Canada : l’ami des militaires et de la répression

0
82

Yves Engler, extrait d’un texte paru dans Canadian Dimension, 5 juin 2021

Trudeau n’a encore rien dit sur la répression massive des manifestants au cours du mois dernier. Après la tenue de nombreux rassemblements canadiens en solidarité avec les manifestants en Colombie, le ministre des Affaires étrangères Marc Garneau a publié une déclaration dix jours après le début de la grève. Mais Garneau a critiqué la violence meurtrière des forces de sécurité au même titre que le vandalisme perpétré par les manifestants. Ses propos ont également fait l’éloge du gouvernement Duque, qui avait fait de nombreuses déclarations menaçantes envers les manifestants.

Ce n’est pourtant pas nouveau : le soutien canadien aux gouvernements colombiens répressifs est de longue date.

Stephen Harper a maintenu des relations diplomatiques  étroites avec le mécène de Duque, Alvaro Uribe. En 2009, l’ancien Premier ministre a qualifié le président d’extrême droite d' »allié  » précieux dans un hémisphère rempli de « sérieux ennemis et opposants ». Une visite en Colombie du Premier ministre canadien en 2007 a été décrite par The Economist comme donnant à Uribe « un vote de confiance à un moment où il [était] agressé à la fois à Washington et chez lui ». À l’époque, le gouvernement d’Uribe était en proie à un scandale liant de nombreux hauts responsables aux paramilitaires brutaux de Colombie. Des dizaines de membres du Congrès alignés sur Uribe ont été impliqués et le cousin du président faisait partie de ceux qui avaient été emprisonnés.

Le terrible bilan d’Uribe en matière de droits humains n’a pas empêché Harper de signer un accord de libre-échange avec la Colombie. Harper a consacré beaucoup d’énergie à soutenir le gouvernement le plus répressif et de droite d’Amérique latine. Selon un câble d’avril 2009 de l’ambassade des États-Unis à Ottawa, le Premier ministre a reconnu en privé que l’accord commercial avec la Colombie était impopulaire auprès des Canadiens. Publié par Wikileaks, le câble notait : « C’était un choix douloureux mais délibéré pour le Premier ministre » de soutenir le président Uribe face à une forte résistance à l’accord de libre-échange, en particulier de la part du mouvement syndical canadien. L’accord commercial Canada-Colombie s’est également heurté à l’opposition de la plupart des paysans et ouvriers organisés de ce pays.

L’accord commercial faisait partie d’une campagne de longue date visant à libéraliser l’économie colombienne. À la fin des années 1990, le Canada a appuyé la réforme de la législation pétrolière, ce qui a profité aux entreprises canadiennes. Plus important encore, Ottawa a lancé un projet de 11 millions de dollars pour réécrire le code minier de la Colombie en 1997. L’Agence canadienne de développement international (ACDI) a travaillé sur le projet avec un cabinet d’avocats colombien, Martinez Córdoba and Associates, qui représente des sociétés multinationales, et le Energy Research Institute (CERI), un groupe de réflexion de l’industrie basé à l’Université de Calgary.

Ces organisations ont passé plus de deux ans à solliciter les sociétés minières pour savoir ce que l’industrie attend de la nouvelle réglementation minière. Un représentant de Greystar Corp., qui a participé à l’effort, a expliqué comment ils ont fourni « des commentaires qui reflètent le point de vue de l’industrie minière sur ce qui est important dans une telle législation pour encourager l’exploitation minière ».

Une fois achevée, la proposition CERI/CIDA a été soumise au ministère colombien des Mines et de l’Énergie et est devenue loi en août 2001. », a expliqué Francisco Ramirez , président de SINTRAMINERCOL, le syndicat des mineurs d’État de Colombie. « Le code soutenu par l’ACDI contient également des articles qui sont tout simplement inédits dans d’autres pays », a ajouté Ramirez. « Si une société minière doit abattre des arbres avant de creuser, elle peut désormais exporter ce bois pendant 30 ans avec une exonération totale de taxation. »

Le nouveau code a également réduit le taux de redevance que les entreprises paient au gouvernement à 0,4%, contre 10% pour les exportations de minéraux de plus de trois millions de tonnes par an et de 5% pour les exportations de moins de trois millions de tonnes. En outre, le nouveau code a augmenté la durée des concessions minières de 25 ans à 30 ans, avec la possibilité de tripler les concessions à 90 ans.

Les responsables canadiens étaient satisfaits des résultats. Selon l’ ACDI , « les entreprises canadiennes des secteurs énergétique et minier ayant un intérêt en Colombie bénéficieront du développement d’un environnement d’exploitation stable, cohérent et familier dans cette économie en développement riche en ressources ».

Ottawa a continué d’investir des dollars d’« aide » pour soutenir le secteur minier en Colombie. Les compétences pour l’emploi dans le secteur extractif de l’Alliance du Pacifique, l’Initiative régionale andine et la Stratégie de responsabilité sociale des entreprises pour le secteur extractif international canadien ont canalisé des millions de dollars pour aider les intérêts miniers là-bas.

L’aide canadienne a également été utilisée pour réformer le secteur non lié aux ressources du pays. En 1995, l’ACDI a fourni 4 millions de dollars pour « contribuer au processus de libéralisation du secteur des télécommunications en Colombie ». Destrier Management Consultants, basé à Ottawa, a utilisé l’argent pour des séminaires de formation, des ateliers et des conseillers. En quelques années, des entreprises canadiennes exploitaient le principal fournisseur de téléphonie cellulaire de Colombie et installaient une grande partie des lignes téléphoniques du pays. En 2003, les réseaux Nortel du Canada, a expliqué Asad Ismi, « a contribué à la liquidation de TELECOM, la plus grande entreprise de télécommunications de Colombie, et à la privatisation probable de son successeur… Avec la privatisation, 10 000 travailleurs syndiqués des télécommunications ont perdu leur emploi et plus de 70 syndicalistes ont été assassinés par des paramilitaires pour avoir manifesté contre la privatisation.

À la fin des années 1990 et dans les années 2000, la société d’État Exportation et développement Canada (EDC) a massivement investi en Colombie malgré les violations généralisées des droits humains parrainées par l’État. L’Agence de crédit à l’exportation a fourni une assurance investissement aux entreprises canadiennes, qui avaient des investissements importants en Colombie. Des entreprises canadiennes exploitaient le plus important oléoduc de Colombie et ses deux plus gros gazoducs.

Une étude sur « La présence des sociétés pétrolières canadiennes en Colombie » a révélé qu’« une avalanche de nouveaux contrats et de nouvelles sociétés canadiennes » est entrée en Colombie en 2000 « à un moment où le conflit interne s’est intensifié en particulier dans les zones traditionnelles occupées par les autochtones, et où la résistance à leurs projets est importante.

À la fin des années 1990, Enbridge, basée à Calgary, exploitait le pipeline OCENSA conjointement avec TransCanada Pipelines, basée à Toronto. Les deux sociétés détenaient une part de 17,5% du pipeline ainsi que des actions détenues par British Petroleum, Total et la Strategic Transaction Company. Jusqu’en 1997, le consortium OCENSA a contracté Defence Systems Colombia (une entreprise britannique) à des fins de sécurité. Selon Amnesty International :

Ce qui est troublant, c’est que la stratégie de sécurité d’OCENSA/DSC repose largement sur des informateurs rémunérés dont le but est de recueillir secrètement des informations sur les activités de la population locale dans les communautés traversées par le pipeline et d’identifier d’éventuels « subversifs » au sein de ces communautés. Ce qui est encore plus inquiétant, c’est que ces informations de renseignement seraient ensuite transmises par l’OCENSA à l’armée colombienne qui, avec ses alliés paramilitaires, a fréquemment ciblé des personnes considérées comme subversives pour des exécutions extrajudiciaires et des disparitions… La transmission d’informations de renseignement à l’armée colombienne peut ont contribué à des violations ultérieures des droits humains. Amnesty a ajouté que l’OCENSA et le DSC ont acheté du matériel militaire pour la 14e brigade notoirement violente de l’armée colombienne.

Alors que les investisseurs canadiens ont contribué à la sale guerre de la Colombie, les fabricants d’armes canadiens ont fait de même. À la fin des années 1990, le ministère de la Défense nationale du Canada a vendu 33 hélicoptères Huey au département d’État américain, qui a ajouté des mitrailleuses et les a envoyés à la police et à l’armée colombiennes dans le cadre du « Plan Colombie ». La vente de Huey faisait suite à l’exportation de 12 hélicoptères par Bell Helicopter Textron Canada à l’armée de l’air et à la police colombiennes. L’hélicoptère était un type « largement utilisé par l’armée américaine dans les années 1970 dans les opérations de contre-insurrection au Vietnam ». Non seulement Ottawa a autorisé la vente d’hélicoptères à l’armée colombienne, mais l’ambassade du Canada à Bogota en a fait la promotion.

En 2013, le gouvernement Harper a ajouté la Colombie à la liste de contrôle des armes à feu automatiques du Canada afin de faciliter l’exportation d’armes d’assaut. En 2014, ces exportations ont totalisé 45 millions de dollars. La Corporation commerciale canadienne, propriété de l’État, a aidé à vendre 24 véhicules blindés légers à l’armée colombienne et quatre véhicules blindés de transport de troupes à sa police.

Depuis 2011, des militaires colombiens participent au Programme d’entraînement et de coopération militaires du Canada. La police colombienne a également bénéficié, rapporte Abram Lutes, d’échanges avec la GRC et le programme de renforcement des capacités anti-criminalité (ACCBP). L’ACCBP est la contribution du Canada à la longue guerre contre la drogue en Colombie, qui fournit un prétexte aux forces de sécurité et aux paramilitaires pour cibler les guérilleros de gauche et les paysans qui produisent du cacao.

En 1990, le Canada a lancé un programme de 2 millions de dollars pour fournir du matériel de renseignement et des détecteurs de bombes au Departamento Adminitrativo De Securidad colombien. À l’époque, le principal magazine d’information colombien, Semana , suggérait que le Canada travaillait avec les États-Unis dans le cadre d’un projet hégémonique dans la région.

Selon l’ancien soldat Claude Morisset, le Canada a également envoyé des soldats en Colombie à la fin des années 1990. Dans ses mémoires, We Were Invincible , Morisset décrit sa mission dans la jungle colombienne pour secourir les ONG et les travailleurs de l’église « parce que les guérillas des FARC menaçaient la paix dans la région ». Finalement, les Canadiens ont été sauvés par des hélicoptères américains, car la mission canadienne faisait partie d’une initiative américaine.