Canada : des centaines d’universitaires interpellent Justin Trudeau

0
131

Le premier ministre Trudeau doit prendre position pour les droits de la personne en Colombie

Depuis le début d’une grève sociale le 28 avril dernier, la Colombie est plongée dans une crise marquée par la violence et la répression d’État. De graves violations des droits de la personne ont été commises par les forces de sécurité colombiennes dans le cadre des manifestations liées à cette grève. Jusqu’à présent, des dizaines de morts ont été répertoriées parmi les manifestant.es, ainsi que trois parmi les forces de sécurité.

La grève a commencé il y a cinq semaines contre l’augmentation annoncée de la taxe sur les produits de base tels que le café, le chocolat et le sucre, que le gouvernement voudrait voir passer de 5% à 19%. Depuis, d’énormes rassemblements pacifiques ont eu lieu chaque jour dans les villes et villages et se sont accompagnés de barrages routiers partout au pays. La grève reflète aussi la frustration de la population contre la catastrophique gestion gouvernementale de la pandémie, le projet de démantèlement du système de santé publique, la pauvreté qui touche 42,5 % de la population, le non-respect de l’accord de paix de 2016 avec la guérilla des FARC et les meurtres incessants de leaders sociaux.

La réponse du gouvernement d’Ivan Duque a été de militariser le conflit en déclenchant une escalade répressive qui a empiré la situation. À ce jour, 1 649 détentions arbitraires de manifestants par la police ont été signalées, ainsi que 1 248 agressions, 45 décès et 25 cas de violence sexuelle, tous imputables aux forces de sécurité. Des centaines de vidéos publiées sur les médias sociaux montrent la police tirant à balles réelles sur les manifestants, souvent accompagnée d’agents en civil et de civils armés utilisant des armes à feu. Des préoccupations extrêmes quant à la légalité, la nécessité et la proportionnalité de la réponse du gouvernement colombien ont été exprimées par le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme et la Commission interaméricaine des droits de l’homme.

Le président Duque et son influent mentor Álvaro Uribe Vélez (président de 2002 à 2010) ont cherché à plusieurs reprises à délégitimer les manifestations en affirmant qu’elles étaient infiltrées par des criminels, manipulées par des intérêts étrangers cherchant à déstabiliser le pays et qu’elles produisaient des fausses nouvelles destinées à tromper la communauté internationale. Malgré le nombre consternant d’abus signalés et leur impact disproportionné sur les femmes, les pauvres et les personnes racisées, en particulier les autochtones et les afrocolombien.nes, le président Duque a réitéré son soutien total à la police et à l’armée, louangeant le professionnalisme de la police et privilégiant l’usage de la force plutôt que le dialogue pour rétablir l’ordre. Le 28 mai 2021, par le décret 575, le gouvernement a déployé l’armée dans huit départements et 13 villes pour soutenir la police dans le démantèlement des barrages routiers.

La situation actuelle vient exacerber la violence dont le niveau est déjà très élevé en Colombie. Les groupes de défense des droits de la personne ont signalé plus de 1 100 assassinats de leaders sociaux depuis la signature de l’accord de paix en 2016. La plupart des victimes appartenaient à des organisations paysannes, indigènes, afro-descendantes, environnementales et communautaires. Les premiers mois de 2021 ont été les plus violents des dernières années, avec 28 massacres documentés.

En tant qu’universitaires basé.es au Canada nous sommes préoccupé.es par cette situation. Dans sa seule déclaration sur la crise en Colombie, le 9 mai, le ministre canadien des Affaires étrangères Marc Garneau s’est dit également préoccupé par « l’usage disproportionné de la force par les forces de sécurité » et par « les actes de vandalisme et les attaques dirigées contre les fonctionnaires ». Bien qu’au moins deux policiers et un inspecteur de police soient morts depuis le début des manifestations, l’ampleur des violences commises par les forces gouvernementales dépasse largement celle des manifestant.es. Comme beaucoup d’entre nous l’avons écrit au ministre Garneau le 5 mai, nous croyons que le Canada a la responsabilité de prendre des mesures concrètes pour mettre fin à la violence des forces de sécurité colombiennes contre les manifestant.es.

Le Canada entretient des relations particulièrement étroites avec la Colombie. L’accord bilatéral de libre-échange entre les deux pays prévoit expressément la présentation de rapports sur les droits de la personne, les sociétés minières canadiennes ont des actifs d’une valeur de 1,383 milliard de dollars en Colombie, et le Canada a assisté à la signature de l’accord de paix de 2016 en s’engageant à appuyer sa mise en œuvre.

Le temps est venu pour le premier ministre Trudeau de prendre la position la plus ferme possible en faveur des droits de la personne. 55 membres du Congrès américain ont fait un appel à suspendre l’aide, la formation et la vente d’armes à la police colombienne. Des législateurs italiens ont écrit au procureur de la Cour pénale internationale pour demander une enquête sur les événements actuels.

En tant qu’universitaires attaché.es à ce que le Canada exerce un leadership positif dans le monde ainsi qu’aux droits humains et à la construction de la paix en Colombie, nous considérons que les actions suivantes sont urgentes.

Le Canada doit immédiatement exhorter le gouvernement colombien à respecter les droits fondamentaux des manifestants. Il doit demander aux autorités colombiennes de permettre à la Commission interaméricaine des droits de l’homme d’effectuer une visite complète et transparente du pays du 8 au 10 juin prochains, de s’engager à mettre en œuvre les recommandations de la Commission et de résoudre la crise actuelle par un dialogue démocratique. Le Canada doit également revoir toute coopération actuelle ou projetée avec la police ou l’armée colombiennes, et interdire toute vente future d’armes ou de véhicules blindés par des entreprises canadiennes à la Colombie. Enfin, le Canada doit saisir cette occasion pour réévaluer sa politique étrangère en Colombie, y compris le lien entre le commerce, l’investissement et les droits de la personne. Plus précisément, le Canada doit offrir aux communautés locales un recours efficace au Canada contre les sociétés canadiennes opérant à l’étranger et dont les actions peuvent constituer des violations des droits fondamentaux et nuire à la construction de la paix.

 

VOUS POUVEZ AJOUTER VOTRE NOM AUX SIGNATAIRES: https://docs.google.com/document/d/1MSoRGHi-HUh5C2cdiMQ1Ci_aX-i1ntGNlDjdy0VBRqQ/edit