Canada : les travailleurs agricoles étrangers paient la note

0
236

La pandémie révèle sans aucun doute les carences de la société canadienne.

Que ce soit dans les foyers de soins de longue durée privés à but lucratif à travers le pays, dans l’industrie de transformation de la viande, ou dans les serres et les champs où les travailleurs migrants peinent, le manque de surveillance, de réglementations et, dans certains cas, manque d’humanité, sont de plus en plus évidents.

Le sort des travailleurs migrants – les conditions de travail et de vie, les bas salaires – n’est pas nouveau mais il fait à nouveau la une des journaux. La pandémie rend les préoccupations de longue date encore plus critiques.

Les histoires racontées sur le logement insalubre, le surpeuplement dans les dortoirs, les travailleurs malades ne recevant pas de soins médicaux, les travailleurs forcés de travailler pendant la quarantaine, le salaire de quarantaine non perçu par les travailleurs, et plus encore, sont choquants.

Toutes les exploitations agricoles ne sont pas un problème et tous les travailleurs agricoles ne sont pas touchés. Mais suffisamment, les statistiques sur les maladies et les décès parmi les travailleurs migrants dus au COVID-19 sonnent l’alarme.

L’Ontario compte entre 20 000 et 25 000 travailleurs migrants pour son industrie agricole et ces travailleurs représentent entre 30 et 40 pour cent de tous les travailleurs agricoles de la province. En 2018, plus de 54 000  travailleurs agricoles étrangers sont venus au Canada, soit environ 20% de tous les travailleurs agricoles.

Depuis plus de 50 ans, des travailleurs agricoles étrangers viennent au Canada dans l’espoir d’économiser de l’argent pour les renvoyer chez eux au Mexique et dans d’autres pays d’Amérique latine et des Caraïbes.

Souvent, ces travailleurs sont restés silencieux sur les conditions de travail de peur de perdre leur emploi et d’être expulsés. Mais au cours des dernières années, certains de ces travailleurs ont commencé à s’auto-organiser et à partager plus d’informations sur leur situation.

En mars, le gouvernement fédéral a été invité à considérer les travailleurs agricoles étrangers comme essentiels à la production alimentaire et à ouvrir les frontières pour leur entrée. La décision a été d’autoriser ces travailleurs agricoles dans le pays tant qu’ils ont été mis en quarantaine pendant 14 jours.

Maintenant, avec COVID-19, les mauvaises conditions de travail, la peur de la maladie et de la mort, le manque de paiements pendant la quarantaine et d’autres problèmes aggravés par la pandémie ont fait en sorte qu’un plus grand nombre de travailleurs appellent des lignes d’assistance téléphonique.

Au début d’avril, une éclosion a été signalée chez  des travailleurs étrangers temporaires dans une pépinière de Kelowna, en Colombie-Britannique . Depuis la mi-avril en Ontario, il y a eu des centaines de cas confirmés de COVID-19 parmi les travailleurs migrants dans les comtés de Chatham-Kent, Windsor-Essex et Haldimand-Norfolk.

En avril, 47 employés (pour la plupart des travailleurs étrangers temporaires) employés par Greenhill Produce, une grande exploitation de serres à Chatham-Kent dans le sud de l’Ontario, se sont révélés positifs pour COVID-19. Ces travailleurs étaient dans le pays depuis au moins quatre mois avant d’être testés positifs.

Puis, à la mi-mai, les cas de COVID-19 dans le comté de Windsor-Essex ont atteint un sommet lorsque 35 autres cas ont été confirmés chez des travailleurs migrants employés dans différentes installations.

Le 30 mai, Bonifacio Eugenio-Romero, un travailleur migrant de 31 ans originaire du centre du Mexique, est devenu le premier travailleur agricole étranger à mourir en Ontario de COVID-19. Eugenio-Romero était au pays depuis début avril et travaillait pour Woodside Greenhouses Inc. à Kingsville, en Ontario.

Le 5 juin, un deuxième travailleur, Rogelio Muñoz Santos, 24 ans, qui travaillait également dans une ferme de Windsor-Essex, est décédé. Et, alors que je préparais cette chronique, un autre décès a été annoncé. Le 20 juin, Juan López Chaparro, 55 ans, père de quatre enfants, est décédé aux soins intensifs de l’hôpital universitaire de London, en Ontario. Il travaillait à la ferme Scotlynn dans le comté de Norfolk et était malade depuis début mai.

Afin de suivre et de réduire l’épidémie de cas dans le sud-ouest de l’Ontario, un centre de dépistage a été mis en place et ouvert le 9 juin. Le centre était prêt à tester près de 8 000 travailleurs migrants employés dans le sud de l’Ontario, mais le 17 juin, il avait testé un peu plus de 750 travailleurs et prévoyait de fermer par manque de participation.

Pourtant, à cette même date, environ 350 cas de COVID-19 parmi les travailleurs migrants avaient été confirmés, les autorités sanitaires locales travaillant activement à endiguer l’épidémie.

Le 8 juin, la Migrant Workers Alliance for Change, une coalition de 28 organisations nationales et locales qui soutiennent les travailleurs migrants, a publié un rapport qui détaille les conditions auxquelles certains de ces travailleurs sont confrontés.

«Avertissements non respectés: Covid-19 et les travailleurs migrants au Canada»  comprend également plusieurs recommandations de changement. La recherche pour ce rapport est basée en grande partie sur les informations des travailleurs migrants de l’Ontario qui ont contacté la ligne d’assistance de la MWAC pour obtenir de l’aide pendant cette pandémie entre le 15 mars et le 15 mai.

« Unheeded Warnings » fournit également des détails sur les très grandes exploitations agricoles où de nombreuses épidémies se sont produites et comment, dans ce modèle d’agriculture industrialisé, le profit est prioritaire sur les droits de l’homme et la santé.

Le rapport note par exemple que l’une des plus grandes exploitations agricoles de l’Ontario, le groupe Scotlynn, où une éclosion de COVID-19 a été signalée fin mai, génère plus de 73,88 millions de dollars de ventes annuelles et expédie 70% de sa récolte de maïs sucré et de citrouille. aux États Unis.

Selon le rapport du MWAC, certaines de ces fermes d’entreprise mettent de côté des problèmes de santé publique tels que les règles de quarantaine et d’isolement, la distanciation sociale dans les champs et dans le logement, ne respectant pas les obligations contractuelles telles que la fourniture de cartes de soins de santé, et plus encore. Dans d’autres cas, les travailleurs saisonniers continuent de travailler même s’ils peuvent être malades de peur de perdre leur emploi ou leurs revenus indispensables.

Dès mars, la Migrant Workers Alliance a écrit des lettres au gouvernement fédéral concernant les protocoles de quarantaine et de sécurité dans les exploitations agricoles, ainsi que le soutien du revenu pour les travailleurs agricoles incapables de travailler.

Dans le cas de COVID-19, la menace globale d’être expulsé a suffi à garder de nombreux travailleurs silencieux et à risquer leur santé et celle de leurs collègues.

Pendant ce temps, avec neuf fermes en flambée active près de Windsor, en Ontario, et plus de 340 cas confirmés de COVID-19 parmi les travailleurs migrants dans cette région, le président du Mexique, Andres Manuel Lopez Obrador, a temporairement empêché environ 5 000 travailleurs migrants mexicains de venir au Canada, demandant plus des informations sur les décès récents.

Au cours des derniers jours, les travailleurs ont repris leur voyage au Canada après que le premier ministre Justin Trudeau et le président mexicain ont convenu d’augmenter les inspections, les protocoles de sécurité, ainsi que davantage de soutien aux fonctionnaires et aux travailleurs mexicains pour identifier et signaler les conditions de travail dangereuses.