Chili : entre le processus constituant et la crise

0
46

Sébastian Vielmas, 3 mai 2021

En octobre 2019, le Chili se « réveille » et la soi-disant « explosion sociale » finit par mettre en lumière les inégalités et les fractures de sa société. Bien que le président millionnaire, Sebastián Piñera, ait affirmé qu’il ne l’avait « pas vu venir », cela fait plus de 15 ans que les mobilisations sociales sont descendues dans les rues du pays : mouvement étudiant, mouvement féministe, pour la réforme de la sécurité sociale… En fait, cette année marque le 10e anniversaire des mobilisations étudiantes massives qui ont mis en échec le premier gouvernement de Piñera. Au contraire, l’élite ne voulait pas voir ce qui se passait réellement.

La traduction institutionnelle de ce soulèvement, en 2019, a été un accord pour « la paix et la nouvelle constitution » qui a semé la division au sein de la gauche et des forces mobilisées en raison des limites d’une fin négociée de la Constitution de Pinochet[1]. Cependant, une fois que les processus électoraux s’approchent, ces forces critiques se joignent à la campagne pour le référendum qui lance le processus constituant, et ensuite, à l’élection des constituants conventionnels.

C’est ainsi que le 25 octobre 2020, une majorité écrasante vote pour une nouvelle constitution écrite à travers une convention constitutionnelle élue à 100 %. Seule la moitié des électeurs se rend aux urnes : on suppose que le taux de participation aurait été plus élevé s’il n’y avait pas eu la pandémie. Les élections municipales et régionales auraient dû avoir lieu le même jour. Pour réduire les risques sanitaires inhérents à une élection avec plus de catégories, qui prendrait plus de temps, ces élections municipales et régionales sont reportées à avril 2021, prolongeant les mandats des élus locaux et les ajoutant aux élections des délégués à la convention constitutionnelle.

En mars 2021, la réalité montrera que la mauvaise gestion de la santé du gouvernement Piñera empêchera la tenue de ces élections. Bien que le Chili ait été l’un des pays où la proportion de sa population vaccinée était la plus élevée, à la fin du mois d’avril, le taux d’infection par habitant est même supérieur à celui du Brésil. Les raisons de ces chiffres seraient le « triomphalisme » du gouvernement quant au succès de la campagne de vaccination, un système de quarantaine dynamique qui ne parvient pas à limiter les contacts communautaires et l’absence d’un réseau de protection sociale pour les personnes qui doivent cesser de travailler ou qui ont définitivement perdu leur emploi.

Ainsi, les élections des constituantes, municipales et régionales se tiendront les 14 et 15 mai 2021 après une réforme constitutionnelle adoptée à la hâte fin mars. Dans le même temps, l’opposition parlementaire, qui est majoritaire[2] (composée par le parti chrétien-démocrate, le centre-gauche traditionnel et un camp de gauche radical fragmenté), demande au gouvernement de prendre de nouvelles mesures pour soutenir les revenus des familles touchées par les nouvelles mesures sanitaires prises pour réduire les contagions, et éventuellement assurer la tenue de ces élections. Il convient de noter que le calendrier électoral prévoit également une élection présidentielle et parlementaire en octobre 2021.

Comme c’est la tendance depuis le début de la pandémie, Piñera n’a pas proposé un ensemble cohérent et universel de mesures. À ce jour, toutes les mesures sont ciblées avec des exigences spécifiques qui marginalisent de nombreuses personnes, notamment celles qui sont informelles et n’ont pas de contrat de travail. Cela a conduit à l’accélération d’un nouveau projet de loi de l’opposition visant à permettre aux personnes de retirer 10 % de leur épargne retraite pour compenser la baisse des revenus, en particulier pour les personnes de la classe moyenne qui ne bénéficient pas d’autres mesures ciblant les personnes le plus dépourvues. Vers la fin avril 2021, deux retraits de 10 % des fonds de pension ont déjà été approuvés.

La gauche a approuvé ces projets comme un « moindre mal », car il s’agit de l’épargne des travailleurs qui est utilisée au lieu d’utiliser la capacité d’endettement de l’État chilien. Sebastián Piñera, pour sa part, essayant de protéger les intérêts des administrateurs de fonds de pension privés, a d’abord opposé son veto au projet de loi et l’a envoyé à la Cour constitutionnelle, une institution délégitimée par ses origines de Pinochet et son conservatisme. Cependant, le TC a surpris et n’a pas admis l’appel du président, qui a fini par promulguer ce troisième retrait.

Il convient de rappeler qu’au Chili, la sécurité sociale et les pensions sont totalement privatisées (à l’exception d’une misérable pension de solidarité de base qui n’atteint pas 40 % du salaire mensuel minimum). En 2016, un mouvement social a émergé avec force demandant la fin des AFP (le nom des gestionnaires de fonds de pension privés). Les retraits des fonds de pension rendent plus évident l’échec du système de fonds de retraite privatisé, mais il n’existe pas de nouveau système de sécurité sociale pour le remplacer et assurer un minimum de dignité aux personnes âgées.

Ce n’est qu’un exemple de la multitude de défis auxquels la gauche est confrontée, en particulier ceux qui aspirent à avoir un pied dans la rue et un autre dans les institutions politiques, en raison de l’imbrication de la crise économique, sanitaire et de légitimité des acteurs politiques et des attentes élevées de la population pour le processus constituant. Les résultats des élections des 14 et 15 mai, notamment les sièges remportés par la gauche partisane, en dehors du centre gauche traditionnel et la gauche indépendante détermineront en partie la corrélation des forces pour la nouvelle période.

[1] Voir Frank Gaudichaud. Au Chili, le pari de la Constitution. Le monde Diplomatique. Avril 2021, p. 9.

[2]  Le système politique chilien est présidentialiste, ce qui explique pourquoi, lors des dernières élections, Piñera a remporté la présidence au second tour alors qu’il n’a obtenu qu’une minorité parlementaire. Néanmoins, au cours des deux premières années du mandat de Piñera, il a pu faire passer des projets de loi grâce aux votes des parlementaires du centre et du centre gauche.