Canada : complice de la torture en Afghanistan

0
123
Michael Keefer, extraits d’un texte paru dans Canadian Dimension, 27 août 2021
Cet essai a été publié pour la première fois en avril 2011, lors d’une campagne électorale que Stephen Harper espérait lui donner une majorité parlementaire. J’ai écrit cet essai sous le coup de la colère—la colère, d’abord, parce que le Canada avait été entraîné dans une guerre illégale d’occupation militaire en Afghanistan. Et une colère plus profonde que la justification de la guerre, et la manière dont elle était menée, reposaient toutes deux sur des pratiques de torture. Les troupes canadiennes ont été impliquées dans la torture, tout comme nos dirigeants militaires et politiques, jusqu’au sommet. Une décennie plus tard, l’effondrement brutal du régime fantoche a fait de l’Afghanistan la une des journaux. Mais les questions clés de l’illégalité et de la saleté de la guerre ont pour la plupart été laissées dans le trou de la mémoire. 
— Michael Keefer , 26 août 2021

La torture a été une composante sinistre de presque tous les aspects de la guerre actuelle en Afghanistan. Mis à part le comportement à la fois du régime taliban et de leurs opposants afghans, les chefs de guerre de l’Alliance du Nord, qui comprenait de graves violations des droits de l’homme, les forces américaines ont été impliquées dans la torture presque dès leur arrivée en Afghanistan à la fin de 2001.
Dans les années qui ont suivi 2001, le gouvernement américain a tenté de justifier son invasion et son occupation de l’Afghanistan par des récits des attaques terroristes du 11 septembre qui étaient presque entièrement basés sur des aveux obtenus par la torture d’associés réels ou présumés d’Oussama ben Laden.
Et la torture fait partie intégrante des tactiques de contre-insurrection employées par les États-Unis, leurs alliés de l’OTAN et le régime de Karzaï. Ces tactiques, impliquant des ratissages d’infanterie dans les communautés aux alentours desquelles des résistances ont été rencontrées, des arrestations plus ou moins aveugles, et la remise de prisonniers à la police afghane ou à la Direction nationale de la sécurité, dont le « renseignement » (basé sur la torture) sert de guide pour de nouvelles arrestations – ont fait un grand nombre de victimes civiles, pour la plupart des personnes sans lien avec la résistance afghane.
Le Canada, en tant que praticien de ces tactiques, est impliqué depuis au moins 2005 dans un scandale de torture de détenus, dont l’une des conséquences a été de très gravement porter atteinte à la réputation internationale du Canada. Il est prouvé que ce scandale atteint les plus hauts niveaux du gouvernement canadien.
L’illégalité de la guerre d’Afghanistan
Un nombre croissant de personnes est sceptique quant aux justifications avancées par les États-Unis pour l’invasion et l’occupation de l’Afghanistan. Presque toutes les « preuves » dans les chapitres clés du rapport de la Commission sur le 11 septembre qui attribuent la responsabilité des attentats terroristes du 11 septembre sont tirées de la torture, ce qui signifie que ces chapitres ont la valeur épistémique de pure fiction (l’un des principaux des sources, Khalid Sheikh Mohammed, a été victime de la pratique dit du waterboarding 183 fois par la CIA.
L’invasion de l’Afghanistan semble avoir été principalement motivée par la géopolitique énergétique d’un nouveau « Grand Jeu ». Lorsque les talibans sont arrivés au pouvoir en 1996, il y avait des négociations pour un gazoduc Unocal des champs de gaz du bassin de la Caspienne à travers l’Afghanistan jusqu’au Pakistan et de là vers l’océan Indien. Mais après les bombardements d’Oussama ben Laden en 1998 contre les ambassades américaines en Afrique de l’Est et les frappes de représailles des Tomahawks en Afghanistan, ces pourparlers ont échoué. Il est prouvé qu’au cours de l’été 2001, des mois avant les attentats du 11 septembre, des diplomates américains ont menacé les talibans que l’obstruction continue du projet de pipeline entraînerait une campagne de bombardements et leur renversement d’ici octobre de la même année.
Les responsables des gouvernements américain et canadien se sont moqués de l’idée que la géopolitique de l’énergie avait quelque chose à voir avec l’invasion et l’occupation de l’Afghanistan. Mais en juin 2008, l’économiste pétrolier John Foster , qui a travaillé pour British Petroleum, la Banque mondiale, Petro-Canada et la Banque interaméricaine de développement, a publié une monographie sur le sujet des plans pour un projet Turkménistan-Afghanistan de 7,6 milliards de dollars. Gazoduc Pakistan-Inde (TAPI) qui allait être construit, sur l’insistance américaine, en 2010 — et le gouvernement canadien a reconnu que les forces canadiennes seraient effectivement affectées à la protection du gazoduc, dont le tracé passe par la province de Kandahar, où la plupart des nos pertes ont été subies.
Cependant, c’est pour différentes raisons que le 9 octobre 2001, deux jours après le début du bombardement de l’Afghanistan, Michael Mandel, de la Osgoode Hall Law School de Toronto, a déclaré l’attaque illégale.. Selon ses termes, il « [a] violé le droit international et les termes exprès de la Charte des Nations Unies », dont l’article 51 ne fait que « donner à un État le droit de repousser une attaque en cours ou imminente à titre de mesure temporaire jusqu’à ce que la sécurité de l’ONU Le Conseil peut prendre les mesures nécessaires pour la paix et la sécurité internationales. Étant donné que l’attaque n’était pas en cours et qu’aucune des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU condamnant les attaques du 11 septembre « ne peut à distance être considérée comme autorisant le recours à la force militaire », Mandel a déclaré que ceux qui mourront de l’attaque contre l’Afghanistan « seront des victimes d’un crime contre l’humanité, tout comme les victimes des attentats du 11 septembre. En novembre 2001, Marjorie Cohn, professeure à la Thomas Jefferson School of Law, a avancé des arguments similaires, ajoutant que l’attentat à la bombe n’était pas une légitime défense parce que les atrocités du 11 septembre « étaient des attaques criminelles, et non des « attaques armées » perpétrées par un autre État ».
Le scandale canadien de la torture
Des illégalités de nature plus concrète sont venues hanter la participation du Canada à la guerre en Afghanistan. En décembre 2001, une couverture de légalité a été donnée à la formation d’une armée d’occupation, ou Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS), par l’acceptation par le Conseil de sécurité de l’ONU de l’affirmation selon laquelle cette force a été établie « à la demande du gouvernement afghan. ”—qui à l’époque se composait de Hamid Karzai, protégé par une garde de soldats des forces spéciales US SEAL et britanniques SBS, et d’une coalition lâche de seigneurs de guerre de l’« Alliance du Nord » financés par les États-Unis. Mais c’est la question de savoir comment se débarrasser des Afghans capturés par les troupes canadiennes, que ce soit dans des conditions de combat ou simplement sous la suspicion, qui est devenue un scandale spécifiquement canadien.
En janvier 2002, des questions ont été soulevées au Parlement au sujet de la révélation que des membres de l’unité Joint Task Force 2, après avoir participé aux combats dans les montagnes de Tora Bora, avaient transféré des prisonniers aux mains des États-Unis. Les horreurs d’Abou Graib en Irak sont devenues publiques à la fin du mois d’avril 2004. Peu de temps après, il a été révélé que les prisonniers détenus par les États-Unis en Afghanistan étaient également systématiquement torturés et, dans au moins cinq cas, étaient décédés des suites de leur traitement. En juin 2004, un porte-parole de Human Rights Watch a déclaré que dans les prisons américaines en Afghanistan, « L’ensemble du système fonctionne en dehors de l’état de droit. Au moins en Irak, les États-Unis essaient de gérer un système conforme aux normes genevoises. En Afghanistan, ils ne le sont pas.
L’option des camps de prisonniers de guerre gérés par les Canadiens étant exclue dès le départ et les transferts supplémentaires dans les prisons américaines devenant politiquement impossibles, les Forces canadiennes ont transmis des captifs aux autorités afghanes, au milieu d’affirmations peu probables selon lesquelles des programmes de « construction de l’État » prenaient effet. En 2005, Eileen Olexiuk, la diplomate canadienne de deuxième rang à Kaboul, faisait part au gouvernement de Paul Martin de ses préoccupations concernant le sort des détenus transférés. Ses messages ont été ignorés et un protocole d’accord édentéconcernant les transferts de détenus qui a été signé en décembre 2005 par le général Rick Hillier, chef d’état-major de la Défense, et le ministre afghan de la Défense, ne contenait aucune disposition relative à l’accès de suivi aux détenus. Les preuves de torture systématique ont continué de s’accumuler, et Richard Colvin , qui occupait en 2006-2007 le poste diplomatique qu’Olexiuk avait occupé, a attiré l’attention sur elle dans des messages urgents qu’il a diffusés aussi largement que possible par tous les canaux officiels gouvernementaux et militaires à sa disposition. .
L’article 12 de la IIIe Convention de Genève est formel : « Les prisonniers de guerre ne peuvent être transférés […] la Convention. » L’Afghanistan est partie aux Conventions de Genève de 1949 depuis 1956 et, fin 2009, a adhéré aux Protocoles additionnels I et II de 1977, qui protègent les victimes des conflits internationaux et des guerres civiles. Cependant, les messages d’Olexiuk et de Colvin montrent que le Canada ne s’était pas « satisfait » — malgré tout ce que les hauts fonctionnaires pourraient dire — que le régime de Karzaï traiterait les prisonniers décemment.
 En décembre 2009, Lawyers Against the War (LAW) a détaillé dans une « lettre ouverte au Comité parlementaire spécial sur la mission canadienne en Afghanistan » la preuve que les politiques canadiennes en matière de détention violaient le droit canadien et international. Au printemps 2007, cela comprenait, en plus des avis juridiques envoyés par LAW le 1er février 2004 et le 6 mars 2007 aux premiers ministres Martin et Harper et à leurs ministres supérieurs, les déclarations d’inquiétude d’Amnistie internationale au début de 2002 concernant les transferts de détenus. aux forces américaines, et en décembre 2005 sur « la réalité répandue et de longue date de la torture dans tout le système pénitentiaire afghan ; » le rapport de l’expert indépendant sur la situation des droits de l’homme en Afghanistan, M. Cherif Bassouni, à la Commission des droits de l’homme de l’ONU (11 mars 2005), faisant référence aux pratiques de torture en vigueur au sein du système de sécurité afghan ; les Pacte de Londres du 1er février 2006, qui fixait comme objectif, pour la fin de 2010, l’adoption par l’État afghan de « mesures correctives […] visant à prévenir les arrestations et détentions arbitraires, la torture, l’extorsion et l’appropriation illégale de biens en vue de à l’élimination de ces pratiques ; » et le rapport du Département d’État américain sur l’Afghanistan en 2006, qui notait des rapports d’organisations de défense des droits humains selon lesquels les autorités afghanes à Herat, Helmand et ailleurs avaient recours à la torture consistant à « arracher les ongles des doigts et des pieds, se brûler avec de l’huile chaude, des coups, des humiliations sexuelles et la sodomie. . « 
 Le 21 février 2007, Amnistie internationale et la BC Civil Liberties Association ont déposé une demande de révision judiciaire de la politique canadienne de transfert de détenus. En mars, le ministre de la Défense nationale, Gordon O’Connor, a reconnu que depuis avril 2006, il avait induit la Chambre des communes en erreur à maintes reprises en prétendant faussement que la Croix-Rouge surveillait les prisonniers transférés au nom du Canada. Et le 23 avril 2007, le Globe and Maila publié un rapport d’enquête , basé sur des entretiens avec une trentaine de prisonniers afghans que l’armée canadienne avait remis à la Direction nationale afghane de la sécurité, qui démontrait qu’ils avaient été systématiquement torturés, avec une apparente complicité canadienne. Michael Byers, professeur de droit à l’Université de la Colombie-Britannique, a déclaré : « Si ce rapport est exact, les Canadiens se sont livrés à des crimes de guerre, non seulement individuellement, mais aussi pour des raisons de politique.
L’enquête de la Commission d’examen des plaintes concernant la police militaire a assigné à comparaître le diplomate Richard Colvin, qui, à la fin de 2009, alors que les travaux de la CPPM avaient été sérieusement retardés par les interventions du gouvernement Harper, a également été convoqué devant le Comité spécial de la Chambre des communes sur le Mission en Afghanistan. En octobre 2009, peu de temps avant qu’il y témoigne, les affirmations du premier ministre Harper et du ministre de la Défense Peter MacKay selon lesquelles ils n’avaient pas été informés de la question des détenus ont été vigoureusement réfutées par les mémoires du général Rick Hillier, Un soldat d’abord .
Mais le témoignage de Colvin le 18 novembre 2009 était plus profondément dommageable dans son exposition à l’anarchie de haut niveau. Il a révélé que le système militaire canadien de signalement du transfert des détenus retardait le suivi, ce qui rendait d’autant plus probable qu’ils seraient torturés (comme ses sources pensaient que presque tous l’étaient). Il a affirmé qu’en 2006-2007, des hauts fonctionnaires des Affaires étrangères, dont David Mulroney, le sous-ministre adjoint responsable de l’Afghanistan, qui était également conseiller en politique étrangère et de défense du premier ministre Harper, avaient censuré et bloqué la distribution de dépêches en provenance de Kaboul, et il a dénoncé le fait que le gouvernement ait fait des tentatives pour l’intimider et l’empêcher de témoigner. Enfin, Colvin a dénoncé des politiques en vertu desquelles, « ne tenant pas compte de nos principes et valeurs fondamentaux », les Canadiens « retenus et remis pour torture grave de nombreuses personnes innocentes », ce qui est « une violation très grave du droit international et canadien », et qui aussi « nous a éloignés de la population et renforcé l’insurrection ».
Complicité canadienne
« La complicité de torture », a rappelé Colvin aux parlementaires, « est un crime de guerre ». À l’été 2010, malgré une campagne de diffamation honteuse contre Colvin dirigé par le ministre de la Défense Peter MacKay (qui a suscité une lettre publique de réprimande signée par « plus de 100 anciens diplomates, dont beaucoup d’ambassadeurs »), malgré la fermeture de la CPPM par Stephen Harper en refusant de nommer un remplaçant lorsque le mandat de son président son mandat a expiré, et sa prorogation de la Chambre des communes afin de fermer le comité parlementaire qui avait entendu le témoignage de Colvin (cela a suscité une lettre publique signée par plus de 175 professeurs de sciences politiques dénonçant Harper pour avoir « violé la confiance du Parlement et du peuple canadien »), et malgré le mépris de Harper à l’égard de l’appel du Parlement à la publication de tous les documents pertinents, l’étendue et la profondeur de cette complicité étaient évidentes.
Les structures étatiques très segmentées peuvent souvent sembler fonctionner de manière presque chaotique. Mais parfois, même lorsque le parti au pouvoir fait de son mieux pour masquer et refuser l’accès aux preuves, une constellation claire d’intentionnalité émerge de l’obscurité. 
Le SCRS, nous le savons maintenant, a participé à des interrogatoires de prisonniers afghans du début de 2002 jusqu’en décembre 2007. Les journalistes Jim Bronskill et Murray Brewster ont appris d’une ou de plusieurs sources anonymes que l’un des sites d’interrogatoire de Kandahar utilisés par le SCRS, « travail[ait] aux côtés du La CIA américaine et en étroite coopération avec les commandos secrets d’élite de la FOI-2 du Canada », était une « base isolée » (cela semble une manière polie de dire « site noir » ou « centre de torture secret ») « connue sous le nom de Graceland ».
Asadullah Khalid, le gouverneur de la province de Kandahar, largement accusé de corruption, de trafic de drogue et d’implication personnelle directe dans la torture, semble n’avoir conservé son poste après 2006 que grâce aux interventions de hauts responsables militaires canadiens. Le général Rick Hillier, le chef d’état-major de la Défense qui a défini les talibans comme des « ordures et des meurtriers » qu’il appartenait à l’armée canadienne de tuer, a fait l’éloge du travail de Khalid.au début de 2008 comme « phénoménal » et l’a associé à « des changements incroyables dans la province », ajoutant que « s’il y a un problème de quelque nature que ce soit, c’est un problème pour le gouvernement afghan ». C’est bien sûr un problème pour le gouvernement canadien également. Scott Taylor, un journaliste ayant une vaste expérience en Afghanistan, a approuvé le point de vue de Hillier sur les talibans, mais avec un correctif important : « Ce qu’il a omis de mentionner, c’est que les gars que nous soutenons sont aussi des salauds et des meurtriers.
Le témoignage de Richard Colvin en novembre 2009 devant le Comité parlementaire spécial a révélé un autre aspect de la collaboration du Canada dans la torture afghane — un processus « très particulier », selon lui, dans lequel la notification des transferts de détenus passait de la police militaire canadienne à Kandahar aux Forces canadiennes. groupe de commandement à l’aéroport de Kandahar, puis au Commandement de la Force expéditionnaire du Canada (COMFEC) à Ottawa, qui en a informé l’ambassade du Canada à Genève, qui a contacté le quartier général de la Croix-Rouge à Genève, qui a finalement avisé la mission de la Croix-Rouge à Kandahar. Alors que les Néerlandais et les Britanniques, qui disposaient également de troupes dans le sud de l’Afghanistan, informaient directement le bureau de la Croix-Rouge à Kandahar des transferts de prisonniers, de sorte qu’en une journée au plus, la Croix-Rouge puisse surveiller leur traitement,
Ce qui pouvait sembler un exemple idiot de bureaucratie sauvage faisait en réalité partie d’une folie plus sérieuse, une politique d’obstructionnisme délibéré. Car, comme Colvin l’a également témoigné : « Lorsque la Croix-Rouge a voulu s’occuper des questions relatives aux détenus, pendant trois mois, les Forces canadiennes à Kandahar n’ont même pas pris leurs appels téléphoniques. La même chose est arrivée au commandement de la FIAS de l’OTAN à Kaboul, qui avait la responsabilité de communiquer le nombre de détenus à Bruxelles, mais on lui a dit : « Nous savons ce que vous voulez, mais nous ne vous le dirons pas. » » Des officiers supérieurs canadiens ont indiqué la valeur ils ont mis sur « l’intelligence » reçu lors de réunions régulières avec les dirigeants de la tristement célèbre Direction nationale de la sécurité afghane. Et dans une interview de mai 2007 avec David Pugliese du Ottawa Citizen, l’un d’eux était assez explicite sur le rôle que l’armée canadienne et l’OTAN assignaient à la NDS dans la guerre contre-insurrectionnelle :
Le brigadier-général canadien Jim Ferron dit qu’il est convaincu que la Direction nationale de la sécurité de l’Afghanistan ou NDS suit les procédures appropriées lorsqu’elle interroge les détenus insurgés.
Le général a également souligné que la Force internationale d’assistance à la sécurité dirigée par l’OTAN souhaitait développer davantage ses relations avec la NDS, car il s’agit d’une agence gouvernementale afghane clé et les renseignements qu’elle fournit sont très crédibles dans la bataille contre les insurgés.
« Nous aimerions faire (du renseignement NDS) une partie importante parce que la meilleure information est l’information qui vient des Afghans eux-mêmes », a déclaré le brigadier-général. Ferron, chef du renseignement de l’ISAF. «Ils ont les nuances culturelles que nous pouvons manquer. Je pense donc qu’il est sûr de dire que nous aimerions en faire davantage une partie de notre intelligence quotidienne. »
[…] « Interroger […] n’est pas un gros mot si c’est fait correctement et avec professionnalisme », a-t-il expliqué. « Les détenus sont détenus pour une raison. Ils ont des informations dont nous avons besoin.
Brig.-Gén. Ferron a déclaré qu’une grande partie des informations fournies par un détenu ne sont pas véridiques et visent à tromper les forces militaires. C’est pourquoi il appartient aux analystes du renseignement de passer au crible ce qui est la vérité et ce qui est la tromperie. « Mais si nous n’avons pas les informations, nous ne pouvons même pas commencer ce processus », a-t-il ajouté.
Les paroles de Ferron montrent clairement la dépendance de l’armée canadienne à l’égard du « renseignement » NDS et la détermination des officiers supérieurs à ignorer, obscurcir et rejeter les preuves massives à ce jour des pratiques de torture NDS. À la mi-mai 2007, quelqu’un du rang et de la position de Ferron ne pouvait guère ignorer les messages urgents sur la torture des détenus que Richard Colvin avait envoyés de Kandahar et de l’ambassade à Kaboul entre mai et décembre 2006 – ou du fait que, comme l’écrit Colvin, les responsables de l’ambassade avaient complété leurs rapports écrits en « intervenant directement auprès des décideurs » :
Par exemple, au début du mois de mars 2007, j’ai informé une réunion inter institutions de quelque 12 à 15 fonctionnaires à Ottawa que « La NDS torture les gens, c’est ce qu’elle fait, et si nous ne voulons pas que nos détenus soient torturés, nous ne devrions pas donner les au NDS. [….] La réponse du preneur de notes du Commandement de la Force expéditionnaire du Canada (COMFEC) a été d’arrêter d’écrire et de poser son stylo.
 Depuis juin 2010, nous savons que le CEFCOM est intervenu vigoureusement au printemps 2007 pour mettre un terme à la circulation d’informations de Colvin sur la torture des détenus : une note du CEFCOM datée du 7 mai 2007 déclarait que « son maintien en poste à Kaboul [… ] pourrait devenir un handicap pour les intérêts du gouvernement du Canada s’il n’est pas contrôlé », et à deux reprises, des hauts fonctionnaires, dont un lieutenant-général et un sous-ministre délégué, sont intervenus pour le « mettre en garde » .
Quelques jours après le témoignage de Colvin en novembre 2009 selon lequel le conseiller du premier ministre Harper en matière de défense et de politique étrangère avait censuré les messages de l’ambassade de Kaboul concernant la torture des détenus, et la révélation par Colvin de l’obstruction par l’armée canadienne des tentatives de la Croix-Rouge et de la FIAS de surveiller les transferts de prisonniers. Selon un ancien haut responsable des affaires publiques de l’OTAN, les démentis de torture émis par l’OTAN à Kaboul — « à une époque où il était reconnu dans notre bureau que les chances d’être bien traités entre les mains des forces de sécurité afghanes étaient presque nulles », ont été écrites par Harper et son bureau à Ottawa :
On m’a dit que c’était la question titanesque pour le premier ministre Harper et que chaque déclaration qui sortait devait être approuvée par lui personnellement […]. Les lignes étaient : « Nous n’avons aucune preuve » d’un traitement coercitif utilisé contre les détenus remis aux Afghans. […] On nous a dit clairement que cela venait du bureau du premier ministre, qui gérait le volet affaires publiques de l’engagement canadien en Afghanistan avec un tournevis de 6 000 milles.
Plus scandaleuse encore est la preuve que ces gens agissaient sur les directives de Stephen Harper, que Harper savait parfaitement que l’État fantoche afghan torture les prisonniers que lui ont remis les Forces canadiennes, mais qu’il a néanmoins permis le maintien de ce système, et qu’il a effectivement pris en charge le programme de mentir à ce sujet.