Coronavirus : les sanctions qui tuent

0
95

VIJAY PRASHAD – PAOLO ESTRADA, extrait de Counterpunch, 18 mars 2020

Le coronavirus (COVID-19), se précipite à travers les continents, sautant par-dessus les océans, terrifiant les populations dans tous les pays. Le nombre de personnes infectées augmente, tout comme le nombre de personnes décédées. On se lave les mains, on fait des tests et la distance sociale est devenue une nouvelle expression. On ne sait pas à quel point cette pandémie sera dévastatrice.

Au milieu d’une pandémie, on pourrait s’attendre à ce que tous les pays collaborent pour atténuer la propagation du virus et son impact sur la société humaine. On pourrait s’attendre à ce qu’une crise humanitaire de cette ampleur donne l’occasion de suspendre ou de mettre fin à toutes les sanctions économiques et blocus politiques inhumains contre certains pays. N’est-ce pas le moment pour le bloc impérialiste, dirigé par les États-Unis , de mettre fin aux sanctions contre Cuba, l’Iran, le Venezuela et une série d’autres pays?

Pénuries médicales

Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères Jorge Arreaza nous a dit récemment que «les mesures coercitives illégales et unilatérales que les États-Unis ont imposées au Venezuela sont une forme de punition collective». 

Sur le papier, les sanctions unilatérales américaines disent que les fournitures médicales sont exemptées. Mais c’est une illusion. Ni le Venezuela ni l’Iran ne peuvent facilement acheter des fournitures médicales, ni les transporter facilement dans leur pays, ni les utiliser dans leurs systèmes de santé largement publics. L’embargo contre ces pays – en cette période de COVID-19 – est non seulement un crime de guerre selon les normes des Conventions de Genève (1949) mais est un crime contre l’humanité tel que défini par la Commission du droit international des Nations Unies (1947).

En particulier, le gouvernement américain a clairement indiqué que toute entreprise avec le secteur public de l’Iran et du Venezuela était interdite. L’infrastructure sanitaire qui fournit la masse des populations en Iran et au Venezuela est gérée par l’État, ce qui signifie qu’il a des difficultés disproportionnées pour accéder à l’équipement et aux fournitures, y compris les kits de test et les médicaments.

Briser l’embargo

Arreaza nous a dit que son gouvernement était attentif aux dangers du COVID-19 avec une infrastructure sanitaire affectée par les sanctions. Le vice-président Delcy Rodríguez dirige une commission présidentielle pour gérer toutes les ressources disponibles. « Nous brisons le blocus », a déclaré Arreaza, « par le biais de l’Organisation mondiale de la santé, grâce à laquelle nous avons obtenu des médicaments et des tests pour détecter la maladie. » L’OMS, malgré sa propre crise de fonds, a joué un rôle clé au Venezuela et en Iran.

Néanmoins, l’OMS fait face à ses propres défis en matière de sanctions, en particulier en ce qui concerne les transports. Ces sanctions sévères ont forcé les sociétés de transport à reconsidérer la desserte de l’Iran et du Venezuela. Certaines compagnies aériennes ont cessé de voler là-bas; de nombreuses compagnies maritimes ont décidé de ne pas irriter Washington. Lorsque l’Organisation mondiale de la Santé a tenté d’obtenir des kits pour tester Covid-19 des Emirats Arabes Unis (EAU) en Iran, il face des difficultés.

La Chine, malgré ses propres difficultés avec COVID-19, a fourni des kits de test et du matériel médical à l’Iran et au Venezuela; c’est la réaction vigoureuse de la Chine au virus qui a maintenant ralenti sa propagation en Chine même. Fin février, une équipe de la Croix-Rouge de Chine est arrivée à Téhéran pour échanger des informations avec la Croix-Rouge iranienne et avec des fonctionnaires de l’OMS. Les sanctions, nous ont dit des responsables chinois, ne devraient pas avoir de conséquence lors d’une crise humanitaire comme celle-ci; ils ne vont pas les honorer.

Mettre fin aux sanctions

En 2019, un groupe de pays s’est réuni aux Nations Unies à New York pour discuter des sanctions unilatérales américaines qui violaient la Charte des Nations Unies. L’intention était de travailler par le biais du Mouvement des pays non alignés pour créer un groupe officiel qui répondrait à ces sanctions. Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères Arreaza nous a dit que le Venezuela soutenait cette initiative mais également la déclaration de principes rédigée par l’Iran contre l’unilatéralisme et la plainte officielle russe concernant le refus de visas pour les fonctionnaires se rendant au bâtiment des Nations Unies à New York.