Le Canada et le Liban : l’action humanitaire au compte-gouttes

0
231

Ruby Dagher, groupe McLeod, 15 septembre 2020

Compte tenu des liens entre le Canada et le Liban, il n’est pas surprenant que le gouvernement canadien ait rapidement annoncé une réponse de grande envergure à la crise humanitaire provoquée par les explosions massives au cœur de Beyrouth le 4 août. Aujourd’hui, plus d’un mois plus tard, le le moment est venu de faire un premier bilan de cette assistance, y compris sa taille, sa rapidité et ses partenariats. Malheureusement, tous ces aspects suscitent de sérieuses préoccupations.

Hiroshima au Liban

Les explosions ont tué près de 200 personnes, blessé plus de 6 500, détruit plus de 50 000 maisons et bâtiments, laissé plus de 300 000 personnes sans abri, dont 100 000 enfants, endommagé neuf hôpitaux et 178 écoles, détruit 15 000 tonnes de céréales et causé environ 15 milliards de dollars d’infrastructures. dommages, détruisant presque complètement le port de Beyrouth, bouée de sauvetage économique du pays.

Les explosions n’auraient pas pu se produire à un pire moment. Le pays était déjà sous le choc d’une profonde crise économique, politique et de gouvernance. Le taux de pauvreté, estimé à 55% , était le plus élevé de l’histoire moderne du Liban. Le gouvernement avait fait défaut sur le remboursement de sa dette et les institutions financières internationales ont refusé de prêter plus d’argent au Liban sans réformes économiques et politiques sérieuses, une demande qui semblait impossible. Les sanctions imposées par les États-Unis et plusieurs pays européens ont étouffé l’économie.

La réponse du Canada

Le gouvernement du Canada a mis moins de 48 heures pour répondre à la catastrophe au Liban. Au départ, le gouvernement a engagé «jusqu’à» 5 millions de dollars d’aide humanitaire. De ce montant, le gouvernement canadien a alloué 1,5 million de dollars à des «organisations humanitaires de confiance telles que la Croix-Rouge libanaise» pour des abris d’urgence, de la nourriture, des soins de santé et des médicaments. La décision du Canada de distribuer l’aide uniquement par l’intermédiaire d’entités non gouvernementales pour éviter une corruption endémique à l’intérieur de l’État libanais était alignée sur celle de la plupart des donateurs non arabes. Le Canada a également lancé un fonds de contrepartie pour le Liban pour les dons d’une valeur initiale maximale de 2 millions de dollars. Ce montant est rapidement passé à 5 millions de dollars. Le 10 août, après avoir participé à la Conférence internationale sur l’aide et le soutien à Beyrouth et au peuple libanais , le premier ministre Justin Trudeau a annoncé une aide humanitaire supplémentaire de 25 millions de dollars. Le total actualisé de 30 millions de dollars comprend le Fonds de contrepartie pour le Liban, qui a maintenant une valeur maximale de 8 millions de dollars, et qui sera utilisé pour répondre aux besoins humanitaires et aider au relèvement rapide.

Selon le gouvernement canadien, 13,5 millions de dollars ont déjà été affectés à des projets inclus dans l’appel de 565 millions de dollars lancé par les Nations Unies le 14 août. Les engagements canadiens comprennent 5 millions de dollars au Programme alimentaire mondial, 2,5 millions de dollars à l’UNICEF, 1,5 million de dollars à l’agence des Nations Unies pour les réfugiés, 1 million de dollars au Fonds des Nations Unies pour la population et 500 000 dollars supplémentaires à la Croix-Rouge libanaise.

Dans ce cas, le Canada a bien fait de ne pas travailler avec l’État libanais, car une telle coopération aiderait à légitimer un gouvernement et des dirigeants corrompus qui ont perdu le soutien populaire. Les dirigeants politiques libanais semblent provoquer des crises, y répondre et ensuite assurer leur pouvoir en devenant des acteurs indispensables dans la vie de la population touchée.

Trop peu, trop lent et mal placé

La Conférence internationale d’urgence coprésidée par la France et l’ONU a permis de lever 253 millions d’euros, soit près de 395 millions de dollars canadiens. Si 30 millions de dollars canadiens sont un chiffre important, c’est une goutte d’eau dans l’océan, compte tenu des besoins importants du peuple libanais. De plus, le gouvernement canadien n’a pas encore rendu public l’échéancier du décaissement.

Deuxièmement, et plus important encore, il n’y a pas non plus de document ou d’annonce officielle du gouvernement du Canada indiquant que de l’argent a été transféré ou déboursé. La Banque de projets d’ Affaires mondiales Canada publie automatiquement les projets dont les débours sont de 10 000 $ et plus. Au moment d’écrire ces lignes, aucun nouveau projet n’a été publié pour le Liban depuis mars.

Troisièmement, le Canada a une présence diplomatique active au Liban depuis 1958 et un programme actif de développement et d’aide humanitaire depuis 1981. Le Canada a renforcé sa présence et son rôle après la guerre de 2006 entre le Hezbollah et Israël. Au cours de cette hausse de la programmation, un travail important a été accompli pour identifier les acteurs locaux indépendants des soutiens politiques et des organisations terroristes.

Pourtant, même avec ces connaissances, le Canada a décidé de travailler avec de grandes organisations des Nations Unies et des ONG internationales qui ont des coûts administratifs importants plutôt qu’avec un réseau d’organisations locales de la société civile libanaise qui sont dignes de confiance, qui sont actives depuis des années ou des décennies et qui emploient des locaux. . Ce piétinement reflète la réticence du gouvernement à déléguer la prise de décision et la gestion financière au niveau des ambassades, à l’exception du Fonds canadien d’initiatives locales . Le Canada ne respecte pas son engagement de 2016 de consacrer 25% de son aide humanitaire à des ONG locales.

Recommandations  

Dans l’ensemble, la manière dont le Canada a réagi à la plus récente catastrophe au Liban soulève de nombreuses préoccupations. Je recommande:

  1. De créer un mécanisme qui peut allouer des fonds non engagés directement aux organisations libanaises locales indépendantes des dirigeants et partis politiques et des milices et de l’État. Étant donné que la plupart des travaux de nettoyage et de reconstruction sont effectués par des volontaires locaux non affiliés et que le taux de chômage au Liban est extrêmement élevé, des injections dans la société civile libanaise locale et les ONG peuvent aider à accroître la capacité du secteur, éviter des coûts administratifs importants, et augmenter l’emploi.
  2. De commencer le décaissement des fonds déjà annoncés le plus rapidement possible. Étant donné que le gouvernement du Canada a identifié de grandes organisations internationales et multilatérales qui ont la capacité de commencer à exécuter des projets rapidement, l’argent devrait commencer à couler maintenant.
  3. D’établir un calendrier de décaissement et engagez-vous à davantage de financement dans les années à venir. Une approche échelonnée contribuera à garantir que l’aide indispensable continue de circuler lorsque la fatigue des donateurs commence à s’installer.