Canada : le chef du NPD contre la Palestine

0
233

SHERYL NESTEL, Canadian Dimension, 21 janvier 2020

Ce n’est un secret pour personne que de nombreux membres du NPD pensent que le parti historiquement progressiste du Canada a besoin d’une cure de jouvence dans ses relations avec Israël et la Palestine.

Cela n’était nulle part plus clair que lors de la convention politique du parti à Ottawa en 2018, où la direction a empêché une résolution massivement soutenue en faveur des droits des Palestiniens de frapper la salle des congrès.

Les remarques faites récemment par le chef du NPD, Jagmeet Singh, signalent un autre recul alarmant lorsqu’il s’agit de défendre les droits de l’homme et le droit international en Israël et en Palestine.

Le 18 décembre, Singh a rencontré des membres éminents du Centre pour Israël et les affaires juives (CIJA) pour discuter des «questions d’intérêt pour la communauté juive». Un enregistrement en podcast de l’événement a ensuite été publié par le CIJA le 24 décembre. Singh fait un certain nombre de déclarations qui révèlent un manque déconcertant de compréhension du sort du peuple palestinien et une indifférence à la nécessité d’un soutien substantiel pour leur cause. En effet, une grande partie de ce que Singh articule semble être un renversement de positions antérieures, articulées le plus récemment lors de la campagne électorale d’octobre 2019.

Pourquoi Singh a-t-il décidé que l’apaisement des organisations de l’establishment juif était plus important que de tenir compte de la base du NPD en ce qui concerne la Palestine? L’écrasante conclusion du podcast CIJA est que Singh a l’intention de démontrer le degré auquel il s’identifie à Israël. Il semble que le but du chef du NPD était de dissiper toute inquiétude que le CIJA et ses partisans pourraient avoir quant à la possibilité d’étendre sa solidarité aux Palestiniens. Vous pourriez appeler cela «l’effet Corbyn», où les politiciens progressistes se précipitent pour désavouer la politique propalestinienne afin d’éviter d’être gêné par des accusations d’antisémitisme.

Dans le podcast, Singh soutient que les Israéliens et les Palestiniens sont blessés par ce qu’il qualifie de «conflit». Il déclare qu’il y a un chemin vers la paix, mais n’offre aucun détail sur les conditions qui pourraient réellement produire cela. En effet, rien dans les remarques de Singh ne reconnaît les profondes injustices qui sous-tendent l’histoire et les politiques actuelles de l’État israélien.

Singh ne mentionne pas les innombrables violations des droits civils et humains contre les Palestiniens documentées par des groupes israéliens et internationaux de défense des droits humains. Il ne fait aucune mention du mur de séparation et des colonies illégales d’Israël qu’il a vues de ses propres yeux, et ne soulève pas la question de l emprisonnement des enfants palestiniens par Israël. Il évite toute discussion sur les effets dévastateurs du blocus de Gaza et la réponse d’Israël à la grande marche du retour non violente au cours de laquelle des centaines de Palestiniens ont été tués par des tireurs d’élite israéliens. Singh ne semble attribuer aucune importance au fait que les citoyens palestiniens d’Israël souffrent de discrimination institutionnelle et de citoyenneté de deuxième classe, et ne fait aucune mention de l’occupation israélienne de la Cisjordanie depuis des décennies.

Plus près de chez lui, Singh laisse entendre que la responsabilité de la violence à l’Université York en novembre dernier incombe aux militants de la solidarité, une affirmation qui a été réfutée par ceux qui étaient présents ainsi que par beaucoup de ceux qui ont visionné des vidéos publiées en ligne par les participants. En fait, c’est la Ligue de défense juive quasi fasciste qui semble être à l’origine des actions violentes.

Ces omissions sont difficiles à comprendre, étant donné que Singh est le chef d’un parti politique progressiste dans lequel la justice pour les Palestiniens a été soulevée à plusieurs reprises. On ne peut qu’interpréter ses derniers propos que comme une approbation tacite des politiques d’Israël et de la vague de suppression de la liberté d’expression sur la question de Palestine qui se profile avec la campagne de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA) qui vise à traiter toute critique d’Israël conte de l’antisémitisme.

Le soutien déclaré de Singh à l’IHRA de l’antisémitisme est particulièrement troublant. Il a précédemment déclaré que «dans une société libre et démocratique, les plaidoyers pacifiques dirigés contre un gouvernement ou ses politiques ne doivent jamais être réduits au silence», mais il ne semble pas voir le danger qu’il y a à adopter une politique qui cherche à fermer efficacement le discours politique critique Israël. Malgré les problèmes de fond inhérents à cette redéfinition de l’antisémitisme, Singh la présente comme une approche qui pourrait démasquer des formes d’antisémitisme.

Dans la définition de l’IHRA, 7 des 11 exemples d’antisémitisme se rapportent à la critique d’Israël. L’opposition à la mise en œuvre de la définition de l’IHRA a été exprimée par 300 universitaires canadiens qui ont signé la lettre ouverte de Independent Jewish Voices Canada condamnant cette initiative. 

Les commentaires de Singh au CIJA ne correspondent pas aux opinions des électeurs néo-démocrates et, en particulier, des électeurs juifs néo-démocrates. Dans un  mené par l’IJV, nous avons constaté que 65% des électeurs juifs du NPD ont des opinions négatives sur le gouvernement israélien. De plus, alors que Singh déclare dans le podcast CIJA qu’il s’oppose au mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS), le même sondage a montré que 62% des Canadiens considèrent le BDS comme un outil raisonnable pour la réalisation des droits humains des Palestiniens. Dans un sondage publié en 2017 par IJV et Canadiens pour la justice et la paix au Moyen-Orient (CJPMO), 84% des électeurs néo-démocrates jugent que l’idée de les sanctions contre Israël est raisonnable. Selon le même sondage, 72% des électeurs juifs du NPD pensent que les accusations d’antisémitisme sont utilisées pour réduire au silence critique d’Israël. 

Jagmeet Singh doit expliquer aux progressistes pourquoi il a inversé sa position à l’égard de la Palestine. S’il veut préserver sa propre crédibilité politique et morale, le NPD ne peut plus se permettre de rejeter les préoccupations de la majorité de ses membres, juifs et non-juifs, en ce qui concerne la Palestine.

Sheryl Nestel est membre du comité directeur national de Independent Jewish Voices Canada. Elle est auteure et a été chargée de cours principale en sociologie à l’Institut d’études pédagogiques de l’Ontario de l’Université de Toronto de 2000 à 2012. Elle a vécu en Israël de 1973 à 1988.