Canada : fidèle subalterne des États-Unis dans la crise iranienne

0
90

Yves Engler, Canadian Dimension, 17 janvier 2020

 

Alors que le gouvernement libéral actuel prétend être progressiste et en faveur de la démocratie, de la paix et d’un ordre international fondé sur des règles, ses actions concernant l’Iran démontrent que les principaux moteurs de la politique étrangère canadienne demeurent étroitement liés aux intérêts géopolitiques des États-Unis.  

Bien que les nationalistes et les conservateurs israéliens exigent de nouvelles mesures visant l’Iran, la réalité est que les Canadiens ordinaires – et les familles des Canadiens iraniens en particulier – ne bénéficieront pas d’un conflit avec le 18e pays le plus peuplé du monde.

Malgré les promesses électorales contraires, le gouvernement de Justin Trudeau a poursuivi son implication dans la guerre de « base intensité » des États-Unis contre l’Iran.

Ottawa n’a pas de relations diplomatiques avec l’Iran, mais il maintient une série de sanctions sévères contre ce pays tout en se conformant aux États-Unis en répertoriant Téhéran comme un État parrain du terrorisme. Des troupes canadiennes sont également stationnées à la frontière iranienne.

Les libéraux ont promis à plusieurs reprises de renouer les relations diplomatiques avec l’Iran. Avant de devenir premier ministre, Trudeau a déclaré à la CBC : «J’espère que le Canada pourra rouvrir sa mission [à Téhéran].» En mai 2016, le ministre des Affaires étrangères de l’époque, Stéphane Dion, a déclaré : «La rupture des liens entre le Canada et l’Iran n’avait aucun effet positif. conséquences pour quiconque: ni pour les Canadiens, ni pour le peuple iranien, ni pour Israël, ni pour la sécurité mondiale. »Cinq mois plus tard, Trudeau a ajouté:« Le Canada doit retourner en Iran pour jouer un rôle utile dans cette région du monde. « 

Bien que les libéraux aient dénoncé la rhétorique la plus explosive du gouvernement Harper contre Téhéran, ils n’ont pas relancé les relations diplomatiques ni retiré l’Iran de la liste des États parrainant le terrorisme au Canada.

En juin 2018, les parlementaires libéraux ont appuyé la motion d’initiative parlementaire d’un député conservateur qui « condamne fermement le régime actuel en Iran pour son parrainage continu du terrorisme dans le monde, y compris en provoquant de violentes attaques à la frontière de Gaza. » En effet, la résolution a affirmé que l’Iran était responsable du meurtre par l’armée israélienne de manifestants palestiniens qui s’étaient opposés à la relocalisation de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem et siège violent et continu de Gaza. La motion demandait également au Canada de «cesser immédiatement toutes les négociations ou discussions avec la République islamique d’Iran pour rétablir les relations diplomatiques» et de prendre la décision très provocatrice de classer le Corps des gardiens de la révolution islamique comme entité terroriste. Une demande du B’nai B’rith et du parti conservateur s’est reformulée ces derniers jours.

Ottawa a continué de présenter chaque année une résolution des Nations Unies critiquant la situation des droits de la personne en Iran. En réponse au ciblage du Canada, le représentant adjoint de l’Iran auprès de l’ONU, Eshaq Al-e Habib, a déclaré en novembre 2019: «Comment un partisan de l’apartheid en Palestine peut-il se présenter comme un défenseur des droits humains en Iran?»

De même, le Comité permanent des affaires étrangères et du développement international participe à la « Semaine de la responsabilité en Iran » sur la Colline du Parlement, qui met en vedette des personnes telles que le PDG de la Fondation pour la défense des démocraties, Mark Dubowitz, qui a aidé à tuer l’accord sur le nucléaire iranien et encouragé la mise en œuvre de nouvelles sanctions contre tout pays faisant des affaires avec l’Iran. Dubowitz était chercheur principal à la Munk School of Global Affairs de l’Université de Toronto.   .

Alors qu’ils soutenaient ostensiblement «l’accord nucléaire P5 + 1» avec l’Iran, les libéraux ont défendu une vision unilatérale du plan d’action global conjoint (JCPOA) 2015 entre l’Iran et les États-Unis, la France, l’Allemagne, la Russie et la Chine. Le Canada a versé plus de 10 millions de dollars à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) pour surveiller et vérifier la mise en œuvre par l’Iran de ses engagements en vertu du JCPOA. L’Iran s’est toujours conformé aux règles strictes du JCPOA concernant son enrichissement d’uranium. Néanmoins, l’administration Trump s’est retirée du JCPOA en mai 2018 et a imposé de nouvelles sanctions sévères aux entreprises d’autres pays faisant des affaires avec l’Iran.

De leur côté, les signataires de l’accord en Europe occidentale n’ont pratiquement pas résisté à la pression américaine en créant l’espace nécessaire à leurs entreprises pour faire des affaires avec l’Iran et, il y a quelques jours à peine, le Royaume-Uni, l’Allemagne et la France ont porté un nouveau coup à un accord sur le maintien en vie. Dans un communiqué de presse du 14 janvier, Affaires Globales Canada a exprimé son «soutien» au Royaume-Uni, à l’Allemagne et à la France dans «l’activation du mécanisme de règlement des différends» dans le cadre du JCPOA et « exhorté l’Iran à rétablir immédiatement tous ses engagements envers le JCPOA». Ironiquement, cette position revient à appeler l’Iran à respecter un accord dont il ne tire aucun avantage, car son économie est paralysée par des sanctions que le Canada approuve activement.

Les libéraux ont également légitimé les sanctions illégales des États-Unis contre l’Iran lorsqu’ils ont arrêté la directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou, à l’aéroport de Vancouver il y a 13 mois. Les États-Unis ont affirmé que la société de Meng avait défié ses sanctions illégales contre l’Iran. Pourtant, entre le moment où le système judiciaire américain a demandé sa détention et le moment où l’administration Trump a demandé à Ottawa de la détenir, Meng s’est rendue dans six pays dotés de traités d’extradition américains. Seul le Canada l’a arrêtée.

Au niveau militaire, Ottawa s’est également aligné sur l’axe américano-saoudien-israélien alimentant le conflit avec l’Iran. Un mémo des Affaires mondiales d’avril 2016 autorisant les permis d’exportation de véhicules blindés légers à la Chambre des Saoud notait: «Le Canada apprécie le rôle de l’Arabie saoudite en tant que chef de file régional favorisant la stabilité régionale et contrant la menace posée par l’expansionnisme régional iranien. Lors de la Conférence internationale des chefs de l’Air de Dubaï, le commandant de l’Aviation royale canadienne, Al Meinzinger, a participé à un panel intitulé « Attention à l’Iran! « Un an plus tôt, le chef d’état-major de la défense, Jonathan Vance, avait déclaré à une commission parlementaire que l’Iran était « un agent malveillant en Irak « .

Cinq cents soldats canadiens sont en Irak en partie pour contrer l’influence iranienne. Plus précisément, la mission de l’OTAN dirigée par le Canada en Irak est conçue pour affaiblir l’influence milices chiites qui ont aidé à vaincre l’Etat islamique.

À l’automne, le Canada a saisi et vendu pour 28 millions de dollars de propriétés iraniennes à Ottawa et à Toronto afin d’ indemniser des individus aux États-Unis qui avaient eu des membres de leur famille lors d’un attentat à la bombe du Hamas en 2002 en Israël, et d’autres qui avaient été retenus en otage par le Hezbollah en 1986 et 1991. La Cour suprême du Canada et le gouvernement fédéral ont sanctionné la saisie en vertu de la loi de 2012 sur la justice pour les victimes du terrorisme, qui lève l’immunité pour les pays étiquetés «parrains du terrorisme» afin de permettre aux individus de réclamer leurs avoirs non diplomatiques.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Seyyed Abbas Mousavi, a qualifié cette décision d’« illégale » et «en contradiction directe avec le droit international».

Les proches de la famille canado-libanaise el-Akhras qu’Israël a anéantie en 2006, dont quatre enfants âgés de un à huit ans, étaient au moins dignes d’une compensation soutenue par le gouvernement canadien. La même chose aurait dû s’appliquer à Paeta Hess-Von Kruedener, un soldat canadien prenant place dans une mission des Nations Unies qui a été tué par un avion de chasse israélien au Liban en 2006. Ou au Canadien palestinien Ismail Zayid, qui a été chassé d’un village de Cisjordanie détruit pour laisser place au parc du Canada du Fonds national juif .

Il y a des centaines de Canadiens et d’innombrables individus ailleurs qui ont été victimes de la terreur israélienne, canadienne et américaine. Ils méritent sans doute autant d’indemnisation que les Américains restitués avec des actifs iraniens pour des crimes prétendument commis par le Hamas et le Hezbollah il y a des décennies. 

Le gouvernement Trudeau ne s’est pas prononcé contre la saisie d’avoirs. Il aurait pu saper cette obscénité en retirant l’Iran du statut de «parrain public du terrorisme» ou en abrogeant la loi Harper sur la justice pour les victimes du terrorisme. Au lieu de cela, il n’a même pas tenu sa promesse de reprendre les relations diplomatiques avec l’Iran. En tant que tels, les libéraux ont habilité les faucons américano-israéliens à se précipiter vers un conflit majeur.

Les Canadiens progressistes et pacifiques devraient rejeter la politique agressive anti-iranienne d’Ottawa.