Canada : l’épidémie racialisée

0
101

Edward Hon-Sing Wong, Briarpath,   3 février 2020  

En tant que personne qui a grandi à Hong Kong pendant l’épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), je connais bien le traumatisme et la détresse associés aux épidémies. L’école avait été annulée pendant près d’un mois, mes yeux étaient rivés au décompte quotidien des morts à la télévision. La peur et la panique étaient palpables, les centres commerciaux et restaurants généralement bondés de la ville étant vidés. Mais cette peur légitime de la maladie ou de la perte peut aussi souvent se confondre avec un racisme profondément ancré, où la peur devient une licence pour la xénophobie. Ce fut certainement le cas lors de l’épidémie de SRAS au Canada – aujourd’hui, nous assistons à une reprise avec la nouvelle éclosion de coronavirus (2019-nCoV).

L’épidémie de SRAS en 2003 a eu de graves conséquences pour la santé de nombreuses personnes au Canada, avec 438 cas suspects et 44 décès. Mais pour les communautés chinoises et sud-asiatiques au Canada, cela a été aggravé par de graves implications sociales et économiques. Le racisme anti-asiatique, attisé par les médias grand public, a entraîné des pertes financières importantes pour de nombreuses entreprises et restaurants chinois et d’Asie du Sud-Est, car les clients sont restés à l’écart – avec des pertes estimées à 40 à 80% dans les quartiers chinois de Toronto. Les travailleurs chinois et du sud-est asiatique – y compris les aides familiales et les employés des restaurants – qui ont perdu leur emploi en masse , souvent en raison d’une présomption raciste, ont été particulièrement touchés . Il y a également eu des incidents quotidiens de harcèlement verbal et de violence physique contre des personnes supposées chinoises.

La semaine dernière, la section de Toronto du Conseil national des Canadiens chinois – que je copréside – a reçu des appels téléphoniques et des courriels en colère plaçant la communauté chinoise responsable de l’épidémie de coronavirus. Des messages racistes et de fausses nouvelles trompeuses circulent sur les réseaux sociaux. Peter Akman, un journaliste de CTV, a été licencié pour une publication sur Instagram où il laissait entendre qu’il risquait de contracter la maladie de son barbier asiatique. J’ai parlé à des Chinois qui m’ont dit que leurs propriétaires demandaient comment expulser des locataires chinois par crainte de la maladie et qui ont signalé un comportement discriminatoire dans les bureaux du gouvernement et les magasins.

Mais ces incidents ne sont pas une réponse sans précédent à la crise; au lieu de cela, ils sont enracinés dans une longue histoire de définition du peuple chinois comme étant intrinsèquement malade et non hygiénique. En 1890, lors d’une crise de choléra à Vancouver, la presse locale a demandé au gouvernement de prendre des mesures contre Chinatown. Bien qu’il n’y ait aucun récit de choléra survenu dans le quartier, le conseil municipal a désigné Chinatown comme une «entité officielle» dans les rondes des médecins hygiénistes et les rapports des comités de santé, une désignation qui oblige le personnel de la ville à placer le quartier sous un examen plus attentif pour voir s’il y a des infractions à la loi. Aucun autre quartier n’a reçu une telle désignation. 

Ces alertes à la santé publique fondées sur la race ont eu un impact durable sur la politique gouvernementale. La toute première loi canadienne sur l’immigration, la Loi sur l’ immigration de 1869, était en partie justifié par la nécessité supposée de stopper la propagation de maladies comme le choléra et la tuberculose – les immigrants devaient fournir des documents indiquant s’ils étaient malades ou handicapés avant leur voyage au Canada. Ceux qui étaient soupçonnés d’être contagieux pouvaient se voir refuser l’entrée. Le mouvement pour l’hygiène mentale des années 1910 et 1920, motivé par la conviction que les personnes racialisées étaient « mentalement déficientes  », s’est battu pour améliorer la santé mentale des Canadiens grâce à des politiques eugéniques, y compris la ségrégation, la stérilisation et le contrôle de l’immigration. Une clause de la loi empêchait l’arrivée de personnes handicapées – présentes comme contraignantes pour la société.

L’épidémie actuelle a également déclenché des pétitions et des appels à l’utilisation d’une quarantaine à grande échelle et de restrictions frontalières visant le peuple chinois. Des milliers de parents ont demandé au York Region District School Board à garder les élèves avec leur famille qui ont visité l’école en Chine depuis 17 jours. Ces appels – comme celui demandant au gouvernement de suspendre tous les vols de la Chine vers le Canada – font allusion au fait que les Chinois cachent des symptômes. Un commentateur a qualifié le coronavirus de «maladie chinoise». Pourtant, des spécialistes de la santé publique comme le Dr Rebecca Kats et le Dr Tom Inglesby ont montré que les restrictions de voyage largement appliquées ont eu, au mieux, des résultats mitigés. Au pire, ces interventions ont exacerbé la crise en semant la panique , en empêchant l’arrivée de l’aide internationale et des experts et en créant des pénuries alimentaires . Cela a été le cas lors de précédentes tentatives de mise en œuvre de quarantaines de masse et d’interdiction de voyager en réponse au VIH / sida, au H5N1, au H1N1 et à l’ébola.

Au lieu de plaider pour des politiques motivées par la peur raciste, une meilleure réponse aux épidémies serait de contester l’affaiblissement de notre infrastructure de santé publique. En Ontario, où les premiers cas de coronavirus ont été signalés au Canada, le gouvernement Ford est en train de regrouper 35 bureaux de santé publique en 10 unités. Ces bureaux de santé publique offrent des programmes de vaccination, des enquêtes sur les éclosions de maladies infectieuses et des inspections de restaurants – tous cruciaux pour la prévention et le contrôle des flambées. On craint que la consolidation ne conduise à des licenciements qui affectent la prestation de services, car les unités regroupées devront desservir des zones géographiques beaucoup plus étendues. Et le gouvernement Ford va de l’avant avec des plans de réduction des dépenses provinciales de santé publique, laissant aux municipalités la responsabilité de couvrir à elles seules 30% de tous leurs frais de santé publique. Il y a également eu des coupures dans la cybersanté, les services d’ambulance et la recherche médicale. Ces coupes se produisent parallèlement à l’abolition par le gouvernement de la Loi sur les normes d’emploi – éliminant les jours de maladie payés et obligeant les travailleurs à fournir des notes de maladie pour prendre un congé. En forçant les travailleurs malades à se présenter au travail, le gouvernement Ford a porté un coup critique à l’atténuation de la transmission des maladies.

Enfin, dans cet air de panique et d’anxiété, la réaction la plus accablante à la flambée actuelle a été le mépris insensé des personnes les plus touchées. Les amis et la famille au Canada avec leurs proches dans les points chauds du coronavirus sont désespérément inquiets. Et pourtant, ces proches, et en fait les Chinois en général, ont été décrits par beaucoup comme des «zombies» ou des «ravageurs». À la lumière de la mauvaise gestion et de l’abandon du gouvernement, les habitants de Wuhan se sont mobilisés sur la base de l’entraide, avec des bénévoles assurant le transport des prestataires de soins de santé, distribuant des fournitures aux hôpitaux sous-équipés et fournissant des abris et de la nourriture à ceux qui en ont besoin. Peut-être pouvons-nous apprendre quelque chose de ceux qui ont bravement affronté la crise sur la première ligne de l’épidémie. 

Edward Hon-Sing Wong est candidat au doctorat au programme de doctorat en travail social de l’Université York et coprésident de la section de Toronto du Conseil national des Canadiens chinois.