Dans la mer de Chine : Tintin dans la stratégie américaine

0
68

 

La marine canadienne mène des manœuvres provocantes dans la mer de Chine méridionale, a lors qu’Ottawa prétend maintenir «l’ordre international fondé sur des règles». 

À la fin du mois dernier, le navire NCSM Calgary est passé près des îles Spratly revendiquées par la Chine et les Philippines. En réponse, des navires chinois ont suivi le navire de guerre à travers la mer de Chine méridionale. 

Au cours des dernières années, les navires canadiens ont participé à plusieurs reprises à des exercices belligérants dans les eaux internationales revendiquées par Pékin dans la mer de Chine méridionale, le détroit de Taiwan et la mer de Chine orientale. Pour contrer l’influence croissante de la Chine en Asie, Washington s’est engagé dans de grandes manoeuvres avec la présence de navires de guerre traversant ou se rapprochant des eaux contestées.

Selon Ottawa, la participation canadienne vise à  «démontrer le soutien du Canada à nos partenaires et alliés les plus proches, à la sécurité régionale et à l’ordre international fondé sur des règles». 

Soulignons le fait que les États-Unis sont l’un des rares pays à avoir refusé de signer la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS). Le fait de ne pas ratifier la convention n’est qu’un des nombreux exemples de l’hostilité de Washington à l’«ordre international fondé sur des règles» que le gouvernement Trudeau prétend soutenir. 

Les patrouilles navales américaines dans la région violent régulièrement la convention. selon le chercheur Mark J. Valencia, leur utilisation de bouées son (radar) pour rechercher des sous-marins est interdite par la convention des Nations Unies. Valence se demande également si les exercices de liberté de navigation pour faire pression sur la Chine violent la Charte des Nations Unies. Indépendamment des interprétations juridiques, l’inquiétude exprimée par Washington concernant le non-respect par la Chine des normes internationales dans les différends maritimes ne devrait pas être prise trop au sérieux étant donné son propre refus flagrant d’accepter le droit de la mer. 

Ottawa est sous pression pour augmenter sa contribution militaire dans une région où la présence américaine est importante. Selon le Monde Diplomatique, l’armée chinoise entre en collision le long de 14 000 kilomètres de côtes chinoises.  

Incroyablement, le Canada pourrait se joindre à une alliance axée sur une région située à quelque 7 000 kilomètres des côtes canadiennes. Plus tôt cette année, la Force aérienne canadienne a participé pour la première fois à un exercice de guerre anti-sous-marine à Guam, connu sous le nom de Sea Dragon avec les nations Quad. 

Certes, cette présence de la marine canadienne dans la région n’est pas nouvelle. En 2012, l’armée cherchait une place dans une installation portuaire à Singapour. Pendant deux décennies, la marine canadienne a effectué des visites portuaires régulières en Asie et, depuis sa création en 1971, le Canada a participé à chaque exercice Rim of the Pacific , qui est une vaste action d’entraînement à la guerre maritime dirigée par les États-Unis tous les deux ans.