Chili : la révolte contre le capital

0
290

Pierina Ferretti et Mia Dragnic, extrait dun texte paru dans Viewpoint 13 février 2020

Peinture murale réalisée par les brigades Ramona Parra.

Début octobre 2019, une augmentation de 0,04 $ du prix du métro est entrée en vigueur dans la ville de Santiago. Quelques jours plus tard, des lycéens ont commencé à organiser des journées d’action directe, appelant les gens à éviter de payer le billet en signe de protestation contre la mesure imposée par le gouvernement. Le fait de sauter par-dessus les tourniquets dans les stations de métro s’est propagé rapidement et les organisations étudiantes ont appelé à une journée d’évasion massive le vendredi 18 octobre, sous le slogan «Évitez, ne payez pas, une autre forme de lutte». La population a répondu massivement à l’appel et des manifestations ont eu lieu dans les principales stations de métro de la ville, qui ont subi une répression brutale de la part des Carabineros du Chili (une force de police armée relevant du ministère de l’Intérieur) et la suspension des transports publics dans plusieurs points centraux. du Santiago. Cette situation a conduit au chaos aux heures de pointe, alors que des millions de résidents rentraient chez eux après leur travail. À la tombée de la nuit, la population, indignée de l’action de la police et de la réaction du gouvernement, s’est répandue dans les rues, cognant la casserole. Les barricades ont grimpé dans toute la ville, et en quelques heures, le plus grand soulèvement social du pays avait commencé, passant d’une réaction à l’augmentation des tarifs à une protestation générale face  aux conditions de vie imposées pendant plus de quarante ans de néolibéralisme orthodoxe. .

Quelques jours avant le début de la révolte populaire, Sebastián Piñera, l’homme d’affaires multimillionnaire qui accomplit son deuxième mandat à la présidence, a décrit le Chili comme une «oasis de paix» au milieu d’une Amérique latine en ébullition. Ses paroles coïncidaient avec l’image que le pays avait exportée vers le reste du monde pendant des décennies: une démocratie stable, des indices macroéconomiques favorables, une réduction de la pauvreté, une augmentation du revenu par habitant, des niveaux élevés d’accès aux biens de consommation, faisant du Chili le cas exceptionnel d’un néolibéralisme réussi dans une région traversée par l’instabilité politique et la résistance populaire à l’application des recettes monétaires. 

La marchandisation de toutes les sphères de la vie sociale – y compris l’eau, les soins de santé, l’éducation et les pensions – et la constitution d’un État au service de l’accumulation des entreprises par le biais de subventions aux prestataires privés de services sociaux, sont à la base du néolibéralisme créole au Chili depuis quatre décennies et demie. Ces deux tendances ont entraîné une augmentation continue des inégalités et l’accumulation de niveaux élevés de mécontentement social dans des segments de plus en plus larges de la population.  Le 1% supérieur de la population concentre 26% du PIB, tandis que les 50% des ménages à faible revenu ne détiennent que 2,1% de la richesse du pays, 2 ce qui fait du Chili le pays le plus inégalitaire de l’OCDE et l’un des trente pays avec la pire répartition des revenus au niveau mondial.  50 % des travailleurs gagnent environ 460 $ par mois et les paiements de pension sont en moyenne de 340 $,  ce qui est en dessous de la ligne de pauvreté selon les statistiques officielles. Cette situation explique en grande partie le niveau d’endettement élevé de la population qui a atteint au cours du dernier trimestre de 2019 des niveaux qui représentent 75% du revenu disponible des ménages chiliens. 

Devant ces conditions, il y a un sentiment croissant d’épuisement et de prise de conscience de vivre dans un pays injuste, où les citoyens doivent faire d’énormes efforts pour joindre les deux bouts tandis que les grandes entreprises bénéficient d’un système conçu pour elles. Les cas répétés de collusion sur les prix des produits de base, d’évasion fiscale, de fraude fiscale par les militaires et les mousquetons, entre autres affaires et corruption d’État, ont épuisé la patience de ceux qui ressentent le poids de ces abus. «Ce n’est pas 30 pesos, c’est 30 ans» a été l’un des premiers slogans issus de cette révolte et l’un de ceux qui résument le mieux son sens. Le peuple chilien a accumulé de la rage, de l’indignation et des frustrations pendant des décennies, jusqu’à ce que l’augmentation du prix du métro soit le détonateur d’un tremblement de terre social qui, entre autres,

Nouvelle composition sociale et limites des gauches

Depuis le début des années 2000, d’innombrables conflits sociaux se sont développés en relation avec la dépossession des ressources naturelles et des services sociaux, notamment, les luttes contre la privatisation de l’eau et son vol par les entreprises agricoles, les luttes des communautés contre les méga-mines et la contamination des soi-disant «zones de sacrifice», les luttes des travailleurs précaires des secteurs public et privé, les mobilisations massives pour le droit à l’éducation et à un nouveau système de retraite.

La révolte d’octobre survient dans ce cycle de défis au néolibéralisme marque un tournant en raison de son ampleur et de sa composition sociale. Ce qui est nouveau, c’est le fait que la majorité de la population descend spontanément dans la rue. 

De l’autre côté, contrairement à d’autres processus de mobilisation sociale récente, qui étaient dirigés par des acteurs organisés capables de mobiliser un grand nombre de personnes, comme le mouvement étudiant, la caractéristique prédominante de cette révolte est son caractère organique et spontané et le manque de leaders identifiables. Les rues ont été submergées par un peuple qui, sans être appelé par aucune organisation – et avant même que ces organisations ne soient capables de réagir – s’est tourné vers la protestation de manière complètement spontanée. L’énorme massivité et transversalité de la mobilisation a atteint son apogée le 25 octobre, lorsque plus de 1 200 000 personnes se sont rassemblées dans les rues de Santiago. L’absence de bannières des partis politiques ou des grands mouvements politiques dans les concentrations semble signifier que l’immense majorité des participants ne sont pas issus d’organisations politiques traditionnelles, ni n’appartiennent aux cultures militantes de la gauche historique. Au lieu de cela, la présence de drapeaux mapuche (les wenufoye et Wüñellfe) a été très importante, ainsi que le bandana vert qui symbolise la lutte pour l’accès à l’avortement, ainsi que les bannières et les maillots des principales équipes de football. Cela révèle qu’au Chili, à l’instar de ce qui s’était produit auparavant dans plusieurs pays d’Amérique latine et des Caraïbes, les modes traditionnels de politique sont épuisés, démontrant l’incapacité et les limites de la démocratie représentative pour canaliser les aspirations des majorités sociales. 

Ainsi, cette révolte populaire survient à un moment où les formes traditionnelles qui articulaient le mouvement ouvrier, le champ populaire et les classes moyennes – syndicats, partis historiques de gauche et de centre-gauche – ont connu des processus continus d’effondrement et de vidange. Ces processus peuvent s’expliquer par une combinaison de facteurs allant des transformations de la composition et de la structure de la classe ouvrière, qui ont miné les organisations syndicales, à la collusion entre les élites politiques, y compris celles du centre-gauche, avec les intérêts des entreprises, qui a finalement délégitimé le système politique dans son ensemble. Pour donner quelques exemples, actuellement au Chili, la syndicalisation atteint à peine 20%. Par conséquent, une énorme masse de travailleurs, en particulier ceux qui soumis aux conditions d’exploitation et de précarité les plus dures, ne sont pas représentés par la structure syndicale. En ce qui concerne la politique des partis, la distance avec l’ensemble de la société continue de s’approfondir. Si en 1988, alors que la dictature touchait à sa fin, seulement 6% de la population identifiée comme n’ayant pas de position politique, ce chiffre est aujourd’hui de 63%, ce qui est cohérent avec les niveaux élevés d’abstention électorale, qui dépassaient 50% lors de la dernière élection présidentielle.  Si en 1993, 37% de la population se déclaraient de gauche, aujourd’hui seulement 14% s’identifient aux partis historiques (le Parti communiste et le Parti socialiste) et à la nouvelle gauche (Frente Amplio). 

Le peuple de la rue est hétérogène dans sa composition sociale et générationnelle, il exprime les nouvelles formes de travail, les nouvelles exclusions provoquées et intensifiées par la modernisation néolibérale, ainsi que les nouvelles subjectivités façonnées par les promesses d’intégration sociale par l’intégration au travail marché, l’enseignement supérieur et la consommation, et, souvent, par la frustration de ces attentes, qui sont inaccessibles dans les conditions de précarité et d’insécurité qui prévalent. De cette façon, les mobilisations réunissent lycéens et étudiants, jeunes professionnels précaires, habitants des quartiers périphériques, secteurs d’une «classe moyenne» fragile et instable, clubs de supporters de football (symbole de la jeunesse pauvre et stigmatisée), salariés qualifiés et non qualifiés, retraités et les personnes âgées, employés de bureau, entre autres. La condition partagée par cet ensemble marbré de groupes sociaux est la précarité vécue à un degré plus ou moins grand, ressentie comme une menace ou vécue comme une réalité effective, la colère face aux abus de l’élite économique et politique et un rejet transversal des politiques institutionnelle. 

Scènes d’une révolte expansive

Au cours des trois mois de la révolte, les mobilisations se sont mutées, étendues et multipliées dans différents espaces et territoires. Elles sont passés des rues et des places aux quartiers et aux lieux de travail et d’études, de la spontanéité totale à l’organisation de nouvelles formes de résistance et de prise de décision collective. Les premières concentrations massives ont eu lieu dans l’une des places centrales de la ville, rebaptisée la Plaza de la dignité. Sans scènes ni orateurs, sans leaders ni metteurs en scène, la place et ses environs se sont transformés en un mélange de protestation, de fête et de guerre. Des jeunes en fête, des confrontations avec la police, des spectacles, des concerts improvisés et une multiplication des pratiques de désobéissance ont constitué le refus généralisé du couvre-feu imposé par le gouvernement dans les premières semaines.

La répression brutale déclenchée par le gouvernement a généré une organisation rapide de la résistance et des soins : des piquets de jeunes secourent les blessés et les transfèrent vers des points de soins médicaux hébergés dans des centres culturels, des fédérations étudiantes et des passages mis à disposition par des résidents des environs. D’autres fournissent une assistance juridique aux détenus et victimes de répression. Une ligne de front armée de boucliers improvisés composés d’antennes de télévision par satellite, de canettes, de panneaux de signalisation ou de planches en bois, affronte directement la police, permettant au reste des manifestants de rester relativement à l’abri des brutalités policières. 

Peu après le début du soulèvement, ainsi que des manifestations de rue et de grandes manifestations, des assemblées et des conseils ont été convoqués dans une multitude d’espaces sociaux à travers le pay s: quartiers, lieux de travail, centres d’étude, stades de football, réunions de quartier, etc. Dans ces rassemblements, des milliers de personnes se sont réunies pour discuter, faire des diagnostics des problèmes sociaux les plus urgents et élaborer des solutions et des propositions. Dans les assemblées, les participants identifient collectivement les formes de domination et d’exploitation, la précarité de la vie et du travail, l’exclusion de nombreuses personnes des décisions politiques qui affectent la société dans son ensemble et les inégalités qui se produisent et se maintiennent politiquement. Elles débattent du régime fiscal, de l’état du système public de santé, de la question des retraites.

Ainsi, en quelques semaines, se sont développées des formes d’auto-organisation populaire surprenantes par leur niveau de complexité, leur capacité à résoudre les problèmes imposés par la répression policière et à articuler la prise de décision collective. 

Contre la capture néolibérale de la démocratie et de la reproduction sociale

Récupérer le pouvoir de décision de la majorité sur les conditions de reproduction sociale devient fondamental dans le cadre des luttes en cours. C’est pourquoi la demande d’une nouvelle constitution politique est devenue centrale, car elle représente la possibilité d’établir de nouvelles bases pour la vie commune et de mettre fin aux liens hérités de la dictature. L’horizon d’une nouvelle constitution qui consacre les droits sociaux, qui reconnaît le caractère plurinational de l’État et les droits des nations qui vivent sur ce territoire, qui rend possible des formes substantielles de démocratie (plébiscites contraignants, initiatives législatives populaires, rappel des élus, etc.), a été ouvert pour la première fois dans l’histoire du pays par la force de la mobilisation sociale.