Canada : copinages entre Trudeau et les minières canadiennes

0
223
Prime Minister Justin Trudeau and leader of the Liberal Party of Canada, delivering remarks to supporters at a Liberal Climate Action Rally in Toronto, ON, on March 4, 2019. (Photo by Arindam Shivaani/NurPhoto via Getty Images)
YVES ENGLER, extrait d’un texte publié par Jacobin, 8 mai 2021
Le Canada abrite 75% des sociétés minières du monde. Ces entreprises exploitent environ quatre mille projets miniers à l’étranger. Choisissez presque tous les pays du Sud, de la Papouasie-Nouvelle-Guinée au Ghana, de l’Équateur aux Philippines, et vous trouverez une mine dirigée par le Canada qui a causé des ravages environnementaux ou a été le théâtre de violents affrontements.
Stephen Harper, premier ministre du Canada de 2006 à 2015, a été fréquemment critiqué pour sa promotion sans vergogne des intérêts miniers canadiens. Justin Trudeau, était censé changer cela. Mais il y a eu beaucoup plus de continuité que de changement depuis que Trudeau a remplacé Harper.
Crimes et inconduite
Le président mexicain Andrés Manuel López Obrador (AMLO) a récemment critiqué Americas Gold and Silver Corporation pour son mépris des lois du travail mexicaines. Des militants mexicains accusent l’entreprise torontoise d’empêcher ses travailleurs de se syndiquer à la mine de l’entreprise dans le nord du Mexique. AMLO a également condamné l’incapacité des sociétés minières canadiennes à payer les impôts impayés.
De leur côté, les diplomates canadiens se sont battus pour plusieurs entreprises impliquées dans un différend fiscal avec le gouvernement mexicain. 70 % des sociétés minières étrangères opérant au Mexique ont leur siège social au Canada, et l’ambassade du Canada à Mexico a soutenu à plusieurs reprises des projets miniers controversés.
Les entreprises canadiennes dominent également le secteur minier au Guatemala. Le mois dernier, un universitaire canadien a porté une affaire devant la Cour fédérale du Canada, alléguant que le ministre des Affaires étrangères a indûment retenu des informations sur le soutien du gouvernement à Goldcorp. Cela fait suite à de multiples accusations de violations des droits de la personne dirigées contre l’entreprise de Vancouver.
La Commission interaméricaine des droits de l’homme a appelé à la fermeture de la mine guatémaltèque Marlin de Goldcorp en raison de l’incapacité de l’entreprise de consulter les communautés autochtones. Le gouvernement canadien a jusqu’à présent refusé de divulguer des détails sur ses communications avec Goldcorp, le Guatemala ou la commission elle-même.
Un autre tribunal canadien entend actuellement une affaire distincte concernant une entreprise minière au Guatemala. Onze femmes autochtones poursuivent la société Hudbay Minerals (anciennement Skye Resources), l’accusant de complicité dans leur viol collectif, prétendument commis par des agents de sécurité de la mine Fenix ​​en 2007. Les femmes ont porté le procès pour la première fois devant la Cour supérieure de l’Ontario en 2011.
Au Brésil, Belo Sun Mining, basée à Toronto, va de l’avant avec une mine d’or très controversée dans l’une des régions les plus riches en biodiversité de la planète. Selon Rosana Miranda, d’Amazon Watch, l’utilisation par la société de métaux lourds et de cyanure dans le fleuve Xingu en Amazonie « déclenchera les dernières étapes de l’écocide » dans la région.
Des promesses vides de sens
Avant que Trudeau ne devienne premier ministre, les libéraux avaient promis de créer un ombudsman indépendant sur l’exploitation minière. Mais le gouvernement Trudeau a attendu près de quatre ans avant de bouger. Après un délai de deux ans supplémentaires, Le bureau de l’ombudsman (CORE) est incapable de contraindre les entreprises à transmettre des informations, ce qui remet en question son efficacité. Au printemps 2019, les quatorze représentants des syndicats et des ONG qui ont conseillé le travail de CORE ont démissionné, se plaignant que le gouvernement avait ignoré tout ce qu’ils avaient dit. Selon Emily Dwyer du Réseau canadien sur la responsabilité des entreprises, Trudeau et les libéraux ont créé un chien de garde qui ne peut fonctionner que si les entreprises acceptent «de fournir volontairement les informations dont elles ont besoin pour mener une enquête». Entre janvier 2018 et avril 2019, des représentants de l’Association minière du Canada (AMC) et de l’Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs (PDAC) ont rencontré des représentants du gouvernement à 530 occasions différentes. Les lobbyistes ont rencontré trente-trois fois des fonctionnaires du cabinet du Premier ministre.
Mon ami Justin
Justin Trudeau a aligné la politique étrangère canadienne sur l’industrie minière. Des diplomates canadiens accompagnent régulièrement les représentants des sociétés minières à des réunions avec des représentants du gouvernement et font du lobbying en leur nom. Les entreprises du secteur minier sont les principaux bénéficiaires des services d’Exportation et développement Canada (EDC), qui fourni des dizaines de milliards de dollars en financement et en assurance au secteur extractif. Les libéraux se sont montrés peu intéressés par l’établissement de normes en matière de droits de la personne et d’environnement pour EDC. Au contraire, le gouvernement Trudeau a dynamisé le Service des délégués commerciaux (SDC) du Canada, qui soutient de nombreux projets miniers. Les représentants du SDC basés dans les avant-postes diplomatiques canadiens aident les entreprises à évaluer le marché, à résoudre les problèmes et à présenter aux fonctionnaires locaux.
Les libéraux semblent également heureux d’approuver sans hésiter les accords de promotion et de protection des investissements étrangers (APIE), qui visent à protéger les investissements miniers canadiens. Un communiqué de presse de mars 2017 faisant la promotion du secteur minier canadien lors d’un congrès de l’industrie en donne un exemple: L’Accord Canada-Mongolie sur la promotion et la protection des investissements étrangers (APIE) est maintenant en vigueur. Cet accord offre des protections substantielles aux investisseurs canadiens en Mongolie, où il existe déjà d’importants actifs miniers appartenant à des Canadiens.
Ces accords sur les «droits des investisseurs» limitent la capacité des gouvernements à réglementer les sociétés opérant sur leur sol. Si les règles interfèrent avec les profits des intérêts miniers canadiens, ils peuvent poursuivre l’administration locale et faire entendre leurs poursuites devant des tribunaux internationaux privés et favorables aux investisseurs.
Le gouvernement Trudeau a canalisé plus de 100 millions de dollars d’aide pour des projets internationaux dont le véritable objectif est de soutenir l’exploitation minière. Ces projets sont souvent accompagnés de titres ronflants tels que «Gouvernance de l’Afrique de l’Ouest et durabilité économique dans les zones extractives», «Surveillance renforcée des industries extractives en Afrique francophone» et «Amélioration de la gestion des ressources grâce à la transformation institutionnelle en Mongolie». Bien que Trudeau et les libéraux aient peut-être avancé une belle rhétorique sur la piste électorale pour améliorer leur image progressiste et détourner la critique internationale, leur pratique au gouvernement a été en grande partie la même que celle de Stephen Harper, mettant les bénéfices des sociétés minières au-dessus des droits de l’homme et de la protection de l’environnement.