Canada : des avions pour faire la guerre

0
236
Malgré les sondages qui suggèrent que la plupart des Canadiens ne soutiennent pas les avions de guerre utilisés pour tuer et détruire le monde, le gouvernement fédéral semble déterminé à dépenser des dizaines de milliards de dollars pour continuer ses projets de renflouer la force aérienne.

À la fin de juillet, Boeing (Super Hornet), Saab (Gripen) et Lockheed Martin (F-35) ont soumis des offres pour fabriquer des avions de combat pour la Force aérienne canadienne. Le prix pour 88 nouveaux avions de combat est de 19 milliards de dollars. Cependant, sur la base d’un marché similaire aux États-Unis, le coût total du cycle de vie des jets pourrait être presque deux fois plus élevé que le prix officiel.

En réponse au fait que le gouvernement va de l’avant avec l’achat d’avions de guerre prévu, une campagne a été lancée pour s’opposer à la dépense massive du gouvernement. Il y a eu deux jours d’action dans deux douzaines de bureaux de députés contre l’achat de l’avion de guerre, prévu pour 2022.

Les avions de combat sont inutiles pour les catastrophes naturelles, les secours humanitaires ou le maintien de la paix, sans parler d’une attaque de type 9/11 ou d’une pandémie mondiale. Ces nouveaux avions de pointe sont conçus pour améliorer la capacité de l’armée de l’air à rejoindre les campagnes de bombardement belligérantes des États-Unis et de l’OTAN.

La campagne contre l’achat des avions a également raison de souligner la contribution des avions de combat à la crise climatique. Ils sont à forte intensité de carbone et l’achat d’une flotte de véhicules neufs coûteux est complètement en contradiction avec l’engagement déclaré du Canada d’atteindre zéro émission nette d’ici 2050. Lors du bombardement de la Libye en 2011, par exemple, les avions canadiens ont brûlé 14,5 millions de livres de carburant. 

Entretemps, les industries militaires sont bien organisées. Les deux principaux concurrents, Lockheed Martin et Boeing, financent des groupes de réflexion tels que l’Institut canadien des affaires mondiales et la Conférence des associations de la défense. Les trois entreprises sont également membres de l’ Association des industries aérospatiales du Canada, qui soutient l’achat d’avions de chasse.

Boeing et Lockheed font de la publicité de manière agressive dans des publications lues par les cercles initiés d’Ottawa comme iPolitics, Ottawa Business Journal et Hill Times . Pour faciliter l’accès aux représentants du gouvernement, Saab, Lockheed et Boeing ont des bureaux à quelques pâtés de maisons du Parlement. Ils font activement pression sur les députés et les fonctionnaires du MDN et ont embauché des généraux de la Force aérienne à la retraite à des postes de direction pour faire pression en leur nom.

La mise au rebut de l’achat de 88 avions de combat ne sera pas facile. Mais les gens de conscience ne peuvent rester les bras croisés car des sommes énormes sont consacrées à l’une des parties les plus destructrices de l’armée, qui est parmi les éléments les plus dommageables de notre gouvernement.