« Nous sommes ceux que nous attendions »

1
353
Arbre debout sur fond de paysage, moitié sécheresse, moitié abondance - crédit IStock - Free

Manifeste pour la guérison et le salut de l’humanité et de la planète

Aux autorités de l’ONU, aux représentants des gouvernements et à la société civile mondiale réunis à Montréal pour la COP15 sur la biodiversité

Nous, les soussignés-es,

Des personnes aux trajectoires très diverses, mais aujourd’hui très unies dans le sentiment de faire quelque chose d’efficace et d’opportun «pour la Guérison et le Salut de l’Humanité et de la Planète en difficulté»,

Qui convergent vers le parrainage conjoint d’une «Table ronde» internationale et universelle informelle, spéciale et autonome, composée de personnes aux trajectoires expérientielles provenant de diverses cultures et civilisations du monde, pour la «Re-Rencontre et pour la Paix», sous cette «Grande tâche commune»,

Qui prévoit tenir une rencontre dans le cadre propice d’un habitat tel que la Sierra Nevada de Colombie, qui fait partie de la «ceinture tropicale amazonienne de l’Amérique du Sud»… représentatif à son tour de la grande biodiversité qui survit encore dans notre planète menacée… et sous la conduite de la sagesse des peuples autochtones ancestraux qui vivent encore sur la même et avec elle!

Dont le projet est déjà élaboré, et dont le texte de fond (en attendant pour le moment les ressources logistiques nécessaires à sa réalisation) est déjà disponible pour les personnes intéressées… dont l’éventuel programme peut planifier comme suit : (thèmes médiatiques, étroitement interconnectés, sur un même ensemble de diagnostics et de solutions possibles) :

i) La grande crise environnementale à multiples facettes (y compris le recours aux «Super technologies salvatrices spirituelles dépuratives et régénératrices»).
ii) La crise de la santé intégrale.
iii) La crise de la violence, des conflits, des migrations et des guerres.
iv) La crise de la corruption et les mafias (tyranniques, perverses et déformantes).
v) L’art d’une communication renouvelée, plus efficace et plus profonde : la musique, la poésie, la danse, la peinture et l’architecture sacrées; le langage et les accords spirituels basés sur le cœur et le sentiment (plutôt que sur de simples intellectuels «calculateur» des esprits physiques)… comme le montre l’Ordre naturel divin!

Nous déclarons que :

Jamais une telle humble — et en même temps si puissante — re-rencontre n’a été si nécessaire pour la Guérison et le Salut de l’Humanité et de la Planète! Et tous les signes que nous avons vus dans nos longues trajectoires expérientielles respectives l’attestent, sous diverses formes!

  1. Par ailleurs, nous ne négligeons pas que «le bâton de commandement» des Gouvernements et États du monde reste la clé… afin de parvenir à un tel «État de conscience commune de guérison et de salut» — malgré les lumières et les ombres de ces gouvernements — comme en témoignent les deux derniers sommets de Glasgow et d’Égypte (ironiquement, ce dernier fut également le lieu, il y a des années, du rêve — plus tard frustré — de la haute communauté de l’OPEP, envisagée par de nobles visionnaires universalistes fondateurs comme le Vénézuélien Pérez Alfonzo et le Saoudien Al Tariki!)
    et même si ce «bâton officiel» doit se dissoudre en fin de compte aujourd’hui, dans quelque chose de beaucoup plus élevé et de plus large… comme un nouveau ou renouvelé «Forum mondial pour la solidarité et la fraternité de tous».
  2. Par conséquent, nous faisons des vœux publics fervents pour que le nouveau Sommet de l’environnement de l’ONU à Montréal, qui débutera le 7 décembre, sous les auspices conjoints du Canada et de la Chine — par dessein divin, un signal prometteur – bien que politiquement, à l’heure actuelle, il semble être sous un nébuleux «court-circuit», qui, nous en sommes certains, sera surmonté pour le bien des intérêts supérieurs du monde!
  3. L’événement de Montréal, alors, doit être élevé pour être beaucoup plus réussi là où Glasgow et l’Égypte ont échoué! — mais dans lequel ils ont montré la voie précisément à cause de cela!
  4. Comme le dit la sagesse indigène ancestrale de mère Nature «livre ouvert de Dieu» : tout, le climat, la contamination, et la destruction de la biodiversité naturelle, font partie en réalité de la même chose! Et les trois, à leur tour, se dissolvent dans la même et plus large «cause de guérison et de salut de toute la Vie naturelle», en tant que chose sacrée.
  5. Ce dernier point, à son tour, est un corollaire des deux préceptes suivants de l’Ordre naturel, tant revendiqués par la sagesse indigène ancestrale : «L’Unité ou l’Harmonie dans la diversité» et, par conséquent, «L’Interdépendance Sacrée de toute Vie Naturelle», portails vers la Guérison et le Salut de l’Humanité et de la Planète en tant qu’Unité inhérente!
  6. C’est pourquoi «les délégués fondateurs» de l’Organisation des Nations Unies (ONU), à San Francisco, en 1945, ont été conduits, avant leurs délibérations officielles, dans une forêt naturelle primitive et prodigieuse de la région; où les poissons reviennent, après de longues courses dans l’océan, à leur origine et à leur essence! (Même à contre-courant des courants d’eau qui sortent de la forêt!)
    … afin que lesdits délégués-es s’en inspirent! Pour leur création ultérieure d’une organisation telle que l’ONU idéale, consacrée à la «Paix dans le monde» et à «Nous les peuples» (!!!). Une organisation qui reste en deçà d’une telle Mission suprême (!!)
  7. Et c’est pourquoi, le même leader actuel de l’Église catholique chrétienne, le Pape François, s’est rendu au Canada pour «s’excuser auprès des peuples originaires de cette nation» en tant que «dépositaires ignorés d’une sagesse ancestrale si pertinente», et pour apprendre d’eux afin d’avoir aujourd’hui «une église meilleure et plus universelle» (!)… Dans ce désir vital insatiable des peuples du monde pour plus — et non moins — de spiritualité aujourd’hui! … malgré la crise des «intermédiaires institutionnels», excessivement erronés ou déformants, qui a frappé toutes les grandes religions structurées.
  8. La sagesse ancestrale qui, soit dit en passant, s’apparente fraternellement au Taoïsme (et autres similaires) de la Chine millénaire.
  9. Et c’est pourquoi nous voulons continuer à parier sur la grande affirmation de nos frères prophètes indigènes (comme Seattle, les Hopis et les Kogis de la Sierra Nevada) selon laquelle, en vérité : «Nous sommes celles et ceux que nous avons attendus» (!)
  10. Et, par conséquent, et avec l’incitation et le soutien d’une telle sagesse — à sauver — : nous devons nous élever et nous transcender afin de pouvoir être à la hauteur de la tâche urgente et actuelle de la Guérison et du Salut du tout sacré, et pour toutes et tous!

Seule la Vérité universelle réelle nous rendra libres!

Appuyé par les participants-te du «Groupe international informel de parrainage du Projet Biodiversité et Paix de Colombie pour le monde entier» (et dans «une lettre publique», en effet, ouverte à d’autres personnes de bonne volonté qui pourraient aussi vouloir s’y joindre) en écrivant à : natufeb@gmail.com

  • Frank Bracho, ancien ambassadeur en Inde, activiste et co-promoteur du Dialogue urgent des civilisations pour la guérison et la paix,
  • Chico Whitaker, lauréat du RAL 2006, et cofondateur du Forum social mondial,
  • Roberto Savio, célèbre communicateur et activiste international, et fondateur d’Inter Press Service,
  • Don Trent, Four Arrows, originaire des États-Unis et descendant des cherokee, érudit et militant mondial pour la paix avec la nature et entre les humains, pour le salut de toute vie naturelle — comme quelque chose de sacré,
  • Come Carpentier, érudit franco-indien de renom, éditeur, promoteur et militant du dialogue international des civilisations basé en Europe et en Asie,
  • Hernán Lucena, coordinateur et activiste du Centre des relations latino-américaines avec l’Afrique et l’Asie, de l’Université des Andes, Mérida,
  • Rebeca Sánchez, ancienne ambassadrice auprès de l’UNESCO, éminente promotrice du dialogue des civilisations pour une meilleure compréhension et paix dans le monde.

1 COMMENTAIRE

Les commentaires sont fermés.