Canada : la politique étrangère nourrit l’islamophobie

0
92

REDA ZARRUG, extraits d’un texte paru dans iAffairs, 25 juillet 2021

 

Au Canada, les actes d’islamophobie sont en augmentation constante depuis le début des années 2000. Cependant, au cours des dernières années, cette tendance semble être à la hausse.

Le Canada est un pays de multiculturalisme qui promeut l’idée d’une « mosaïque culturelle », contrairement aux nations « melting-pot », qui s’attendent à ce que leurs immigrants s’assimilent aux « valeurs » ou normes sociétales du pays. Le Canada est un pays connu pour afficher – et s’appuyer progressivement sur – ses valeurs libérales.

Alors, cela soulève la question, pourquoi les communautés musulmanes sont-elles piégées dans l’angle mort de la « vision libérale » du Canada ? Pourquoi les musulmans sont-ils constamment ciblés dans ce soi-disant environnement d’inclusivité ?

Bien qu’il s’agisse d’une question complexe qui doit être examinée sous divers angles, je crois qu’une grande partie de la réponse réside dans la politique étrangère du Canada.

Récemment, la politique étrangère du Canada a adopté, de manière générale, la même approche envers la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA) que les États-Unis. les attitudes envers la région ont été similaires. Cette position de politique étrangère a provoqué une déstabilisation et une destruction collatérales à travers des tentatives de démocratisation et l’instauration d’idéaux « libéraux » mondiaux.

Depuis 2000, l’armée canadienne a été engagée dans plusieurs guerres dans des pays à majorité musulmane. Il s’agit notamment d’opérations en Afghanistan, en Libye et en Syrie.

La participation canadienne a été, en très grande majorité, de tenter d’abolir les groupes terroristes dans ces pays, mais ces opérations militaires ont inévitablement créé une distinction entre les Canadiens et les Canadiens musulmans. La perception publique des musulmans est celle d’une homogénéité blâmable et elle a contribué à la dégradation de l’identité musulmane canadienne.

Le regroupement des musulmans dans une « catégorie » monolithique est problématique pour la compréhension sociale de la communauté musulmane, mais encore plus problématique parce qu’il se dégage un lien artificiel entre le terrorisme et l’islam. Cela a aliéné les musulmans et, plus particulièrement, les musulmans orthodoxes du Canada.

L’idée générale perpétuée par ces missions militaires est une « altérité » des musulmans dans une catégorie d’individus qui ne correspondent pas aux « valeurs canadiennes ». Cette idée a été adoptée et amplifiée par des groupes terroristes de droite au Canada.

Il existe une tension entre le conservatisme canadien et l’orthodoxie musulmane, ce qui semble être une anomalie car il existe un accord général sur les valeurs entre les Canadiens conservateurs et l’orthodoxie religieuse en général.

Un élément crucial de la politique étrangère canadienne qui a radicalement affecté la façon dont les musulmans sont perçus a été le conflit israélo-palestinien. Les musulmans canadiens qui sont activement impliqués dans la résistance contre l’occupation et le meurtre actif de Palestiniens sont également engagés dans une résistance contre la rhétorique de l’islamophobie.

Cette rhétorique est alimentée par une décision active du Canada de se tenir aux côtés des atrocités d’Israël par une faible revendication du droit à la défense. Lorsque le gouvernement israélien attaque aveuglément Gaza et tue des civils, la réponse canado-musulmane est un plaidoyer pour une politique moralement équitable.

Depuis 2000, 8.166 personnes sont mortes dans le conflit palestino-israélien. Sept mille soixante-cinq de ces personnes étaient palestiniennes, tandis que 1 101 étaient israéliennes . Les attaques du Hamas contre les citoyens israéliens ont été réprimées de manière appropriée, avec une réponse globale de politique antiterroriste, y compris l’inclusion du Hamas sur les listes terroristes à travers le monde .

Israël, cependant, a tué plus de civils, y compris des femmes et des enfants, que le Hamas, pourtant nous n’avons vu aucune tentative du gouvernement canadien de répondre aussi radicalement qu’il l’a fait au Hamas. Dans la plus récente série d’attaques d’Israël sur Gaza, au moins 248 civils ont été tués .

La réponse du Premier ministre Justin Trudeau a été de noter qu’ « Israël a le droit d’assurer sa propre sécurité » et un refus de dénoncer explicitement les attaques contre le peuple de Gaza.

La politique étrangère canadienne a donné aux Canadiens musulmans l’impression que leur vie n’était pas égale à celle des autres, tout en perpétuant le faux lien entre l’islam et le terrorisme.

L’expansion des colonies en Cisjordanie et à Jérusalem-Est est également négligée, et la plupart du temps confondue avec la position canadienne sur les actes atroces du Hamas contre les civils israéliens.

Cela a un effet qui est ressenti par les Canadiens musulmans à travers le pays. Les conflits dans les pays à majorité musulmane sont devenus une seconde nature et font désormais partie de l’identité musulmane. La politique étrangère canadienne a donné aux Canadiens musulmans l’impression que leur vie n’était pas égale à celle des autres, tout en perpétuant le faux lien entre l’islam et le terrorisme.