Cuba : le parti unique face à la crise

0
115

Alina Bárbara López Hernández, Socialist Project, 24 août 2021 (trduction par Richard Fidler)

 

Alina Bárbara López Hernández est professeure, écrivaine et historienne basée à Matanzas

 

Un parti politique qui gouverne seul, qui n’est pas en concurrence avec une autre organisation et qui n’a pas à se présenter à une élection pour être au pouvoir semble avoir un grand avantage. Paradoxalement, ce privilège est en même temps sa plus grande faiblesse.

Ne pas avoir à négocier le pouvoir, en tenant pour acquis qu’il ne sera pas contesté, conduit politiquement à une attitude néfaste qui considère que toute velléité de pression sociale est inacceptable. Lorsqu’elle se produit, la réaction qui s’ensuit montre une ineptie absolue à l’abri de l’imprudence.

Cette perspective autoritaire est également renforcée par l’approche téléologique, mécaniste et antimarxiste de l’histoire qui suppose que la révolution socialiste, une fois victorieuse, ne peut pas reculer. Cet excès d’optimisme ferme la possibilité de tout processus d’amélioration ou de réforme réussi.

L’effondrement du camp socialiste a fait voler en éclats de nombreuses constitutions qui le déclaraient irréversible. Ce n’est pas le texte d’un traité juridique qui compte, mais bien l’implication des personnes qui trouvent dans ce système l’incarnation de leurs aspirations et qui peuvent le modifier dans cet objectif.

C’est la pression des majorités d’en bas qui a fait évoluer les systèmes politiques depuis l’Antiquité jusqu’à aujourd’hui. Dans le modèle à parti unique du socialisme bureaucratique, la participation réelle et spontanée des citoyens à l’activité politique n’est pas autorisée. Cette condition discriminatoire explique pourquoi, face à l’explosion sociale du 11 juillet, le Parti a réagi avec brutalité, de manière autoritaire plutôt que politique.

La leçon d’il y a trente ans n’a pas été apprise à Cuba. En 2002, plus de dix ans après la désintégration de l’URSS, un article constitutionnel déclarait que le socialisme était irréversible, tandis que la Constitution de 2019 établissait que le Parti est la « force dirigeante supérieure de la société et de l’État (…) ». De ce point de vue, le Parti aurait dû être mieux placé pour voir que les conditions d’une explosion sociale existaient à Cuba. Mais non seulement il n’a pas vu, mais il a aussi démontré son incapacité à interpréter les véritables causes du conflit et à agir en conséquence.

Les vraies causes du 11-J

Les contradictions internes des processus sociaux sont les facteurs fondamentaux et déterminants. Ce principe de dialectique matérialiste n’est pas appliqué par le Parti malgré son affiliation marxiste déclarée. Ainsi, face aux troubles sociaux, il a préféré s’en tenir à un récit qui explique ce qui s’est passé en se basant uniquement sur des facteurs externes, réels mais non décisifs : les pressions du blocus américain sur Cuba, un coup d’État en douceur, une quatrième génération guerre.

Jusqu’à présent, il n’y a pas eu d’analyse approfondie et autocritique du Parti sur lui-même et sur sa responsabilité dans la crise. S’il y en avait eu, ils auraient admis qu’aucune des propositions clés qui ces derniers temps ont créé l’espoir de changements pour transformer le socialisme d’en haut n’a abouti à quoi que ce soit. Ils étaient:

  • un processus de réforme annoncé en 2007, il y a maintenant quatorze ans, qui promettait – précisant qu’il le ferait « sans précipitation » – « des changements structurels et conceptuels » que nous attendons toujours dans l’économie cubaine. Et je dis « dans l’économie » parce que le processus de réforme n’a jamais inclus la dimension politique ;
  • une constitution approuvée en 2019 qui, malgré le débat qu’elle a suscité et les attentes qu’elle a suscitées en incluant le concept d’État de droit socialiste, excluait toute approche visant à la transformation du système politique ;
  • trois Congrès du Parti : les 6e, 7e et 8e, qui en moins de 15 ans s’engagent de moins en moins dans l’idée de réformer le modèle. Dans le dernier, il y a un peu plus de trois mois, un seau d’eau froide a été versé sur la population, en perpétuant la thèse de la stagnation et en ne résolvant pas les graves problèmes sociaux et politiques qui avaient suscité l’inquiétude, non seulement chez les jeunes mais aussi dans la société dans son ensemble.

Un système socialiste qui ne peut pas être influencé d’en bas est une chimère, et le nôtre est piégé dans une contradiction flagrante : nous avons approuvé une constitution qui n’est pas viable. Une partie tend à maintenir une situation d’atteinte aux libertés – notamment dans son article 5, qui déclare la supériorité du Parti unique – tandis qu’une autre partie reconnaît ces droits et libertés dans le cadre d’un Etat de droit socialiste.

Aucun processus réformiste exclusivement économique n’est envisageable car lorsque les citoyens ne sont pas activement impliqués dans le contrôle de la direction, des résultats et de la vitesse des transformations, les changements courent le risque d’être démantelés ou limités. Cuba n’a pas fait exception. La bureaucratie est devenue une « classe pour elle-même » au sein de la société et entrave les changements et les réformes que, bien qu’elle les accepte sur le papier, elle a retardé dans la pratique.

Un grand conflit non résolu, partout où le socialisme bureaucratique est établi, est celui de la conversion de la propriété d’État en une véritable propriété sociale. Cette aspiration était utopique en raison du manque de démocratisation, du manque de participation des citoyens aux décisions économiques et du fait que les syndicats ne sont plus des organisations qui défendent les intérêts des travailleurs.

L’attitude arrogante du Parti est typique d’un modèle politique qui a échoué. En février 1989, le magazine soviétique Spoutnik consacre un numéro à la stagnation qui caractérise la période de Léonid Brejnev et pose ces questions :

« La direction du Parti doit-elle devenir un organe spécial du pouvoir, qui est au-dessus de tous les autres organes ? Si le Comité central est un organe spécial du pouvoir, comment le contrôlons-nous ? Ses décisions peuvent-elles être contestées comme inconstitutionnelles ? Qui est responsable en cas d’échec d’une mesure décrétée ? Si cet organe supérieur dirige effectivement le pays, alors ne devrait-il pas être élu par tout le peuple ?

Dans ce modèle politique, le Parti est sélectif, une « avant-garde », et non un parti populaire ouvert à tous, de sorte que s’il se déclare comme une force supérieure à la société, il se place aussi au-dessus du peuple. Pour qu’il n’en soit pas ainsi, le peuple doit pouvoir élire les dirigeants du Parti, ce qui n’est pas permis. S’il est au-dessus de tout le monde, et que ce n’est pas « un parti électoral », il est hors du contrôle du peuple. C’est le modèle politique qu’il faut changer.

Les secteurs les plus jeunes n’ont aucun souvenir des étapes initiales et les plus réussies de la politique sociale dans le processus révolutionnaire. Pour eux, le récit révolutionnaire, les transformations évidentes et les bénéfices des premières décennies ont peu d’impact.

Ils ont connu au cours des trente dernières années, avec son héritage de pauvreté, une augmentation soutenue des inégalités, des perspectives de vie ratées et l’anticipation d’une émigration à des âges toujours plus jeunes. L’arrivée d’Internet les a coordonnés en tant que génération, leur permettant de confronter les opinions, de construire des espaces virtuels de participation que le modèle politique leur refuse, et de générer des actions.

Il faut donc reconnaître que les principales contradictions qui ont conduit à l’explosion du 11 juillet sont éminemment politiques. Les revendications ne portaient pas seulement sur la nourriture et les médicaments ou contre les coupures de courant. Ceux-ci ont peut-être été le catalyseur, mais les slogans de « liberté » qui ont balayé l’île indiquent la demande des citoyens d’être reconnus dans un processus politique qui les a ignorés jusqu’à présent.

Pain, Cirques… et Sénat

Le parti a été totalement désorienté par les événements du 11 juillet. Cela a été montré par leurs réponses:

  • les scènes brutales de répression contre les manifestants ;
  • les déclarations appelant à la violence du nouveau premier secrétaire du Parti – plus tard atténuées ;
  • une réunion urgente du Bureau politique au lendemain des événements – dont rien n’a été révélé ;
  • et les actes organisés habituels de réaffirmation révolutionnaire presque une semaine plus tard.

Cependant, bien qu’il ne reconnaisse ou ne s’excuse jamais, le Parti sait qu’il a commis une erreur très coûteuse.

Des voix se sont élevées de secteurs de la gauche et de certaines personnalités et organisations prestigieuses, exigeant le respect des droits politiques de manifestation pacifique et de la liberté d’expression à Cuba. Plusieurs gouvernements, et l’ Union européenne dans son ensemble, ont critiqué la répression violente, sûrement inconstitutionnelle.

Des mesures palliatives commencent maintenant à être prises pour pallier les pénuries tragiques : une augmentation de la quantité de riz, un aliment de base dans le panier alimentaire standard, effective ce mois-ci jusqu’en décembre ; distribution gratuite de produits donnés à Cuba (céréales, pâtes, sucre et, dans certains cas, huile et produits carnés); et une réduction des prix de certains services d’Etecsa, le monopole des communications.

De plus, des demandes de longue date qui auraient permis d’atténuer la crise bien plus tôt sont désormais approuvées : importations de denrées alimentaires et de médicaments sans restriction et sans frais de douane ; ventes à crédit en magasin. D’autres pourraient être annoncés dans les prochains jours.

Il ne fait aucun doute que la situation s’améliorera quelque peu, mais le Parti doit être bien conscient qu’aucune de ces décisions ne résoudra le dilemme cubain, qui est, comme je l’ai déjà dit, de nature politique.

Peut-être croient-ils qu’en appliquant ces palliatifs, ils découvrent une nouvelle politique. Ils ont tort. Il y a des milliers d’années, le poète latin Juvénal, dans sa Satire X, a immortalisé une phrase qui désignait la pratique des souverains de son temps : « Du pain et des cirques ». C’était le plan des politiciens romains de gagner la plèbe urbaine en échange de blé et de divertissements afin qu’elle perde son esprit critique, se sentant satisfaite de la fausse générosité des gouvernants.

A Cuba, nous avons besoin de pain et de cirque, nous sommes un peuple souffrant, mais – surtout – nous avons besoin de gouverner par le bas. Nous devons être le Sénat, puisque notre Sénat a disparu de la scène politique. Il n’y a pas eu une seule déclaration d’aucun membre de l’Assemblée nationale du pouvoir populaire, en tant que tel, malgré la gravité des actes de violence contre une partie du peuple qu’ils sont censés représenter.

Ils ont violé le calendrier législatif, affirmant qu’il est impossible de se réunir en pleine pandémie. Cependant, dans les mêmes conditions, le Parti tient son 8e congrès et, après le 11 juillet, des activités massives sont organisées en soutien au gouvernement dans toutes les provinces.

Aucune déclaration officielle n’a été faite par la direction du Parti analysant les faits, offrant des chiffres exacts des villes et villages impliqués, des participants aux manifestations ou des personnes arrêtées et poursuivies. Il ne servait à rien au Parti unique d’avoir analysé au Bureau politique, à quelques jours du VIIIe Congrès, un rapport intitulé « Etude du climat socio-politique de la société cubaine ». Soit ils n’ont rien compris à ce climat, soit ceux qui ont rédigé le rapport n’ont pas représenté la réalité.

Le socialisme bureaucratique à parti unique crée une sorte de démiurge politique qui échappe à l’État de droit, puisqu’il se place au-dessus, accentue l’extrémisme politique et se sépare des citoyens. Jusqu’à présent, tous les modèles présentant ces caractéristiques, loin de conduire à une société socialiste, ont déguisé un capitalisme d’État avec des traits de corruption et d’élitisme.

Il est temps d’en débattre et de nous organiser pour le changer. C’est possible maintenant. Comme l’a déclaré le président de la Cour suprême du peuple à la presse internationale, à Cuba, la Constitution garantit le droit de manifester pacifiquement.