Canada : il faut quitter l’OTAN

0
127

Yves Engler, extraits d’un texte paru dans Canadian Dimension, 30 mars 2021

L’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) a une mauvaise influence. L’OTAN renforce les pires tendances de notre culture politique.

Ricochet a récemment rendu compte de documents internes du gouvernement concernant une discussion sur la vente de capteurs pour drones armés à la Turquie. Le printemps dernier, le gouvernement Trudeau a approuvé une exemption à une interdiction d’exportation d’armes vers la Turquie, permettant à L3Harris Wescam, basée en Ontario, de vendre sa technologie de surveillance thermique et de ciblage de missiles laser. Cette technologie a ensuite été utilisée dans le conflit meurtrier entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie au sujet du Haut-Karabakh.

En accordant l’exemption, les représentants du gouvernement se sont montrés préoccupés par les intérêts des entreprises et les relations du Canada avec un allié de l’OTAN. «Le besoin de coopération entre les partenaires de l’OTAN a été un élément majeur de la justification de l’exclusion qui a permis le transfert de la technologie canadienne malgré l’interdiction déclarée », a déclaré Jon Horler.

Ce n’est pas la première fois que l’OTAN est invoquée pour justifier des ventes d’armes qui ont alimenté une guerre. En 1967, le premier ministre Lester Pearson a répondu aux appels des opposants à la guerre du Vietnam à mettre fin à l’Accord de partage de la production de défense, l’accord en vertu duquel le Canada vendait les armes américaines, en affirmant que le faire mettrait en péril l’OTAN. Pearson a affirmé que cela «serait interprété comme un avis de retrait de notre part de la défense continentale et même des arrangements de défense collective de l’alliance atlantique».

L’OTAN a également eu un impact néfaste sur la politique en matière d’armes nucléaires. En 2017, le gouvernement s’est «caché derrière l’adhésion du Canada à l’OTAN», selon la critique étrangère du NPD Hélène Laverdière, lorsqu’il a boycotté la Conférence des Nations Unies de 2017 pour négocier un instrument juridiquement contraignant pour interdire les armes nucléaires, menant à leur élimination totale.

Dans la période qui a précédé l’entrée en vigueur du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires, l’Alliance nucléaire a publiquement critiqué le traité. « Alors que le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires, ou traité d’interdiction, approche de l’entrée en vigueur, nous réitérons collectivement notre opposition à ce traité », a noté un communiqué de l’OTAN . Bien que 86 pays aient signé le traité, Ottawa continue de refuser d’adopter ce traité.

L’OTAN intensifie également la pression sur le gouvernement fédéral pour qu’il augmente les dépenses militaires dommageables sur le plan social et écologique. En 2006, les pays de l’OTAN se sont engagés à consacrer 2% de leur production économique à leurs forces armées. Les militaristes citent régulièrement ce chiffre arbitraire lorsqu’ils poussent à une augmentation des dépenses militaires.

L’ancien président américain Donald Trump et d’autres responsables américains ont demandé à plusieurs reprises au Canada et aux autres pays de l’OTAN de consacrer 2% de leur PIB à l’armée.  

L’OTAN a également été utilisée pour encourager l’achat d’armes. Concernant l’ expansion de la flotte d’avions de chasse, les responsables militaires de haut rang ont dit le Globe and Mail en 2017 que « la flotte de chasse du Canada n’est pas assez importante pour remplir ses obligations du NORAD et de l’ OTAN en même temps. »

Le site Web du gouvernement fédéral justifie l’achat de 15 navires de combat de surface canadiens (SCC) – au coût de 77 milliards de dollars à acquérir et de 286 milliards de dollars au cours de leur cycle de vie – pour la raison qu’ils « pourront effectuer un large éventail de missions avec «l’OTAN et d’autres alliances. Sur le site de Lockheed Martin, il indique que «le SCC sera entièrement interopérable avec les pays à cinq yeux et les pays de l’OTAN» et que sa construction navale «repose sur plus de 30 ans d’expérience et de connaissance des opérations navales canadiennes et de l’OTAN».

L’OTAN attire également le Canada dans des expéditions à l’étranger. Un navire canadien dirige actuellement le premier groupe maritime permanent de l’OTAN, patrouillant à environ 2 000 km du territoire canadien. Il opère dans la mer Baltique, la mer du Nord et la mer de Norvège tandis que trois autres forces navales permanentes de l’OTAN opèrent en mer Noire, en Méditerranée et ailleurs.

Le Canada fournit un soutien logistique à la Force de l’OTAN au Kosovo et les soldats canadiens font partie de la mission de l’OTAN en Irak, que le Canada dirigeait jusqu’à récemment. Environ 600 Canadiens participent à une mission de l’OTAN dirigée par le Canada aux portes de la Russie en Lettonie.

Au cours des deux dernières décennies, l’OTAN a entraîné le Canada dans un certain nombre de conflits violents. Un général canadien a dirigé l’attaque de 2011 de l’OTAN contre la Libye, à laquelle ont participé sept chasseurs CF-18 et deux navires de la marine canadienne. Des centaines de civils ont été tués par des bombardiers de l’OTAN et à ce jour, le pays reste divisé.

Au cours des années 2000, 40 000 soldats canadiens ont combattu dans une guerre de l’OTAN qui a fait des milliers de morts en Afghanistan. Bienque la justification déclarée de la guerre était de neutraliser les membres d’Al-Qaïda et de renverser le régime taliban, les talibans restent un acteur majeur dans le pays et l’influence des groupes djihadistes s’est accrue.

En 1999, des avions de combat canadiens ont largué 530 bombes lors du bombardement illégal de 78 jours de l’OTAN sur la Serbie. Plus de 500 civils ont été tués et des centaines de milliers déplacés dans les bombardements qui ont détruit des infrastructures essentielles.

 Il est temps que le Canada quitte l’Organisation belliqueuse et militariste du Traité de l’Atlantique Nord.