par le colonialisme des colons russes. Lorsqu’un gouvernement dirigé par les bolcheviks basé sur des soviets (conseils) d’ouvriers, de soldats et de paysans prit le pouvoir en novembre 1917, l’un de ses premiers décrets fut de garantir à ces peuples minoritaires «la libre autodétermination jusqu’à et y compris le droit de faire sécession. « 
Un autre appel soviétique au début a promis aux ouvriers et agriculteurs musulmans que «désormais vos croyances et coutumes, vos institutions nationales et culturelles sont déclarées libres et inviolables». Ces mesures ont obtenu un large soutien international, en particulier parmi les militants des colonies. Lorsque la Conférence de paix de Paris en 1919 a rejeté catégoriquement l’idée d’autodétermination des peuples colonisés, cela a incité les défenseurs des droits coloniaux à embrasser l’objectif de l’indépendance totale.
Après que les partisans de l’ancien ordre aient lancé une guerre contre le gouvernement soviétique, aidés par des contingents armés des États-Unis et d’autres puissances alliées, le régime soviétique a rassemblé un soutien massif parmi les victimes du colonialisme tsariste. À la fin de 1919, près de 250 000 travailleurs d’origine musulmane servaient sur le front décisif de l’Asie centrale dans la sixième armée soviétique, représentant près de la moitié de ses effectifs.
À la fin de 1919, les forces soviétiques étaient victorieuses sur les principaux fronts de la guerre civile. Les armées britanniques qui avaient pénétré l’Iran, l’Azerbaïdjan, l’Afghanistan et le Turkménistan actuel se retiraient vers des bases en Palestine, en Irak et en Inde. Dans les premiers mois de 1920, les armées soviétiques se sont approché des frontières de l’Iran, de l’Afghanistan et de la Chine. Les peuples asiatiques de l’ancienne Russie tsariste ont formé de nombreuses républiques soviétiques autonomes.
«Bâtisseurs d’une nouvelle vie»
Le moment semblait venu pour une alliance des forces pro-soviétiques avec les mouvements de libération coloniale au-delà des frontières soviétiques. L’initiative est venue de l’Internationale communiste, un parti mondial de la révolution socialiste qui avait été lancé à Moscou en mars 1919.
Le Komintern considérait les peuples colonisés non seulement comme des victimes de l’empire mais comme des agents de libération sociale. Lénine a présenté cette vision en novembre 1919 à un congrès des communistes de l’Est.
Ayant été auparavant simplement «des objets de la politique impérialiste internationale, n’existant que comme matériel pour fertiliser la culture et la civilisation capitalistes», les peuples de l’Est vont maintenant, a prédit Lénine, «se lever en tant que participants indépendants, en tant que bâtisseurs d’une nouvelle vie. La lutte mondiale pour le socialisme serait propulsée par «une lutte de toutes les colonies et pays opprimés par l’impérialisme».
Le deuxième Congrès mondial du Komintern à Moscou pendant trois semaines de juillet à août 1920, a présenté une discussion complète sur la libération coloniale et nationale. Il a adopté deux séries de thèses, l’une rédigée par Lénine et l’autre par le révolutionnaire indien Manabendra Nath Roy, et a proposé une alliance de mouvements ouvriers révolutionnaires avec des mouvements «nationaux-révolutionnaires» dans les pays coloniaux et semi-coloniaux.
Un pèlerinage révolutionnaire
Juste avant le deuxième congrès du Komintern, le 29 juin 1920, le Komintern a appelé les «masses populaires asservies d’Iran, d’Arménie et de Turquie» à se réunir à Bakou en août, avec des délégués d’Asie soviétique, d’Inde et d’ailleurs. Selon le président du Komintern Grigory Zinoviev, le rassemblement de Bakou servirait de «complément du congrès mondial qui vient de s’achever.
L’appel au Congrès de Bakou, signé par deux douzaines de dirigeants ouvriers révolutionnaires d’Europe et des États-Unis, déclarait:
Autrefois, vous voyagiez à travers les déserts pour visiter les lieux saints. Maintenant, parcourez les montagnes et les rivières, à travers les forêts et les déserts, pour vous rencontrer et discuter comment vous libérer des chaînes de la servitude, afin de vous unir dans une alliance cordiale, afin de vivre dans l’égalité, la liberté et la fraternité … que votre congrès apporte force et foi à des millions et des millions d’esclaves dans le monde. Puisse-t-elle leur donner confiance en leur pouvoir. Puisse-t-il rapprocher le jour du triomphe final et de la libération.
Des célébrations du congrès ont été organisées dans les communautés asiatiques de Russie et des délégués ont été choisis. Ils se sont rendus à Bakou par des liaisons ferroviaires à travers des territoires qui n’étaient pas encore entièrement débarrassés des bandes armées anti-soviétiques. Les passagers débarquaient parfois de leur train pour ramasser du bois pour alimenter le foyer de la locomotive.
À une occasion, une attaque de la Garde blanche a coupé la voie ferrée, laissant un train transportant la plupart des délégués européens au Congrès de Bakou temporairement bloqué. Quatre délégués ont été tués en route, dont deux ont été mitraillés par un avion de guerre britannique.
Terminer le trek
On estime que 2 050 participants sont arrivés à Bakou pour le congrès. Environ 90% provenaient de peuples racialisés – un contraste frappant avec tous les rassemblements socialistes précédents, qui avaient été extrêmement majoritairement européens.
Parmi les délégués asiatiques, environ 40% venaient de l’extérieur du territoire soviétique, principalement d’Iran, de Turquie et du Caucase. Huit Chinois et trois Coréens se sont inscrits – probablement des travailleurs immigrés en Russie. Les quatorze délégués de l’Inde britannique avaient littéralement terminé le trek à travers les montagnes et les déserts évoqués lors de l’appel du congrès: à pied jusqu’à Kaboul, à travers les montagnes de l’Hindu Kush, puis par voie terrestre jusqu’à Tachkent et au-delà.
Alors que le congrès se réunissait, le 31 août, les communistes de Bakou les ont accueillis avec les mots suivants: «Un monde nouveau s’éveille à la vie et à la lutte: le monde des nationalités opprimées… de l’Est.
Le congrès, qui a duré huit jours, était d’une ampleur et d’une portée sans précédent. Deux mille participants, dont la plupart étaient nouveaux dans l’activité politique, parlant plus de deux douzaines de langues, ont débattu et pris des décisions en séances plénières sans, bien entendu, de matériel d’amplification électronique ou de traduction.
Le défi logistique était de taille. Le régime soviétique avait été établi en Azerbaïdjan seulement quatre mois auparavant. La ville était appauvrie et désorganisée par de nombreuses années de guerre et la nourriture était rare. Pourtant, d’une manière ou d’une autre, les repas étaient fournis de même que l’espace de couchage. Le temps a été trouvé pour des performances culturelles , qui peuvent encore être visionnées dans un documentaire préparé par l’équipe de tournage du congrès.
Faire tomber les barrières
Au milieu de la confusion inévitable des séances plénières, les nombreuses plaintes – consciencieusement consignées dans les procès-verbaux officiels – concernaient principalement des insuffisances de traduction. Le besoin de traduction était d’autant plus ressenti que les langues asiatiques avaient été étouffées sous le régime tsariste. Au Congrès de Bakou, en revanche, alors que le russe était la principale langue de travail, les sessions ont retenti avec des traductions dans plusieurs des trois douzaines de langues parlées par les délégués.
Chaque discours était suivi d’une pause pour les traductions. Compte tenu des nombreuses langues utilisées, cette procédure a causé confusion et retard, et finalement la traduction depuis le podium a été limitée à trois langues. Même ainsi, les traducteurs non formés ont utilisé des méthodes très variées – ne donnant parfois que de brefs résumés, parfois beaucoup plus longtemps que l’orateur d’origine.
La principale proposition soumise au congrès – construire une alliance militante pour expulser l’impérialisme britannique – avait été annoncée lors de la conférence téléphonique et suscité un accord général. Le programme du congrès était structuré par des rapports présentant le caractère social de la révolution nécessaire pour atteindre cet objectif, avec un fort accent sur la réforme agraire, les droits nationaux et la formation de conseils ouvriers et paysans.
Points de discorde
Selon le rapport sur les pouvoirs, les deux tiers des personnes présentes appartenaient ou sympathisaient avec le mouvement communiste. De toute évidence, la réponse des délégués «sans partis» restants, aux perspectives politiques diverses, serait déterminante pour le résultat de la conférence.
Le présidium du congrès a donc organisé ces délégués en une fraction spéciale «non partisane», dont les sessions séparées répétées ont été marquées par une controverse non négligeable. Selon le récit ultérieur de Zinoviev, la fraction non partisane s’est avérée être beaucoup plus importante que les réunions parallèles du caucus «communiste» et comprenait une minorité dont les membres «appartenaient en fait à des partis bourgeois».
L’un de ces politiciens bourgeois, Enver Pacha, était assez important. Chef de la révolution «Jeune Turc» de 1908, Enver a plus tard conduit la Turquie ottomane dans la Première Guerre mondiale et a été complice du massacre des Arméniens en temps de guerre par la Turquie.
Enver venait d’arriver à Moscou, où il a déclaré son soutien au régime soviétique. Il s’est ensuite rendu à Bakou et a demandé le droit de parole au congrès. Cela a été rejeté, mais la déclaration écrite d’Enver a été lue. Enver s’affaira alors en marge du congrès à promouvoir l’activité anti-soviétique en Asie centrale.
Le congrès a également entendu İbrahim Tali Öngören, représentant le mouvement nationaliste révolutionnaire en Turquie dirigé par Mustapha Kemal (Atatürk). Malgré son hostilité au communisme soviétique, le mouvement kémaliste recevait une aide soviétique dans sa lutte pour expulser les forces d’occupation britanniques, grecques et françaises du pays.
Le congrès a adopté une résolution soutenant la lutte «national-révolutionnaire» en Turquie mais a insisté sur le fait que ce mouvement devrait combattre non seulement la domination étrangère mais aussi l’oppression de classe au sein de la société turque. La déclaration a exhorté les paysans et les travailleurs turcs à «se rassembler au sein d’organisations indépendantes pour mener jusqu’à la fin la cause de l’émancipation».
Les désaccords parmi les quarante et un délégués juifs concernant la colonisation sioniste en Palestine ont trouvé leur expression dans trois documents de position, deux pour et un contre.
Libération des femmes
Un désaccord persistant a surgi sur le rôle des 53 déléguées présentes au congrès. La lutte des femmes pour la libération a été abordée lors de plusieurs sessions du congrès. Pourtant, le rôle actif des femmes déléguées a suscité des objections de la part de certains délégués dont les sociétés pratiquaient encore, à des degrés divers, l’isolement des femmes. Une proposition d’élire trois femmes au Comité de présidence a suscité de vives objections de la part de nombreux participants non partis.
Le débat dans la fraction non partisane s’est poursuivi pendant plusieurs jours. Le sixième jour des sessions, le président a appelé le congrès à inclure trois femmes dans son comité directeur: Bulach Tatu, du Daghestan; Najiye Hanum, de Turquie; et Khaver Shabanova-Karayeva, d’Azerbaïdjan, dont les deux derniers se sont adressés au congrès.
La procédure à ce stade se lisait comme suit:
« Oui oui. » Applaudissements, ovation…. Présidente: «Vive l’émancipation des femmes de l’Est!» Vifs applaudissements. Des cris de « Hourra! » Tous se tiennent. Ovation. Une déclaration sur la lutte de libération des femmes de l’Est a été lue au congrès.
La résolution des divergences sur le rôle des femmes reflétait une convergence de révolutionnaires influencés par les croyances religieuses traditionnelles et de ceux avec une vision marxiste. Un participant au congrès, Babayev, a exprimé ce processus dans un commentaire formulé de manière informelle plus d’un demi-siècle après le rassemblement de Bakou:
Lorsque l’appel à la prière est venu, [Babayev] a trouvé naturel de mettre son arme de côté pendant les dévotions, après quoi il «retournait défendre avec notre sang la conférence et la révolution». Inspiré par la «déclaration de guerre sainte contre l’ennemi de la révolution», a-t-il expliqué, «des milliers de personnes, convaincues qu’il n’y avait pas de contradiction entre être bolchevique et musulman, ont rejoint les rangs des bolcheviks.
Abus de pouvoir
Un défi encore plus explosif est venu de Tashpolad Narbutabekov, président du caucus des délégués non communistes, qui a vivement attaqué les pratiques chauvines de certains responsables soviétiques en Asie centrale. Turar Ryskulov a présenté une longue protestation plaidant contre de tels abus, signée par vingt et un délégués d’Asie centrale, du Caucase, d’Iran et d’Inde.
Les révolutionnaires indignés du Turkestan ont reçu une bonne mesure de satisfaction. Quelques jours plus tard, Zinoviev a exprimé leur soutien. Après la clôture du congrès, vingt-sept délégués se sont rendus à Moscou et ont présenté leurs plaintes au Bureau politique du Parti communiste.
Lénine a aidé à prendre une décision répondant à leurs griefs et à prendre des mesures correctives. C’est le seul cas connu où une initiative minoritaire lors d’un rassemblement du Komintern a permis de modifier la politique intérieure soviétique.
Un ouragan de propagande
Dans le résumé de son congrès, Zinoviev a proposé une reformulation significative des derniers mots du Manifeste communiste : «Travailleurs de toutes les terres et peuples opprimés du monde entier, unissez-vous! La déclaration de clôture du Congrès de Bakou a appelé les peuples de l’Est à:
Avancez comme un dans une guerre sainte contre les conquérants britanniques! … C’est une guerre sainte pour libérer les peuples de l’Est; pour mettre fin à la division de l’humanité en peuples oppresseurs et peuples opprimés; et à réaliser l’égalité complète de tous les peuples et races, quelle que soit la langue qu’ils parlent, quelle que soit la couleur de leur peau et quelle que soit la religion qu’ils professent.
À la clôture du congrès, il a créé un Conseil permanent pour la propagande et l’action, qui a organisé ce que le gouvernement britannique a qualifié de «véritable ouragan de propagande, d’intrigue et de complot contre les intérêts britanniques»: livres, brochures, éducateurs et organisateurs présentant le message de Bakou dans de nombreux pays et langues.
Les forces britanniques ont bientôt achevé leur retrait d’Asie centrale, tandis que les gouvernements pro-soviétiques ont pris racine dans des terres s’étendant du Caucase à l’Oural jusqu’à l’océan Pacifique. En dehors des territoires soviétiques, cependant, les années 1920 ont vu une reconsolidation temporaire des anciens empires coloniaux.
L’héritage de Bakou
La montée du stalinisme en Russie soviétique a éloigné le Komintern du chemin établi à Bakou. Entre 1935 et sa dissolution en 1943, le Komintern n’était plus un partisan constant de la libération coloniale immédiate. Au sein de l’Union soviétique elle-même, sous le règne de Joseph Staline, une répression meurtrière a frappé la plupart des premiers dirigeants du Komintern.
Parmi les victimes des purges de trucage figuraient les orateurs d’Asie au Congrès de Bakou qui étaient à la portée de Staline et dont le sort est connu: Tashpolad Narbutabekov, Turar Ryskolov, Jalalutdin Korkmasov, Dadash Buniatzadeh (tous tués) et Khaverbanova-Karayeva ( emprisonné). Pourtant, l’influence du Congrès de Bakou s’est perpétuée dans le mouvement anticolonialiste et anti-impérialiste mondial plus large qui est passé de succès en succès après la Seconde Guerre mondiale.
Au cours des dernières décennies, la souveraineté formelle étant largement acquise, les puissances impériales ont déployé de nouveaux moyens de domination: guerres, attaques de drones, sanctions, subversion et traités commerciaux oppressifs. Pendant ce temps, les luttes anticolonialistes et antiracistes sont en hausse dans les vieux centres impérialistes. Dans ce nouveau contexte, l’esprit du Congrès de Bakou continue de trouver une expression vigoureuse.