La planète en grève: manifestation pour la justice climatique et sociale

0
317
Des associations étudiantes, des syndicats et des groupes communautaires appellent à une grève le 23 septembre pour exiger la justice climatique et sociale

Communiqué de presse – Pour diffusion immédiate

Montréal, 6 septembre 2022 – Une coalition formée notamment du collectif Travailleurs et travailleuses pour la justice climatique (TJC), de la Coalition étudiante pour un virage environnemental et social (CEVES), du Front étudiant d’action climatique (FÉDAC), du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) et du Mouvement d’éducation populaire et d’action communautaire du Québec (MEPACQ) appelle à une journée de grève climatique et invite la population à se mobiliser le vendredi 23 septembre 2022. Des manifestations sont déjà prévues à Montréal, Québec, Gatineau, Rimouski, l’Assomption, Trois-Rivières, Sherbrooke et Rouyn-Noranda et d’autres sont à venir. La coalition demande une sortie complète des énergies fossiles d’ici 2030, ainsi que la taxation de la richesse pour un réinvestissement dans les services publics et les programmes sociaux.

Selon cette coalition, la lutte contre les changements climatiques et pour une transition écologique basée sur la justice sociale doit être une priorité de la campagne électorale. Les groupes demandent conjointement aux partis politiques en lice de prendre des engagements forts pour la justice climatique et sociale.

« Nous n’avons plus de temps », dit François Geoffroy, porte-parole de Travailleuses et Travailleurs pour la Justice Climatique (TJC). « Comme le mentionne le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), notre seule chance d’éviter un dérèglement climatique catastrophique, c’est d’amorcer dès maintenant une sortie complète du pétrole et du gaz. Nos gouvernements refusent de le faire. ».

Onze syndicats se sont déjà dotés d’un mandat de grève. La Fédération Nationale des Enseignants et Enseignantes du Québec (FNEEQ-CSN), la Fédération de la Culture et des Communications (FNCC-CSN), le Conseil Central des Laurentides (CCSNL-CSN) et le Conseil Central de l’Estrie (CCSNE- CSN) ont aussi endossé les revendications du mouvement. « La grève peut nous permettre de construire le rapport de force nécessaire pour faire contrepoids au lobby des énergies fossiles », poursuit M. Geoffroy.

« Les étudiants et étudiantes doivent reprendre la rue pour protéger leur avenir », selon Amélie Beaulé, déléguée de l’association étudiante du Cégep de Saint-Laurent. «Avec la rentrée, la mobilisation est relancée. De nombreuses associations planifient des votes de grève.» À l’instar des associations syndicales et du mouvement communautaire, ils, elles et iels dénoncent l’absence d’ambition des gouvernements en matière climatique et sociale. «Seul un virage radical peut nous permettre d’éviter le pire. Si les partis politiques désirent réellement garantir notre avenir, ils doivent faire preuve d’ambition durant cette campagne électorale. Si le gouvernement ne répond pas adéquatement à l’urgence, nous  augmenterons la pression. Cette mobilisation intersectorielle n’est qu’un début. », conclut la déléguée.

« Les personnes pauvres et vulnérables sont les premières touchées alors qu’elles ont peu contribué à la crise climatique. Pourtant, elles semblent être les oubliées des mesures gouvernementales de transition. Le financement des services publics et des programmes sociaux est fondamental pour lutter contre la pauvreté et les inégalités sociales qui risquent de s’accroître», indique Vania Wright-Larin, porte-parole du Mouvement d’éducation populaire et d’action communautaire du Québec (MÉPACQ). « Les partis politiques doivent s’engager à tout mettre en œuvre pour respecter les droits humains – particulièrement ceux des personnes autochtones – et lutter contre le racisme systémique. Les ressources, elles sont là. Il faut taxer convenablement les banques, les grandes entreprises et les riches », conclut le porte-parole.

La coalition formée d’étudiants et d’étudiantes, de syndicats et de groupes communautaires demande, d’ici les prochains jours, un changement de cap de la part des partis politiques démontrant une véritable volonté de lutter contre la crise climatique et sociale. Elle invite les associations étudiantes, les syndicats et le milieu communautaire à rejoindre le mouvement de grève le 23 septembre 2022 et encourage la population à se joindre aux manifestations.

Pour information :
François Geoffroy, Travailleurs et travailleuses pour la justice climatique, téléphone : (514) 475-1343
Vania Wright-Larin, porte-parole pour le Mouvement d’éducation populaire et d’action communautaire du Québec, téléphone : (581) 995-0801
Amélie Beaulé, déléguée de l’association étudiante du Cégep de Saint-Laurent : (514) 512-5617

Sources :
Travailleuses et travailleurs pour la justice climatique – TJC / créé à l’initiative des militant.e.s de La Planète s’invite au Parlement qui ont coordonné la grève sociale de 2019, TJC est un espace intersyndical rassemblant des travailleuses et des travailleurs qui militent pour que leurs syndicats respectifs développent des moyens de pression pour faire avancer les causes liées à la justice climatique.

Coalition étudiante pour un virage environnemental et social – CEVES – née de l’union de Pour le futur Mtl, Pour le futur Québec, du Devoir environnemental collectif et de La planète s’invite à l’Université, la CEVES est une coalition étudiante pan-québécoise qui se mobilise et milite pour la justice climatique.

Front étudiant d’action climatique – FEDAC – Le Front étudiant d’action climatique, anciennement «Arrêtons GNL», regroupe déjà 330 000 étudiant.es et la grande majorité des associations étudiantes au Québec, et exige du gouvernement canadien d’éliminer tous les GES des énergies fossiles!

Front d’action populaire en réaménagement urbain – FRAPRU

Mouvement d’éducation populaire et d’action communautaire du Québec – MÉPACQ – Le MÉPACQ, le Mouvement d’éducation populaire et d’action communautaire du Québec, est un mouvement national et multisectoriel qui travaille à la transformation sociale dans une perspective de justice sociale. Il regroupe 11 Tables régionales en éducation populaire autonome (ÉPA) qui regroupent plus de 330 groupes populaires et communautaires autonomes.