Canada : penser vert ou penser militaire

0
141

«Nous sommes à un moment charnière de la transformation verte», a déclaré la ministre des Finances Chrystia Freeland à la Chambre des communes lors de la publication du budget fédéral 2021. « Nous pouvons diriger, ou nous pouvons être laissés pour compte. Notre gouvernement sait que le seul choix pour le Canada est d’être à l’avant-garde. »

Le budget prévoit 17,6 milliards de dollars en nouvelles dépenses pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et passer à une économie à faible émission de carbone en soutenant la «transformation industrielle» et en dépensant de l’argent pour attirer les investissements privés dans les «technologies propres».

Jusqu’à présent, les environnementalistes sont peu enthousiastes. Selon Sven Biggs de Stand.earth, le budget montre que le gouvernement Trudeau «investit dans des programmes de réduction des émissions d’un seul souffle, et annonce un nouveau soutien financier et des allégements fiscaux pour certains des pires pollueurs climatiques dans le prochain».

Certains des «pires pollueurs climatiques» peuvent être trouvés dans un aspect du budget qui a reçu très peu d’attention jusqu’à présent – même ignoré par les groupes climatiques.

Financer l’armée

Nous avons tendance à oublier que tous ces avions de combat, chars, navires de guerre, véhicules de transport aérien, jeeps, hélicoptères, Humvees et drones brûlent d’énormes quantités de pétrole, de diesel et de gaz et sont de grands pollueurs climatiques. En effet, l’armée mondiale est de loin le plus grand producteur d’émissions de gaz à effet de serre.

Selon le journalise de la CBC, le gouvernement libéral prévoit de consacrer 163 millions de dollars sur cinq ans à la modernisation de la défense continentale. De cette somme, 111 millions de dollars sont mis de côté pour revitaliser le NORAD, le Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord.

D’après mes calculs, le nouveau budget représente 1 098,1 millions de dollars, soit plus d’un milliard de dollars en nouveau financement pour la défense au cours des cinq prochaines années. N’oublions pas le nouveau financement de 62 milliards de dollars que les libéraux de Trudeau ont promis en 2019, ce qui a porté les dépenses militaires du Canada au cours des 20 prochaines années à 553 milliards de dollars. Maintenant, ils ajoutent un milliard supplémentaire à l’onglet.

Une partie de cet argent servira à acheter 88 nouveaux avions de combat et 15 nouveaux navires de guerre. Boeing, Lockheed Martin et Saab sont en concurrence féroce pour les contrats d’avions de chasse, la décision du cabinet fédéral étant imminente.

Faire progresser le militarisme

Outre le nucléaire, le complexe militaro-industriel a également besoin de cobalt et de terres rares pour bon nombre de ses armes avancées. Alors maintenant, nous pouvons commencer à voir la raison derrière la poussée pour les petits réacteurs modulaires utilisés dans l’exploitation minière hors réseau au Canada. On nous dit que le cobalt et d’autres minéraux seront principalement destinés aux véhicules électriques, mais en réalité, les États-Unis ont désespérément besoin de minéraux pour l’armement.

Les minéraux ont été jugés « essentiels pour la défense nationale » par Washington – nécessaires pour les véhicules blindés, les missiles à guidage de précision, les bombes intelligentes, le stockage et autres batteries, les lunettes de vision nocturne, les avions, les moteurs à disque dans les réservoirs, les lasers, les satellites communications, ainsi que radar et sonar sur les sous-marins et les navires.

C’est pourquoi les États-Unis s’assurent des chaînes d’approvisionnement avec le Canada afin d’obtenir ces métaux.

L’éléphant dans la pièce

Lors des négociations l’Accord de Kyoto sur le climat, les Etats-Unis ont insisté pour que le Pentagone soit exempté de tous les accords internationaux sur le climat. En conséquence, toutes les opérations militaires américaines dans le monde et aux États-Unis sont exemptées de la mesure ou de la réduction des émissions de carbone. De plus, l’armée américaine a insisté en 1998 sur le fait que lors de toutes les futures discussions formelles sur le climat, les délégués sont empêchés de discuter de l’empreinte carbone de l’armée.